OCI : Atelier régional sur la prévention de l’extrémisme violent et le radicalisme

OCIL’organisation de la Coopération Islamique (OCI) avec la Coordination de la Banque Islamique de Développement (BID) et de l’Université Islamique du Niger (UIN) localement appelée Université Islamique de Say, organise depuis ce matin un atelier régional dans la Salle Margou de l’Hôtel Gaweye de Niamey. Le thème de cette rencontre d’échanges et de réflexion porte sur : « le rôle de l’éducation religieuse dans la prévention de l’extrémisme violent et du radicalisme »

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par M. Bazoum Mohamed, Ministre en charge de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, des Affaires Coutumières et Religieuses. Aussi, le Ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l’Innovation, le Gouverneur de la Région de Niamey, le Représentant de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) au Niger ont rehaussé de leur présence l’éclat de cette cérémonie.

OCI-2Le Recteur de l’Université Islamique du Niger, Pr Moncef JAZZAR a profité de l’occasion pour rappeler aux participants la vision ainsi que le rôle déterminant de son institution dans l’édification de la Paix à travers l’enseignement et la formation des cadres de qualité. Il s’agit pour l’Université Islamique du Niger de former les générations actuelles et futures sur les enjeux et les défis de l’heure qui ont tendance à pervertir les Valeurs Universelles prônées par l’Islam.

« L’extrémisme violent et le radicalisme sont des fléaux mondiaux. Pour y faire face, l’Université Islamique préconise une approche éducative, de formation, d’encadrement des hommes et des femmes afin de les aider à mieux connaitre l’Islam, comprendre ses principes et ses valeurs »  a dit le Professeur Moncef JAZZAR.

oci-4Pour M. Bazoum Mohamed, la prévention de l’extrémisme et le radicalisme est un sujet qui cadre parfaitement avec les missions assignées à l’Université Islamique du Niger (UIN). Ce thème est également en cohérence avec la vision de son département ministériel qui, dit-il, passe rarement un jour sans incident ayant trait à ce sujet.

« Je trouve ce thème pertinent car aujourd’hui s’il y a une quête de radicalité chez la jeunesse, c’est parce que celle-ci puise le plus souvent ses arguments dans les enseignements universitaires » a-t-il expliqué.

OCI-3Au Ministre d’État Bazoum Mohamed de témoigner : « J’ai rarement vu une personne se radicaliser qui n’aie pas été  en contact direct ou indirect avec une autre qui a reçu un enseignement universitaire. Si les enseignements qui peuvent être prodigués dans les université islamiques sont susceptibles de donner l’occasion à l’expression d’une certaine forme de discours radical pouvant conduire à l’action violente, c’est aussi dans ces universités que doivent être promus les moyens de lutte contre cette entreprise d’où l’importance de l’Université Islamique du Niger qui génère des produits de qualité »

Des recommandations sont attendues à l’issue de cet atelier qui durera deux (2) jours.

niameysoir.com