Opinion-Éditoriale : La Liberté en Temps de Tourmente

Opinion-Éditoriale de SEM Eric P. Whitaker, Ambassadeur des États-Unis d’Amérique au Niger

A l’occasion de la célébration du 244ème anniversaire de l’Indépendance des États-Unis d’Amérique

Chaque 4 juillet, les Américains se réunissent pour célébrer l’indépendance de notre nation. Nous nous réunissons dans des villes à travers l’Amérique en organisant des défilés et des pique-niques pour réfléchir et célébrer nos libertés. Cette année, la commémoration de la 244ème année de l’Amérique en tant que nation libre et indépendante sera teintée par le fléau du COVID-19 qui fait rage aux États-Unis et dans le monde. En tant que peuple à travers le monde, les Américains doivent adopter des pratiques socialement responsables telles que la distanciation sociale, le lavage fréquent des mains, le port de protections faciales et le non-rassemblement en grand nombre pour éviter une nouvelle contagion. Cette pandémie, ainsi que d’autres événements récents aux États-Unis, y compris la mort insensée de George Floyd et maintenant de Rayshard Brooks, ont rendu cette année difficile et renforcent notre besoin de réfléchir sur les questions d’égalité et de justice et sur le type de société que nous, en tant qu’Américains, voulons vivre. Au-delà des manifestations que certains voient aux États-Unis, je vois des signes que notre démocratie est forte car la démocratie permet, voire exige, que ses citoyens se réunissent pacifiquement pour dénoncer le racisme, la violence et la discrimination et appellent à des actions positives et un changement social constructif qui fera de nous un peuple plus fort. Ce processus, comme indiqué dans notre Constitution, nous aidera à devenir une union « plus parfaite » qui garantira à tous ses citoyens le droit égal de jouir de la liberté et de la justice.

Je partage l’indignation de mes concitoyens face au meurtre tragique de George Floyd et de Rayshard Brooks. Notre système judiciaire poursuivra leurs assassins dans toute la mesure permise par la loi. Notre gouvernement, à tous les niveaux de la société, respectera le droit des citoyens de manifester pacifiquement et exigera que nos dirigeants apportent des changements. Notre propre manifestation civique nous donne l’occasion extraordinaire de montrer à d’autres pays le contraste saisissant entre ce qui se passe dans une démocratie en réponse aux injustices et aux inégalités sociales et ce qui se passe dans les régimes totalitaires du monde entier. Nous rejetons sans équivoque toute allégation fallacieuse mettant en cause la crédibilité de l’Amérique dans la promotion des droits de l’homme et de la démocratie à l’étranger.

Aux États-Unis, lorsque les forces de l’ordre agissent d’une manière contraire aux lois qu’elles ont juré de faire respecter, la presse couvre les événements et le système de justice pénale enquête, porte des accusations et va au tribunal pour demander justice au nom des victimes. Dans les autocraties, la police n’est responsable que devant le parti au pouvoir. Aux États-Unis, les journalistes devraient faire un reportage critique sur un maire, un policier, voire un Président, lorsque des actes répréhensibles sont commis. Dans les autocraties, lorsque les journalistes font un reportage critique sur les autorités gouvernementales, c’est souvent leur dernier jour de travail – ou de personne libre. Aux États-Unis, lorsque le peuple demande un changement, les politiciens écoutent. Dans les autocraties, le peuple n’exige pas du gouvernement de peur d’être officiellement dénoncé, emprisonné ou même exécuté.

Les États-Unis peuvent défendre les droits de l’homme et les libertés fondamentales à l’étranger parce que nous nous en tenons aux normes élevées d’une démocratie. Bien que nous sachions que nous ne sommes pas parfaits, nous savons également que nous avons l’obligation, en tant que citoyens, d’apporter le changement que nous voulons voir. Les Américains sont à la fois fiers de ce que nous avons accompli dans l’expansion de la justice, de la gouvernance démocratique et des droits de l’homme dans le monde tout en étant conscients qu’il y a, et qu’il y aura toujours, plus de progrès à faire.

Je crois fermement que l’Amérique reste la plus grande nation de l’histoire de la civilisation et le pays le plus capable de réaliser l’égalité devant la loi pour chacun de ses citoyens. La volonté de reconnaître où nous avons échoué, associée à un système qui encourage ses citoyens à participer à la création de la solution, est ce qui fait de chaque citoyen Américain un agent de changement. Les Américains se rendent compte que nous devons toujours tendre vers « une union plus parfaite ». Gardons cela à l’esprit pendant que nous construisons tous un avenir de liberté et de justice pour tous.

Publié le 02 juillet 2020