RIPOSTE COVID-19 : L’IESNI lance la caravane de sensibilisation sur le respect du programme et des mesures préventives contre la COVID-19.

(Niamey, 14 août 2020) Avec l’appui financier de l’internationale de l’éducation (IE), les syndicats affiliés à l’Internationale de l’Education Section de Niamey (IESNI) ont procédé, ce matin au CCOG de Niamey, au lancement de caravane de sensibilisation sur le respect du programme des mesures de prévention édictées par le gouvernement Nigérien. Le but visé par cette initiative est de réduire la vitesse de la propagation de la maladie à coronavirus en milieu scolaire puis d’assurer la continuité pédagogique.

      Un mois durant, la caravane sillonnera les huit (8) chefs-lieux de région du Niger suivant trois (3) axes à savoir : axe 1 : Niamey-Dosso-Tillabery ; l’axe 2 : Tahoua- Agadez et l’axe 3 : Maradi- Zinder- Diffa.

Dans son mot introductif lors du lancement, le coordonnateur de l’IESNI M. Aliou Samna a d’abord situé le contexte de la tenue de cette rencontre. Ensuite, Il rappelé les différentes mesures exceptionnelles de prévention adoptées par les plus hautes autorités du pays notamment le confinement obligatoire, les mises en quarantaine, la fermeture des frontières, l’interdiction de voyager, la fermeture des commerces, la réquisition des matériels médicaux, les couvres feu, la fermeture des établissements scolaires, l’interdiction de regroupement.

Selon, les organisateurs, cette caravane sera également mise à profit pour faire la synchronisation. En clair, il s’agit d’obtenir une adhésion massive d’enseignants qui seront formés sur l’importance et l’intérêt que représente la participation aux activités syndicales. A comprendre M. Aliou Samna, la Caravane permettra aux participants de plancher sans complaisance sur  le rôle, les missions et les défis du syndicat ensuite procéder au recrutement de nouveaux militants.

Le premier cas de la COVID-19, rappelle-t-on,  a été signalé au Niger le 19 Mars 2020. Dès lors, une série de mesures d’urgences sanitaires ont été préconisées par le Gouvernement dans le sens de contenir la propagation du virus. La mise en oeuvre de ces mesures, quoique progressivement allégées, ont rendu difficiles les conditions de vie des enseignants contractuels particulièrement confrontés au retard dans le paiement des salaires et aux enseignants du privé dont la majorité n’a pas encore perçu de salaires.

Nasser ZADA / niameysoir.com