MESSAGE : 20 Novembre 2020 – Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

Le 20 novembre de chaque année marque la journée mondiale de l’enfance. Cette journée vise à rappeler l’importance de garantir et faire respecter les droits de chaque enfant, aujourd’hui plus que jamais, face à la crise de la COVID-19.

Depuis plus de 30 ans, nous célébrons à l’occasion de cette journée, les progrès réalisés en termes d’éducation, de santé, de nutrition, d’accès à l’eau potable et aux services d’assainissement, d’hygiène et de protection des enfants.

Ces dernières années ont été un voyage exceptionnel pour les enfants au Niger. Aujourd’hui, les bébés et les jeunes enfants sont moins susceptibles de mourir d’infections respiratoires, de diarrhée, de paludisme et d’autres maladies courantes que par le passé. Pouvoir aller à l’école au Niger est maintenant une réalité pour beaucoup plus d’enfants qu’il y a plus de 30 ans. 

Cependant, il reste beaucoup à faire pour créer un environnement favorable aux enfants et aux générations futures. Certains enfants n’ont toujours pas la possibilité de profiter pleinement de leur enfance. Le parcours depuis le ventre de la mère jusqu’aux années vulnérables de l’adolescence est souvent rempli de dangers et de difficultés.

Le pays continue de faire face à des urgences simultanées qui mettent à rude épreuve ses capacités de réponse. Les enfants sont confrontés à la malnutrition, à des épidémies récurrentes, à des inondations de plus en plus prononcées particulièrement cette année, à la sécheresse et aux déplacements forcés – notamment due à l’insécurité dans certaines zones frontalières à cause de la présence des groupes armés non-étatiques.

L’année 2020 n’est pas une année comme les autres. Dans le monde entier, la pandémie de COVID-19 a bouleversé notre quotidien.  La COVID-19 cause d’effroyables conséquences sur les jeunes et les enfants à tous les niveaux. Le droit à la santé est menacé. Le droit à l’éducation est malmené. Le droit au bien-être est fragilisé. Le droit à la protection est affaibli.

Dans les pays confrontés à des crises humanitaires comme le Niger, la pandémie de COVID-19 a créé une pression supplémentaire sur des systèmes de santé et des services sociaux déjà surchargés et a exacerbé les vulnérabilités des populations. Les progrès durement acquis pour faire progresser les droits des enfants ont été menacés.

En même temps qu’elle ait mis en exergue les vulnérabilités, la pandémie a également été très révélatrice du potentiel qui existe dans le pays. Les jeunes ont fait des innovations pour surmonter cette épreuve, le pays a réussi par ses moyens à contenir la propagation du virus.  Nous avons maintenant une fenêtre d’opportunité cruciale pour nous réinventer et réinventer l’avenir pour chaque enfant.

A ce moment critique de l’histoire, plus que jamais, nous devons rester solidaires et nous mobiliser pour que cette Journée mondiale de l’enfance remette les droits de l’enfant au cœur de toutes les priorités.

Toute action entreprise doit désormais donner la priorité aux besoins des enfants et des jeunes les plus marginalisés – y compris les filles ; ceux confrontés à la pauvreté, à l’exclusion ou à la violence ; aux enfants à besoins spéciaux ; aux enfants affectés ou déplacés par une crise humanitaire ; ou aux enfants sans soins parentaux.

Pour cela, nous devons redoubler nos efforts pour :

  • Faire en sorte que tous les enfants apprennent, tout en comblant la fracture numérique
  • Garantir l’accès aux services de santé et de nutrition et rendre les vaccins abordables et disponibles pour chaque enfant
  • Soutenir et protéger la santé mentale des enfants et des jeunes et mettre fin aux abus, à la violence et à l’exploitation des enfants
  • Accroître l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène et lutter contre la dégradation de l’environnement et le changement climatique
  • Inverser la montée de la pauvreté des enfants et assurer une reprise inclusive pour tous
  • Redoubler d’efforts pour protéger et soutenir les enfants et leurs familles vivant dans les conflits, les catastrophes et les déplacements

Et pour cela, nous devons aussi écouter les enfants et les jeunes et les inclure dans la prise de décision. Ils vivront avec l’impact de cette pandémie et doivent être inclus dans les décisions qui affectent leur avenir.

Nous devons nous engager pour réinventer un avenir plus égalitaire, plus juste et plus durable, pour chaque enfant.  Nous devons mener ce combat ensemble pour faire passer les enfants en premier, parce que chaque enfant a le droit à une enfance.

Les enfants ont besoin de notre soutien à tous afin qu’ils puissent survivre, s’épanouir et réaliser leurs rêves.

Pour chaque enfant, tous ses droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *