UNCDF : Lancement officiel Programme ACP au Niger, un partenariat innovant de promotion de la Finance numérique

Niamey – Mardi 21 Septembre 2021 : Le Secrétaire General Adjoint du Ministère des Finances Dr Boukari Mamane a présidé ce matin la cérémonie de lancement officiel du Programme ACP initié par le United Nations Capital Development Fund (UNCDF). La rencontre s’est déroulée à l’hôtel Bravia de Niamey en présence du Représentant Résident Adjoint du PNUD au Niger, M. Eloï Kouadio, du Chef de coopération de l’Union Européenne au Niger, du représentant de l’OEACP ainsi que des Hauts cadres des Institutions financières nationales.

Dr Boukari Mamane (micro), Secrétaire General Adjoint du Ministère des Finances

A l’entame de son propos, Dr Boukari Mamane a de prime abord rappelé le cadre juridique, institutionnel et réglementaire de la finance digitale avant d’insister sur les multiples efforts du Gouvernement nigérien dans le secteur. Il a fait remarquer qu’aujourd’hui, la plupart des régies financières sont dotées des plateformes numériques visant à permettre aux citoyens de s’acquitter facilement et efficacement de leurs paiements publics. Il a notamment souligné le cas de l’administration fiscale qui a lancé en juin dernier, la plateforme « e-saisie » qui permet aux contribuables de s’acquitter à distance de leurs obligations, ainsi qu’au niveau de la douane où toutes les transactions des paiements des droits des douanes pourraient s’effectuer à distance. Dans le même temps, poursuit-il, depuis 2017 le Gouvernement met en œuvre une stratégie dite « NIGER 2.0 » pour favoriser l’accès aux télécommunications optiques. En clair, Dr Boukari Mamane

M. Eloï Kouadio, Représentant Résident Adjoint du PNUD au Niger.

Auparavant, M. Eloï Kouadio a affirmé que le Programme ACP est un partenariat innovant qui vise à soutenir, entre autres, le développement d’une finance digitale favorisant l’inclusion, l’accélération de la reprise économique cadre avec la vision du Gouvernement nigérien inscrite dans son « plan stratégique Niger 2.0 ».  En outre, a-t-il renchéri,  la vision catalytique du développement de la digitalisation est partagée par le PNUD qui, dans son offre 2.0 intitulée « au-delà du relèvement à l’horizon 2030 », vise à aider les décideurs à lever les contraintes identifiées dans ce domaine. A M. Eloï Kouadio de rassurer : «  Cette vision peut et doit aider à faire des choix justifiés et gérer toute la complexité et l’incertitude inhérentes aux quatre (4) domaines principaux à savoir : la Gouvernance, la Protection Sociale, l’Economie Verte et la transformation digitale »

Abondant dans le même sens, M. Christian Frigaard Rasmussen, Chef de Coopération de l’UE au Niger a mis l’accent sur les deux objectifs majeurs « programme tirer parti » : D’une part, il s’agit d’améliorer les politiques et les réglementations de la finance numérique qui aideront à répondre rapidement aux urgences et à créer un environnement propice à la reprise sociale et économique. De l’autre, il s’agit surtout de : « Créer et renforcer des écosystèmes de finance numérique qui soutiennent les personnes à faible revenu, en particulier les femmes, les jeunes ; et les MPME pour atténuer les chocs immédiats des situations d’urgence et saisir les opportunités économiques ».

Une vue des participants à la rencontre

Selon ses explications cela va s’opérer en tenant rigoureusement compte de la persistance de la pandémie COVID-19. « En appuyant l’UNCDF au Niger à hauteur de 2 millions d’euros, l’EU soutient l’amélioration de la réglementation de la finance numérique. Ceci va créer, espérons, un environnement propice à la reprise économique et de créer et renforcer les écosystèmes de finance numérique qui soutiennent les personnes à faibles revenu en particulier les femmes et les jeunes » a conclu M. Christian Frigaard Rasmussen.

A propos de l’UNCDF

Pour rappel, United Nations Capital Development Fund (UNCDF) met la finance publique et privée au service des populations les plus démunies des 47 pays les moins avancés du monde. Dans le cadre de son mandat, l’UNCDF fournit des capitaux et des instruments d’investissement. Il propose notamment des modèles de financement « au dernier kilomètre » permettant de débloquer des fonds publics et privés, en particulier au niveau national, afin de réduire la pauvreté et d’encourager le développement économique local.

L’approche de UNCDF, s’articule autour de deux grands axes, Le premier étant celui des économies digitales inclusives. Celles-ci mettent en relation des personnes, des ménages et des petites entreprises à travers des écosystèmes financiers qui favorisent la participation des individus à l’économie locale. Lesdits écosystèmes fournissent également des outils d’appui à la gestion de la vie financière permettant de s’extirper du cycle de la pauvreté. Le deuxième axe est celui du financement du développement local : il vise à autonomiser les localités grâce à la décentralisation budgétaire, à la finance municipale innovante et au financement structuré de projets.

Abdpialaye Abdourahamane Ahamadou / niameysoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *