SÉCURITÉ : La 3ème Réunion du Comité de Pilotage du Fonds régional pour la stabilisation de la région du bassin du Lac Tchad – Guichet Niger (FRSLT).

Niamey – Jeudi 28 Janvier 2021 : Le Ministre en charge de l’intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Alkach ALHADA a présidé ce matin, la 3ème Réunion du Comité de Pilotage du Fonds régional pour la stabilisation de la région du bassin du Lac Tchad – Guichet Niger (FRSLT). Dans son mot d’ouverture des travaux, le Ministre Alkach ALHADA, également président du Comité de pilotage du Projet FSR/LT a dit se réjouir des résultats significatifs enregistrés dans le cadre de la mise en œuvre des activités de cette initiative de janvier 2020 à janvier 2021. Il a souligné l’importance du Projet FSR/LT à travers ses interventions diverses qui ont donné beaucoup de l’espoir particulièrement aux populations de Bosso (Diffa), très éprouvées par la crise sécuritaire dans le bassin du lac Tchad.

Tout en réaffirmant l’engagement du gouvernement pour la réussite effective du Projet, le ministre Alkach AHADA a rappelé quelques-unes des réalisations phares. Il s’agit des infrastructures administratives et socio-économiques réhabilitées et de nouvelles réalisées. Il a cité l’unité spéciale de la sécurité de proximité déployée et appuyée en véhicules et matériels de communication en vue de renforcer sa mobilité dans un territoire aussi immense que la Région de Diffa afin de contribuer à la sécurisation des personnes et de leurs biens. Il a également mentionné l’appui aux ménages, aux femmes, aux jeunes, à la culture du poivron et du riz dont les récoltes, le renforcement des capacités de production à travers la distribution de motopompes, de matériels aratoires et d’intrants agricoles.

De l’avis du Ministre, « l’approche de la Stabilisation prend forme du fait de sa flexibilité et son appropriation par la partie nationale, toute chose qui, avec un dialogue social, répond aux besoins exprimés par les communautés ». Au final, Alkach AHADA a invité les partenaires et les acteurs du Projet FSR/LT  à « sa duplication dans le Liptako Gourma afin de créer les conditions de relèvement et de résilience de la Région de Tillabéri face à l’insécurité »,

Le PNUD et ses partenaires débloquent 1,4 millions de dollars en appui à la Stabilisation

  

Présente à la réunion, la Coordinatrice Résidente du Système des Nations-Unies au Niger, Mme Louise Aubin, a axé son intervention sur la qualité du partenariat entre le Gouvernement nigérien et son institution (le PNUD), la République Fédérale d’Allemagne, l’Union Européenne, la Suède, le Royaume-Uni et le Royaume des Pays-Bas. Elle a profité de l’occasion pour annoncer la contribution du PNUD et de ses partenaires à la Stabilisation pour un montant de 1,4 millions de dollars.

A Mme Louise Aubin de rappeler que « La Stratégie de Stabilisation reconnait l’importance d’une plus grande résilience des communautés touchées par la violence dans la région. Depuis plus d’une décennie, la situation sécuritaire, humanitaire et du développement humain s’est détériorée dans la région du Sahel, autant dans les pays du bassin du lac Tchad que des pays du Sahel Central ».  Pour illustrer son propos, la patronne du Système des Nations au Niger a fait cas des « Milliers de morts ; millions de personnes déplacées et plus de 10 millions d’hommes, femmes et enfants dans le besoin et donc dangereusement exposés aux risques sanitaires et multiples conséquences de la pandémie du COVID-19 – un autre danger qui ne reconnait pas non plus les frontières ».  

Abondant dans le même sens, les diplomates allemands, du Royaume Uni, du Royaume des Pays Bas suivis de la Cheffe de la Délégation de l’Union Européenne au Niger (par vision conférence) ont, chacun en ce qui le concerne, assuré le Gouvernement nigérien de sa disponibilité à l’accompagner dans ses efforts de résilience et  de stabilisation tant dans le Bassin du Lac-Tchad et  que dans la région du Liptako.

Pour rappel, la région du Liptako Gourma, à cheval entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso, fait face à une situation d’insécurité née de la crise sécuritaire malienne qui s’est enclenchée depuis 2012. Au Niger, ce sont les régions de Tillabéri et de Tahoua qui en sont très affectées.

Cette rencontre, la première du genre au titre de l’année 2021, s’est déroulée à l’Hôtel Radisson Blu de Niamey en présence notamment de la Coordinatrice du Système des Nations Unies au Niger, du Président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), des représentants du Corps diplomatique, des Gouverneurs des Régions de Diffa et de Tillabéry.

niameysoir.com

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *