RIPOSTE COVID-19 : 11 artistes africains lancent « LE CRI DU SILENCE »

#StrongerTogether, 11 artistes s’engagent pour la protection des femmes et des filles en Afrique face à la Covid-19

« Mon autonomisation, mon avenir. Même en temps de crise ! ». C’est le thème d’une campagne du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) en Afrique de l’Ouest et centrale. La Chanson : LE CRI DU SILENCE portée par  des artistes ouest-africains et mise en musique par la diva sénégalaise Coumba Gawlo avec à la Réalisation du Clip Vidéo Les Gelongal. Les artistes ont donné leurs voix à onze (11) messages clé, en phase avec le programme Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWEDD).

Découvrons ces artistes :

Coumba GAWLO (Sénégal)

Dès l`âge de 7 ans elle se met au chant en accompagnant sa mère Fatou Kiné Mbaye, (griotte connue). A 14 ans Coumba est nommée Voix d`Or du Sénégal avec la chanson «Soweto» écrite par son père auteur compositeur en hommage à Nelson Mandela et véritable cri contre l’apartheid.

En 1998, le single « Pata pata » de son album « Yomalé » produit par le chanteur français Patrick Bruel lui vaut une grande consécration sur la scène internationale. Ce tube, hit de l’été 98 en Europe, lui a valu un double disque d’or et un disque de platine.

Ses succès, à travers le monde, ont fait d’elle une véritable ambassadrice de la culture africaine.   Coumba Gawlo reçoit le «Bideew» (étoile en wolof), une récompense aux artistes sénégalais les plus talentueux de leur époque. C’est ainsi qu’elle additionne les titres gagnés avec « Yomalé ». En raflant 4 prix.  Meilleure chanteuse moderne, Meilleur album moderne dans la catégorie des femmes avec Dewenety, Meilleure plage moderne, Meilleur clip féminin avec       «Yomalé »

Chanteuse engagée, elle fait partie du club des Enfoirés initié par le comédien français Coluche, dont l’objectif est de chanter pour nourrir les pauvres. Aujourd’hui, elle collabore étroitement avec Unicef et Plan International, INTRA HEALTH, ONUFEMMES. Championne d’UNFPA dans la sensibilisation pour l’abandon de l’excision et le Mariage des petites filles et ambassadrice du programme sur le dividende démographique lancé par l’institution à Abidjan en côte d’ivoire aves les premières dames des pays sahel. .  Elle est Marraine du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, Ambassadeur de bonne volonté du PNUD pour la lutte contre la pauvreté.

En mars 2016, elle a monté au Sénégal son groupe de presse Go Media composé d’une chaîne de radio FEM FM émettant sur la 87.9, avec en perspective une chaîne de télévision, un site web, un quotidien ce qui fait d’elle la 1ere femme sénégalaise propriétaire d’un groupe de presse.

Mouna Mint DENDENI (Mauritanie)

L’artiste Mouna Mint Dendenni est née le 14 Février 1983 à Nouakchott .La Diva du Désert, Mouna commence, dès son jeune âge à chanter et apprendre les subtilités de L’ARDINE (instrument de musique réservée exclusivement aux femmes), puisant avec brio dans le patrimoine musical populaire mauritanien dit « AZAWANE ».

Elle se distingua dans de nombreux festivals et compétitions arabes et/ou internationaux : En 2008, Mouna remporta le prix spécial du jury en Tunisie, (concours de la chanson arabe (Microphone d’Or)); En 2009 elle remportale premier prix de la chanson arabe au Maroc ; En 2010, La Diva Mouna Mint Dendenni continue ses exploits et remporta le Prix de la meilleure performance en l’Egypte, « Microphone d’Or » en Egypte

 

Mounira MITCHALA (Tchad)

Née le 19 Septembre 1979 à N’djaména au Tchad, Mounira Khalil ALIO connue sous le nom d’artiste Mounira MITCHALA, est auteure, compositeur et interprète de son état. Greffière de formation, actuellement chef de Division à la documentation et à la bibliothèque du Ministère de la Justice et des droits humains.

Mounira Mitchala est l’une des rare voix tchadienne à percer sur la scène internationale, elle décide de faire de la musique vers la fin des années 1990. Au Tchad il n’y a aucune structure de formation musicale, Mounira en vraie autodidacte, a bravé toutes les insomnies du monde, en côtoyant les musiciens locaux ou étrangers comme les H’sao, Tiken Djah FAKOLY, Ismael LO, pour se former dans l’art de composition et d’interprétation.

 

Binta TORODO (Niger)

Binta Torodo, c’est d’abord une voix chaude, profonde, sensuelle. C’est aussi une présence, mélangée de forces et de douceurs.  C’est enfin une personnalité qui sur scène vit les émotions transmises par ses chansons. Elle vient d’une famille métissée. Née au Togo d’un père Nigérien peuhl et d’une mère togolaise ; un métissage qui se retrouve dans sa musique depuis son enfance. Elle a commencé sa carrière à Niamey, au contact de grands groupes locaux comme

Goumbé Star de Mali, Yaro ou Tall national en tant que choriste, collaborant en suite en solo avec Mamar KAssey, Black Mailer ; Fati Marico…

 

 

Alif NAABA (Burkina Faso)

ALIF, La voix élégante d’un prince militant….

Alif Naaba égrène une musique Folk métissée, chantée en français et en langue Mooré (langue nationale du Burkina Faso).

Les mélodies sucrées de ce jeune guitariste-chanteur revisitent les traditions musicales du pays des hommes intègres, dans des ballades enjouées ou intimistes, qui se teintent parfois de reflets jazzy ou d’inspirations pop africaines.

Son album YI-KI, enregistré sur les routes entre Paris et Ouagadougou est une œuvre singulièrement réussie ; Une belle fenêtre ouverte sur le monde.

Le timbre cuivré de celui que l’on surnomme au Burkina Faso, « le Prince aux pieds nus », tressent alors des chants émouvants évoquant les causes sociétales et environnementales qui traversent l’Afrique de l’Ouest d’aujourd’hui.

Consacré meilleur artiste en 2014 au Burkina Faso, lors des KUNDE (Victoires de la musique au Burkina Faso) ALIF a obtenu en 2017 un disque d’or pour sa collaboration avec le groupe français DUB INC. Le single GOMDÉ, parut le 7 décembre 2019, annonce la sortie du nouvel album [So Wok] pour cet été 2020.

Depuis plusieurs années, il ne cesse de sillonner les scènes du monde avec sa musique.

                                                                                               

                                                                                                DAPHNE (Cameroun)

Daphné voit le jour à Buea, dans la région du sud-ouest du Cameroun. Elle grandit et fait ses études secondaires à Douala où la musique commence à l’intéresser. Elle est étudiante en droit et en psychologie.

C’est en 2013 que Daphne commence sa carrière d’artiste musicienne. Son premier single Rastafari sorti en 2014 sous le label Stevens Music Entertainment, lui permet de se faire connaitre La même année, elle sort Reflection, un maxi single de 4 titres dans lequel on retrouve les chansons NdoloBrokenReflection et Rastafari. En 2016, elle invite le célèbre chanteur Ben Decca pour une reprise du titre Ndolo. La même année, elle est nommée meilleure artiste féminine d’Afrique Centrale aux AFRIMMA (African Muzik Magazin Awards) aux États-Unis.

En 2017, elle sort le single Calée qui connait un succès remarquable auprès du public africain et enregistre en quelques mois plus de 10 millions de vue sur Youtube. Elle collabore avec le chanteur Mr. Leo et le chanteur et producteur Salatiel pour la composition de cette chanson

Le succès de la chanson lui permet de remporter de nombreuses récompenses dont celles de Chanson de l’année et de Meilleure voix féminine aux Balafon Music Awards 2017

Fatoumata DIAWARA (Mali)

Fatoumata Diawara sortira son nouvel et second album « Fenfo » le 25 mai (3ème Bureau/Wagram Music). Il succède à « Fatou » (2011, World Circuit), qui avait connu un grand succès auprès du public et de la critique, de Pitchfork à The Guardian. Elle débute sa tournée des capitales européennes dès mars avant une halte au Jazz Café de Londres le 26 mars, complet depuis plusieurs mois déjà.

« Nterini » (qui signifie « mon amour / mon confident ») est le premier extrait de l’album « Fenfo ». Cette chanson exprime la peine que ressentent deux amants séparés par la distance. « Mon amour, mon confident est parti tellement loin et ne m’a pas donné de nouvelles ».  Mais cette séparation évoquée poétiquement dans Nterini est aussi prétexte à aborder un sujet plus politique et ô combien actuel, celui des migrants. Thème explicité dans la vidéo de la chanson, réalisée par l’artiste éthiopienne Aida Muluneh, dont le travail est motivé par la volonté de porter un regard africain sur l’Afrique.

Sidiki DIABATE (Mali)

Sidiki Diabaté est un chanteur-musicien, compositeur, instrumentaliste et producteur malien, né le 9 février 1992 à Bamako au Mali. Il joue de la kora et d’autres instruments tels que le piano et la guitare.

Avant de se lancer dans l’industrie de la musique grand public, il s’était surtout concentré sur le rap et le hip-hop. C’est aussi un producteur qui a lancé des artistes africains comme Tal B Halala, 0x-B, ABG, Iba One avec qui il collabore étroitement sur plusieurs projets musicaux étant membre du groupe nommé GRR (Génération rap & respect) avec l’equel ils s’imposent au Mali comme le meilleur groupe de sa génération Il participe en 2015 à l’album humanz de Gorillaz..ll est le petit fils du célèbre joueur de kora dont il est aussi l’homonyme de Sidiki Diabate et il est le fils de Toumani Diabaté (Grammy Awards 2006 et 2010), Sidiki Diabaté est né à Bamako au Mali. En 2006, lorsqu’il n’est âgé que de 14 ans, il enflamme le théâtre de Privas par son jeu de kora lors de sa première sortie au festival « image et parole en Afrique » en Ardèche. En 2015, il est nommé aux Grammy Awards.

Manamba KANTE (Guinée Conakry)

Manamba Kanté est une artiste musicienne guinéenne. Elle est née en 1996, elle est la fille du célèbre Mory Kanté et femme du célèbre chanteur Souleymane Bangoura, alias Soul Bang’s. Manamba est une griotte ancrée dans ses traditions.

Manamba Kanté s’est fait connaître grâce à ses reprises (notamment dans l’émission « Toumboui », en 2012), Yèké Yèkè, sa présence régulière sur les scènes à Conakry où elle accompagne d’autres musiciens. En 2015 elle gagne le concours “Africa Stop Ebola”. (Visited 1124 times, 1 visits today)

 

 

Serge BEYNAUD (Côte d’Ivoire)

Il est né à Yopougon dans le nord d’Abidjan dans la Région des Lagunes. Né d’un père militaire, il composait des chansons depuis son enfance. Surnommé le « Mannequin de kotto » pour son style vestimentaire chic et dandy, il est une des figures emblématiques du mouvement coupé-décalé. Serge Beynaud appartient à l’ethnie bété.

Serge Beynaud a commencé sa carrière en tant qu’ ’arrangeur de son de plusieurs artistes ivoiriens. C’est en 2009 qu’il se lance sous les projecteurs avec sa chanson Kouma lébé, un véritable succès en Afrique ; depuis lors, il ne cesse de monter dans le classement des musiques et des danses urbaines africaines.Serge Beynaud signe ensuite sur le label de David Monsoh, Obouo Music, et sort son premier album Seul Dieu en 2012. L’album contient les titres Corrigé (produit par lui-même), Tchokora (produit par lui-même), Coupé Décalé (en référence au genre musical qui le fait connaître, Loko Loko (produit par lui-même). Cet album est considéré par la communauté coupé-décalé comme l’un des meilleurs « classiques » du genre.

 

Zeynab HABIB (Bénin)

ZEYNAB, POUR L’UNIVERSALITÉ…

Elle chantait avec des orchestres et sur scène avant de commencer ses expériences dans les studios d’enregistrement. C’est alors qu’elle est devenue une choriste incontournable de la fin des années 90. Née en Côte d’ivoire, Zeynab est revenue dans son pays, le Bénin, en pleine adolescence. En 2002, elle met sur le marché du disque son premier album. Puis un deuxième et un troisième. Les reconnaissances ne tardent pas à tomber. Entre autres, les Kora de la meilleure artiste féminine de l’Afrique de l’ouest (2005) et le trophée Afrima de la Meilleure artiste de l’Afrique (2017).

 

Sources : Lumière Pour l’Enfance Coumba Gawlo L’ Officielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *