MARCHÉ : Les prix des fruits sur les marchés de Niamey en semaine 20 Mai 2022


C’est le temps des mangues ! Les mangues greffées ont différentes origines : Nigeria, Côte d’Ivoire, Ghana, Burkina Faso. Les prix sur le marché de Katako sont en fonction de la taille et de l’origine des mangues, mais il est difficile de savoir le nom des variétés. Les prix des cartons sont 12 000 F, 22 000 F, 25 000 F ou 27 000 F. Côté production du Niger, on trouve beaucoup de mangues locales (non greffées) principalement sur le marché de Harobanda. Le tchila des mangues locales se vend à 4500 F. Il est également possible d’acheter des melons mais en petite quantité. Le prix est fonction de la taille. Les pièces les plus grandes sont à 700 F et les plus petite à 250 F. La surprise vient de l’arrivée de deux camions de pastèques en provenance du Ghana. Les grandes pastèques sont à 2 000 F et les plus petites se négocient entre 750 F et 1000 F.
Abondance de la tomate sur les marchés…
Les tomates du Niger sur le marché de gros de Niamey, seuls les deux « T » sont présents : Téra au nord-ouest (Région de Tillabéri) et surtout Tabalak beaucoup plus loin au nord-est (Région de Tahoua), deux sites de production au bord d’une mare (semaine 21 / mardi 24 mai).
C’est bientôt la fin de la saison de la tomate de contre saison du Niger. Le carton de 30 kg de tomates de Tabalak se vend à 15 000 F (photo 1), un prix de saison si l’on regarde les années précédentes. Le prix devrait monter à 20 000 F voir 30 000 F au cours des semaines prochaines. La tomate de Tabalak disparait des marchés de la capitale entre la semaine 24 et 26, à la fin du mois de juin (vers la fin de la production photo 2 et 3). Le prix du carton de tomate de Téra est à 13 000 F mais elle aussi va disparaitre très rapidement des marchés. A partir de fin juin et début juillet ce sont les tomates étrangères qui prendront le relais : Ghana, Nigeria, Bénin et Maroc.
La tomate est un légume particulier qui fait l’objet de flux très importants entre les pays de notre partie de l’Afrique de l’Ouest. En avril et mai, les acheteurs du Ghana sont venus s’approvisionner à Téra (photo 4) pour leur marché. Dans un mois environ, ce sont les tomates de la partie sud du Ghana qui prendront la route du Niger, le flux sera inversé. C’est la même chose avec le Bénin qui a été ravitaillé par les tomates de Doguéraoua (Région de Tahoua) pendant la saison sèche mais dont les productions de saison des pluies vont bientôt arriver au Niger.
Ali Moussa / RECA Niger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *