SOCIÉTÉ : Signature de la convention de financement de 8 Millions d’euros entre ACF et AFD pour le Projet « Kamua Barka » qui vise 15 500 bénéficiaires directs dont 14 700 femmes et 800 époux à Diffa.


 

 

(Niamey – Mercredi 23 Mars 2022) M. Hachimou Abdoul Karim, Secrétaire Général du Ministère de la promotion de la femme et de la protection de l’enfant a présidé ce matin à l’Hôtel Radisson Blu de Niamey, la cérémonie de présentation et de signature de la convention de Financement entre ACF et l’AFD du Projet « Kamua Barka ». Le projet Kamua Barka (« femmes en avant ») financé par l’AFD à hauteur de 8 M€ sur fonds Minka (Fonds dédié à la consolidation de la Paix) et mis en œuvre par un consortium d’ONG composé d’Action contre le Faim, Agir plus et Diko, vise à contribuer au renforcement de la résilience des femmes et des adolescentes dans la région de Diffa. Une région de la partie septentrionale du pays affectée par une crise multidimensionnelle. Il s’agit, à travers ce projet, d’améliorer localement la protection de ces groupes cibles en favorisant leur autonomisation socio-économique. A terme ce sont près de 15 500 bénéficiaires directs qui sont visés, dont 14 700 femmes et 800 époux pour une durée de 36 mois dans les communes de Chétimari et Mainé-Soroa.

M. Hachimou Abdoul Karim, Secrétaire Général du Ministère de la promotion de la Femme et de la protection de l’Enfant.

Selon, M. Hachimou Abdoul Karim :  » Ce projet garantira un niveau d’acceptance optimal par les services déconcentrés et décentralisés, les communautés et les bénéficiaires finaux. Les activités développées s’inscriront dans nos politiques nationales, régionales et locales. Notre Ministère ainsi que l’ensemble des autorités publiques seront associés aux instances de pilotages du projet ».

« En tant que partie prenante, le Gouvernement est conscient de l’importance de la place de la femme dans la société nigérienne. L’autonomisation des femmes se traduit par le développement des compétences de vie sociaux et économiques à travers l’éducation, la formation professionnelle, l’entrepreneuriat. La représentativité des femmes dans les structures étatiques est aussi un point à ne pas négliger. Ces facteurs sont décisifs pour assurer une transition démographique nécessaire au Niger et pour l’avènement d’une société plus cohésive, résiliente et durable » a ajouté le Secrétaire Général du Ministère de la promotion de la femme et de la protection de l’enfant.

SEM. Alexandre Garcia, Ambassadeur de France au Niger.

Le projet Kamua Barka de soutien de la résilience des femmes et des adolescentes traduit surtout l’engagement de la France dans une diplomatie féministe tant au Niger que dans le reste du monde. « Nous sommes convaincus que c’est la clé en matière de développement, le développement d’un pays » a déclaré SEM. Alexandre Garcia, Ambassadeur de France au Niger. Le diplomate français en résidence à Niamey a rassuré le Gouverneur de la Région de Diffa de sa disponibilité à accompagner la région avec d’autres projets dans d’autres domaines.

M. Issa Lémine, Gouverneur de la Région de Diffa

Abondant dans le même sens, le Gouverneur de la Région de Diffa M. Issa Lémine affirme : « Je salue cette initiative et je souhaite que ce projet puisse atteindre les objectifs visés plus particulièrement l’amélioration des conditions de vie des femmes en les assistant moralement surtout, en les aidant pour une réinsertion socio-professionnelle afin qu’elles puissent vivre une vie normale ».

Claudia GIGLIO, Directrice Pays Adjointe d’Action Contre la Faim

Pour sa part, la Directrice Pays Adjointe d’Action Contre la Faim Claudia GIGLIO a souligné que :  » De manière spécifique, ce nouveau projet fera une part belle aux approches novatrices dans l’employabilité des femmes, leur représentativité ainsi que le renforcement des capacités des organisations de la société civile ».  

Une vue des officiels peu après la signature de la Convention

La cérémonie de présentation et de signature de la convention du projet Kamua Barka qui intervient dans ce mois de mars symbolique pour les femmes a enregistré la présence des cadres centraux des Ministères de l’Action Humanitaire et de la Gestion des catastrophes, de l’aménagement du territoire et du développement communautaire, des autorités régionales de Diffa, des représentants Conseil National des jeunes de Diffa, des responsables de l’Agence Française de Développement au Niger, du Programme d’Action Contre la Faim au Niger, de l’ONG Agir Plus, de l’ONG DIKO ainsi que des nombreux invités.

A propos de l’Agence française de développement (AFD)

Le groupe AFD contribue à mettre en œuvre la politique de la France en matière de développement et de solidarité internationale. Composé de l’Agence française de développement (AFD), en charge du financement du secteur public et des ONG, de la recherche et de la formation sur le développement durable, de sa filiale Proparco, dédiée au financement du secteur privé, et d’Expertise France, agence de coopération technique, le Groupe finance, accompagne et accélère les transitions vers un monde plus juste et résilient.

Nous construisons avec nos partenaires des solutions partagées, avec et pour les populations du Sud. Nos équipes sont engagées dans plus de 4 000 projets sur le terrain, dans les Outre-mer, dans 115 pays et dans les territoires en crise, pour les biens communs – le climat, la biodiversité, la paix, l’égalité femmes-hommes, l’éducation ou encore la santé. Nous contribuons ainsi à l’engagement de la France et des Français en faveur des Objectifs de développement durable (ODD). Pour un monde en commun.

A propos d’Action contre la Faim au Niger (ACF)

Action Contre la Faim est présente au Niger depuis 1997. Sa mission est de sauver des vies en éliminant la faim par la prévention, la détection et le traitement de la sous-nutrition, en particulier pendant et après les situations d’urgence liées aux conflits et aux catastrophes naturelles. L’organisation intervient dans les régions de Tahoua, Maradi et Diffa, en partenariat avec les services techniques gouvernementaux dans la conception et à la mise en œuvre des projets et programmes. A l’échelle du pays, Action Contre la Faim met en œuvre des projets visant à éradiquer la faim de manière globale, durable et efficace dans une approche multisectorielle intégrant l’Eau l’Hygiène et l’Assainissement (EHA), la santé-nutrition, la Sécurité Alimentaire (SA) ainsi que des actions de plaidoyer, aux niveaux national, régional et sous régional.

Depuis les premières attaques dans la région de Diffa en février 2015, Action contre la Faim intervient auprès des populations déplacées, réfugiées, retournées et hôtes du Bassin du Lac Tchad. Nous répondons à l’urgence humanitaire par des interventions en santé/nutrition, en eau, hygiène et assainissement (WASH) et en sécurité alimentaire, ainsi que par le rétablissement des moyens d’existence des populations affectées. En soutien à ses activités programmatiques, Action Contre la Faim conduit des actions de plaidoyer aux niveaux national et local afin de provoquer des changements durables en termes de politiques, de pratiques et de capacités d’intervention.

Abdoulaye Abdourahamane Ahamadou – NAIMEY-SOIR

 

 

 

 

 

 

 

 

CREDIT PHOTOS – NIAMEY SOIR


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *