SANTÉ : Point de la situation de la pandémie de la COVID – 19 au Niger (Conférence de Presse)

Niamey – Mardi 29 Décembre 2020:  Le ministre en charge de la santé publique était face aux médias en début d’après pour faire le point de la situation de la pandémie de la COVID-19 qui est devenue de plus en plus préoccupante dans toutes les régions du Niger principalement à Niamey (Ville capitale du pays), à Tillabéri (Ouest du pays) et d’Agadez (Au Nord). Selon les explications du Ministre, « Les cas présentant des signes de la maladie sont en train de prendre le dessus avec 60%, contrairement aux mois précédents où la majorité des cas étaient des cas asymptomatiques ».

Au Niger, a-t-on constaté, depuis le début du mois de novembre, le pays fait face à une recrudescence des cas de COVID-19. A comprendre les autorités sanitaires, cette phase est plus importante en termes de notification des cas comparée à celle des mois de Mars à Avril 2020. A titre indicatif, pour le seul mois de Décembre, à la date du 28/12/2020, il a été enregistré 1.611 cas soit  51% de l’ensemble des cas cumulé depuis le début de la pandémie.

La situation épidémiologique à la date du 28 décembre 2020 :

  • sur un total de 61.291 tests réalisés, 3.159 cas ont été notifiés avec 99 décès, 1.736 sorties guéris et 1.320 cas actifs ;
  • toutes les 8 régions du pays ont été touchées par cette phase avec Niamey comme épicentre.

Rappel des mesures prises par le Gouvernement

Pour faire face à la situation, le Gouvernement a pris des mesures pour contribuer à l’interruption de la chaine de transmission lors des  Conseils des Ministres du 11 et du 23/12/2020. Parmi ces mesures nous pouvons citer entre autres :

  • la fermeture des écoles ;
  • la suspension des ateliers, réunions et formations ;
  • la fermeture des bars, les boites de nuit ;
  • l’interdiction des regroupements tels les mariages, baptême et funérailles
  • l’obligation du respect du respect des mesures barrières (port de masques, distanciation physique, lavage des mains) dans les administrations, les lieux de regroupement et les grandes surfaces ;
  • le renforcement de la communication.

Une amélioration de la prise en charge sanitaire :

Pour améliorer la qualité de la prise en charge, les dispositions suivantes ont été prises par le Gouvernement :

  • La réorganisation de la prise en charge au niveau de tous les hôpitaux publics qui assureront le test et le traitement des cas pour accroître la capacité d’accueil ;
  • La révision du circuit des cas suspects ;
  • Le renforcement des capacités du SAMU pour faire face aux appels en cas d’alerte ou d’urgence ;
  • Le renforcement de la permanence du SAMU pour faire face aux urgences de nuit ;
  • Le renforcement de la communication à l’endroit de la communauté pour qu’en cas de suspicion de recourir aux centres de santé et hôpitaux où des services de tri et orientation sont mis en place;
  • La mise en place d’un site de dépistage au village chinois pour les tests des cas suspects afin de décongestionner le CERMES.

Cas de la Région de Tillaberi :

La région de Tillabéri, précisément au point d’entrée de Ayérou, continue à enregistrer de forts mouvements de nos compatriotes de retour du site  aurifère du pays voisin parmi lesquels plusieurs cas de COVID 19 et d’autres maladies infectieuses comme la rougeole.

Pour y faire face au niveau de cette région, en plus de la mission de supervision et d’accompagnement du niveau centrale, il a été déployé une mission d’appui de 19 membres multidisciplinaire depuis le 19/12/2020 pour une période de 3 semaines.

Aussi, des missions de supervision sont programmées pour les autres régions dans les tous prochains jours  pour apprécier la situation.

Les conseils des autorités sanitaires :

  • Le respect de toutes les mesures édictées par le Gouvernement ;
  • Le respect strict des gestes barrières (port de masque, le lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou avec le gel hydro alcoolique, la distanciation physique)  par les administrations publiques y compris les établissements scolaires et privées qui doivent veiller scrupuleusement sur le port de masque par tous les travailleurs et les usagers ;
  • Le recours urgent aux services de santé devant tous cas présentant les signes de suspicion de la COVID-19 à savoir : la fièvre, les maux de têtes, la toux, difficultés respiratoires, perte de l’odorat, du goût ;
  • Le respect des directives pour les voyageurs au départ et à l’arrivée par voie aérienne. Il est demandé à tous ces voyageurs de se munir de leur test COVID-19 PCR Négatif et valide. Durée de validité : 72H avant l’embarquement ;
  • Le respect de l’auto confinement obligatoire de 7 jours à domicile de tous les voyageurs de retour par voie aérienne sanctionné par un test COVID au 7e jour qui se fait au niveau du village chinois.

La situation ici présentée doit donc attirer l’attention de tous. Ceci est d’autant plus justifié quand on sait que nous assistons à un relâchement total dans le respect de l’ensemble des gestes barrières recommandés dans le cadre de la prévention de la COVID-19. Un renforcement de la surveillance s’impose à tous les niveaux suite aux différents regroupements et rassemblements intervenus ces dernières semaines dans le pays relativement à la campagne électorale.

Pour conclure, le ministre de la santé publique a invité l’ensemble des populations à redoubler de vigilance car la période que nous traversons, marquée par cette 2e vague au niveau international et la saison froide, est fortement favorable à la ré-émergence de cette maladie.

Notons que cette conférence de presse s’est tenue dans la salle de conférence de l’Immeuble ONAREM en présence du Représentant de l’OMS au Niger, du Secrétaire Général du Ministère de la Santé Publique, des membres du comité technique de gestion de la pandémie de la COVID-19.

niameysoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *