SOCIÉTÉ : 20 Membres du CODDHD en formation sur la conduite des actions de plaidoyer

(Niamey – Vendredi 11 Septembre 2020) Le Collectif des Organisations de Défense des Droits de l’homme et de la Démocratie (CODDHD) organise depuis ce matin à Niamey, une formation visant à renforcer les capacités de ses membres en plaidoyer sur les droits de la Femme et de l’Enfant. Une vingtaine de participants dont certains venus de l’intérieur du pays, participent à cette formation qui durera cinq (5) jours. Ils seront édifiés sur le mécanisme de l’Examen Périodique Universel (EPU), outillés en techniques de plaidoyer et de communication sur différentes thématiques.

Le CODDHD, rappelle-t-on, est un collectif de plus de 44 associations et mouvements de défense des droits de l’homme au Niger. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de son projet axé sur « Le Plaidoyer pour la promotion des droits des femmes et des enfants à travers la mise en œuvre des soixante quatre (64) recommandations de l’EPU formulées à l’endroit du Niger et  relatives aux jeunes et aux femmes». Ledit projet est financé par l’ONG Oxfam Niger à travers son programme GDHH.

Selon le responsable du Bureau National de Cordination (BNC) du CODDHD, M. Abdoulaye KANNI, « Des vides juridiques sont constatés dans certains domaines (par exemple : Pas de législation sur la protection des défenseurs des Droits de l’Homme au Niger). Dans certains cas, la législation même si elle existe, elle n’est pas applicable faute d’autres instruments (décret d’application, arrêté, etc.) ». A cela s’ajoutent, entre autres, le faible engagement politique des plus hautes autorités du pays, la faible expertise des organisations de la société civile à mener des actions de plaidoyer pour la mise en œuvre des recommandations de l’EPU, l’ignorance des mécanismes de l’EPU par les OSC et les populations, le manque de synergie entre les OSC pour relever les défis liés à la défense et à la promotion des droits humains.

Lors de son passage de 2016 à l’EPU, souligne-t-on, le Niger a reçu 68 recommandations dans le sens de promouvoir les droits humains plus spécifiquement les droits de la Femme et des enfants. La présente formation du CODDHD participe donc de cette dynamique car nonobstant les efforts qui sont faits par le Gouvernement nigérien, de nombreux défis persistent.

Pour rappel, l’Examen périodique universel (EPU) est un processus qui consiste à passer en revue périodiquement les réalisations de l’ensemble des 193 États de l’ONU dans le domaine des droits de l’homme. Il s’agit d’une innovation importante du Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui repose sur le principe d’égalité de traitement de tous les pays. Il donne à tous les États l’occasion de déclarer les mesures qu’ils ont prises pour améliorer la situation des droits de l’homme dans leur pays et pour surmonter les obstacles à l’exercice de ces droits. Le but de l’EPU est d’améliorer la situation des droits de l’homme dans tous les pays et d’entraîner ainsi des changements importants pour les populations du monde entier.

Ibrahim Mohamed / niameysoir.com