Les Généraux de la Société Civile encore dans la Rue contre la loi de Finances 2018

jac-1Ce dimanche 28 janvier 2018, le Cadre de Concertation et d’Actions Citoyennes de la Société Civile nigérienne indépendante a organisé ce matin une marche suivie d’un gigantesque meeting qui a mobilisé une foule imposante de la Place Toumo à la Place de la Concertation (lieu du meeting). Cette manifestation dénommée par les organisateurs « Journée d’Actions Citoyennes – JAC », la première du genre, est une suite logique de la dernière manifestation publique de la société civile contre la loi de finances 2018 en date du 14 janvier.

Outre les pancartes et les slogans hostiles au régime du Président Issoufou Mahamadou, la manifestation de ce matin a la particularité d’enregistrer la présence des leaders politiques de l’opposition, des opérateurs économiques ainsi que des membres de différentes structures syndicales et socioprofessionnelles basées à Niamey. Le motif étant :  »il s »agit d’une manifestation citoyenne contre la loi des finances dont les nouvelles mesures n’épargnent personne ».

JAC2« Nous sommes mobilisés et déterminés à exprimer de vive voix notre indignation et notre désapprobation de l’attitude et du comportement du Gouvernement et de la Représentation nationale, qui ont choisi lamentablement de se mettre en porte à faux avec les aspirations du peuple en élaborant et en adoptant une loi scélérate et antisociale des finances 2018 » a dit un des organisateurs du haut de la tribune.

De l’iniquité fiscale

A comprendre M. Nouhou Mahamadou Arzika, président du MPCR, la loi des Fiances 2018 confèrent des ‘’cadeaux fiscaux illégitimes’’ aux plus nantis, elle consacre ‘’l’iniquité fiscale’’ vis-à-vis des moins nantis en même temps qu’elle maintient en hausse le train de vie de l’État ainsi que les dépenses de prestige au détriment des services sociaux de base.

De la présence des bases militaires occidentales

C’est pourquoi, poursuit-il, aucun sacrifice n’est de trop pour la sauvegarde des acquis démocratiques, la paix sociale, l’égalité, de l’indépendance nationale et de l’intégrité du territoire à l’heure où le Niger est en voie d’occupation par les forces étrangères et menacé par les terroristes de tout acabit.

De la rupture d’égalité entre les citoyens

Selon Nouhou Mahamadou Arzika, les fondements même de la République, de la Démocratie et de l’État de droit sont mis à rude épreuve. La rupture d’égalité entre les citoyens est manifeste.  »Le Niger n’a jamais connu autant de pillage grotesque au vu et au su de tout le monde depuis son accession à l’indépendance » a t-il martelé dans une colère à peine contenue. « Comment comprendre que les Gouvernants choisissent de trahir le peuple de manière aussi grotesque en violant la constitution, qu’il s’est librement donnée dans le seul dessein égoïste de s’octroyer des rentes de situation ? »

De la gouvernance politique actuelle du pays

JAC3Les organisateurs ont profité de ce rassemblement pour lever le voile sur ce qu’ils ont qualifié de ‘’tares’’ relativement à la gestion actuelle des affaires publiques.  « Comment comprendre que les représentants de la Nation puissent faire fi de la situation de mal vivre collectif, de la misère générale, qui tenaille le peuple et de la vie chère ambiante pour s’octroyer des avantages faramineux illicites et illégitimes au détriment des services sociaux de base ? »

Dans le même ordre idée, ils ont mis l’accent sur ‘’la guerre asymétrique à l’ouest et à l’est du pays, l’insécurité alimentaire rampante, un chômage endémique des jeunes, une crise chronique des systèmes éducatif et sanitaire, un renchérissement vertigineux du coût de la vie et une dégradation continue du niveau de vie de la majorité écrasante du peuple’’.

Au regard de la situation critique dans la gestion des affaires d’État, les organisations de la société civile se  disent résolument engagées à ne ménager aucun effort pour lutter contre « la mal gouvernance, la dilapidation des deniers publics, l’enrichissement illicite, la spoliation des richesses nationales et les abus de pouvoir et de position de la part de nos élus et de qui que ce soit au détriment du peuple ».

Appel à la défense des fondements de la République

Le Niger est à la croisée des chemins d’où l’appel à la mobilisation lancé par la société civile pour défendre les principes fondamentaux de la bonne gouvernance démocratique, la forme républicaine de l’État, la démocratie, l’État de droit, la transparence, l’équité et la justice sociale. Toute chose qui conditionne une juste et meilleure répartition des fruits de la croissance économique entre l’ensemble des couches socioprofessionnelles du pays à travers notamment le développement des secteurs sociaux de base.

De la nécessité de préserver le cadre démocratique au Niger

JAC4Pour M. Nouhou Mahamadou Arzika, cette grande mobilisation témoigne de la prise de conscience du Peuple par rapport au caractère  »injuste » de la loi des finances adoptée par l’Assemblée Nationale le 26 novembre 2017 puis  publiée au Numéro Spécial 26 du Journal Officiel du 29 Décembre 2017. Elle est en vigueur depuis le 1er Janvier 2018.

« C’est un impératif de survie de notre cadre démocratique et républicain si chèrement acquis de hautes luttes. C’est pourquoi, nous estimons qu’aucun sacrifice n’est de trop pour la sauvegarde des acquis démocratiques etc. » a dit M. Nouhou Mahamadou Arzika avant de conclure que la prochaine Journée d’Actions Citoyennes (JAC) est prévue pour le dimanche 11 février 2018. A noter qu’en marge de cette lutte contre la loi des Finances 2018, des actions citoyennes tournantes de sensibilisation et d’information sont prévues tous les samedis au niveau des cinq (5) arrondissements communaux de Niamey, la Ville capitale du pays.

 niameysoir.com