MIGRATION : L’Equipe Conjointe d’Investigation ECI-Niger, un outil efficace pour lutter contre les réseaux criminels liés à la traite des êtres humains, au trafic illicite de migrants et à la fraude documentaire

Photo de famille à la DST Niamey lors d’une précédente activité de l’ECI – Niger

Les  questions  migratoires  sont  au  cœur  des  préoccupations  de  la communauté internationale qui s’active depuis plusieurs années à répondre aux défis multi-sectoriels liés notamment à la migration irrégulière. Le Niger et ses partenaires font face à ce défi et les enjeux connexes car le pays est traversé par d’importants flux migratoires subsahariens en direction du Maghreb et de l’Europe. Le Niger est aussi un pays d’accueil et de destination pour les ressortissants des pays de l’Afrique subsaharienne. Pour lutter contre la migration irrégulière, le Parlement nigérien a adopté la loi N°2015-36 du 26 Mai 2015 permettant au Gouvernement de prendre des nouvelles mesures contraignantes face au phénomène de la migration irrégulière.

C’est dans ce contexte que l’Equipe Conjointe d’Investigation (ECI-Niger) a été créée à la fin de l’année 2016 et regroupe en son sein des fonctionnaires de la police du Niger, de France et d’Espagne.

L’ECI-Niger et ses résultats opérationnels

Arrivée du Directeur Gnéral de la Police Nationale du Niger (en blanc) à une cérémonie de remise de témoignage de satisfaction à trois fonctionnaires de police membres de l’Equipe ECI- Niger.

Sur le terrain, quatre (4) années de lutte implacable contre les pratiques mafieuse et attentatoire aux droits humains, ont permis d’obtenir des résultats opérationnels quantitatifs et qualitatifs encourageants. A la date du 31 décembre 2020, les actions de l’ECI-Niger ont permis d’interpeller 475 personnes, dont 453 déférées et 439 écrouées, la saisie de 72 voitures, 45 motos de trafiquants présumés et 185 documents contrefaits ou falsifiés découverts par la Division des Investigations Spéciales (DIS) de la Direction de la Surveillance du Territoire et ses Antennes territoriales.

L’Ambassadrice d’Espagne au Niger (au centre) lors de la soirée de remise de distinction aux deux officiers de la police nationale du Niger

L’ECI-Niger a organisé une vingtaine de formations sur l’informatique, l’utilisation de matériel technique, les droits humains, le genre, la fraude documentaire et la problématique de contrôle des frontières, entre autres. En outre, des fiches alertes ont été conçues et diffusées, une activité de peer coaching sur ces fiches alertes a été réalisée en 2019. Pour rappel, la Fiche Alerte est une vérification technique et très rigoureuse du document d’identité qui fait apparaître la fraude documentaire à partir des prises de photos et en procédant à leurs grossissements avec des commentaires. A la suite de quoi, cette fiche technique est transmise aux services de police compétents pour les informer éventuellement de la nature de la fraude documentaire. Au total, depuis le début du projet, quarante-et-une (41) fiches alertes ont servi à diffuser les cas de fraude documentaire détectés.

M. Abdoul Salam Moumouni, Commissaire de Police, Chef de la Division des Investigations Spéciales (DIS) de la Direction de la Surveillance du Territoire et M. Fernando Guerrero Commissaire de la Police espagnole procédant à l’ouverture des fonctionnaires de la police nationale du Niger à Dosso.

A noter également que des grands réseaux internationaux et nationaux ont été démantelés avec un taux d’incarcération très élevé et un nombre importants de véhicules et biens saisis. Dans le même temps, plusieurs actions de coopération ont été menées avec des pays de la sous-région notamment le Nigéria, le Bénin et le Sénégal.

 L’ECI-Niger, un modèle de coopération policière

M. Abdourahamane Ayouba, Inspecteur Général de la Police Nationale du Niger, Directeur de Renseignements Généraux (à gauche) et M. Abdourahamane Alpha, Commissaire Divisionnaire de la Police Nationale du Niger, Directeur de la Surveillance Territoriale (à droite) peu après leur décoration par l’ambassadrice de l’Espagne au Niger

Après cinq (5) ans de mise en œuvre, les résultats concrets de l’ECI-Niger forcent l’admiration des autorités nigériennes et européennes. En février 2021, M. Abdoul Salam Moumouni, Commissaire de Police, Chef de la Division des Investigations Spéciales (DIS) de de la Direction de la Surveillance du Territoire qui est l’ancrage opérationnel de l’ECI-Niger, M. Fernando Guerrero Commissaire de la Police espagnole et M. Patrick Muscat Commandant de la Police française ont été félicités par les autorités nigériennes pour la qualité de leurs services et surtout les résultats exceptionnels enregistrés par l’Equipe Conjointe d’Investigation à travers des témoignages officiels de satisfaction décernés par le Ministère Nigérien en charge de l’Intérieur et de la Sécurité Publique. Auparavant, (décembre 2020), deux Directeurs Nationaux de la Police M. Abdourahamane Ayouba, Inspecteur Général de la Police Nationale du Niger, Directeur de Renseignements Généraux et M. Abdourahamane Alpha, Commissaire Divisionnaire de la Police Nationale du Niger, Directeur de la Surveillance Territoriale, ont été également décorés par SE Mme Nuria Reigosa Gonzalez, Ambassadrice de l’Espagne au Niger pour leurs précieuses contributions à l’atteinte des objectifs de l’ECI-Niger.

M. Abdoul Salam Moumouni, Commissaire de Police, Chef de la Division des Investigations Spéciales (DIS) de la Direction de la Surveillance du Territoire, M. Fernando Guerrero Commissaire de la Police espagnole et M. Patrick Muscat Commandant de la Police française (De gauche à droite)

Le projet pilote ECI-Niger est financé par l’Union Européenne et vise à renforcer la lutte contre les réseaux criminels liés à l’immigration irrégulière, la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants. Des officiers de la Police du Niger, de l’Espagne et de la France participent dans ce projet qui est coordonné par la Fondation internationale et ibéro américaine pour l’administration et les politiques publiques (FIIAPP) basée à Madrid en Espagne.

Vue des participants lors d’une formation de l’Equipe ECI-Niger à Dosso

ECI-Niger vise deux (2) objectifs spécifiques, le premier étant axé sur le renforcement des capacités opérationnelles et judiciaires des services de la police nationale nigérienne impliqués dans la lutte contre les réseaux criminels organisés liés notamment au trafic illicite de migrants, à la traite d’êtres humains et à la fraude documentaire, sans occulter l’amélioration de la gestion policière des frontières, et le second visant l’amélioration du taux d’élucidation des enquêtes liées à la lutte contre les réseaux criminels liés à la traite des êtres humains et au trafic illicite de migrants.

Vue des officiels lors d’une activité de l’Equipe ECI-Niger à Niamey

Les résultats opérationnels ont conféré à l’ECI-Niger une notoriété au plan national et international. A ce jour, grâce à son efficacité et aux résultats obtenus, l’ECI-Niger est une référence qui a engendré la création d’autres projets similaires dans la sous-Région.

Sources : https://ec.europa.eu/trustfundforafrica/region/sahel-lake-chad/niger/creation-dune-equipe-conjointe-dinvestigation-eci-pour-la-lutte-contre_en#:~:text=Objectif%20g%C3%A9n%C3%A9ral%3A,%C3%A0%20ce%20type%20de%20d%C3%A9lits.

 

 

 

 

 

 

PHOTOS : NIAMEY-SOIR