LES ÉCHOS DE NIAMEY SUR LES RESEAUX SOCIAUX


 

SECURITE : L’élément des FDS qui, à mon avis n’est peut-être qu’une autre victime indirecte de ce drame…. 

Depuis la Prison dans laquelle Mark m’a retenu pendant 3 jours suite à des signalements de mes amis partenaires de la CNTPS , j’ai assisté aux débats suscités par la tragique disparition du jeune Nourridine, arraché brutalement à l’affectation de sa famille par une balle tirée par un gendarme en faction devant le domicile de Hassoumi Massaoudou, ministre des affaires étrangères du Niger ( le même ministre qui a déclenché une guerre diplomatique contre le Gouvernement du peuple frère et ami du Mali ) .
Paix à l’âme de cet autre jeune du Niger.
Beaucoup de Nigériens ont vite fait de jeter l’opprobre sur l’élément des FDS qui, à mon avis n’est peut-être qu’une autre victime indirecte de ce drame qui endeuille encore une fois notre pays.
Il y’a quelques mois après une attaque terroriste à Chinagoder, je tirais la sonnette d’alarme par rapport à la nécessité de mettre en place un soutien psychologique au profit des rescapés de ce drame…
Comment voulez-vous que de jeunes FDS , envoyés sur les théâtres des opérations , qui assistent à certains actes barbares qui coûtent la vie à leurs amis, se comportent alors qu’une fois de retour dans nos villes et villages ils sont affectés à d’autres missions sans un accompagnement psychologique ?
Les ministres en charge de la Défense et de la Sécurité Publique doivent prendre en compte cet aspect sinon , d’autres actes pires pourront subvenir et impliquant des éléments victimes peut-être d’un syndrome traumatique post déploiement en zone de guerre.
Bana Ibrahim / web-Activiste – 17 Février 2022

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SECURITE : Iyad Aghali remporte son combat…

Iyad Aghali du GSIM a remporté son combat sur les partenaires du Mali. Pour rappel le retrait des forces armées étrangères est une des revendications du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM).
Rappelons aussi que le GSIM est le plus grand groupe jihadiste au Mali formé en 2017 par de katibas affiliés à ALQAIDA.
Les 4 katibas sous la bannière du GSIM:
1- Ansar Dine dans le nord et l’est de Kidal,
2- la Katiba Macina dans les régions de Mopti et Ségou,
3- la Katiba al-Furqan dans le nord et l’ouest de Tombouctou et
4- la Katiba al-Mourabitoun au sud-est de Tombouctou et au nord de Gao.
Dans ses déclarations, le GSIM a affirmé qu’il poursuivait deux (2) objectifs principaux :
– le retrait des forces étrangères et
– l’établissement d’un régime islamique, au Mali tout d’abord, voire dans tout le Sahel .(Extrait choisi)
Abdou Pagoui, Web activiste – 17 Février 2022

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SECURITE : Rodéo ou Drift….un fléau meurtrier à Niamey

Les autorités doivent absolument stopper cette histoire de drift à Niamey. Des impolis ne peuvent pas se permettre de tuer des gens quand et comme ils veulent parce que que tout simplement ils ont des véhicules. Il faut des mesures sévères, drastiques et contraignantes pour stopper cette arrogance insupportable wallahi ! C’est révoltant et choquant à la fois ! Contrairement à ceux qui jettent la responsabilité sur les parents je pense qu’il faut savoir que ce ne sont pas tous les enfants qui écoutent ou ont peur des parents. Sans oublier qu’à Niamey, beaucoup font semblant d’être jeunes alors qu’ils sont parents des jeunes. Il n’est pas rare de rencontrer un gaillard de plus de 40 ans s’adonner à des pratiques d’enfants de 12 ans . C’est pourquoi , je propose :
– L’identification de tous les véhicules Mercedes appartenant aux adolescents dans la ville (les chefs d’établissements publics et privés peuvent aider dans ce sens)
– La punition sévère de tout enfant qui se ferait prendre en situation de drift ou excès de vitesse
– La saisie de tout véhicule et son incinération immédiate
Allez-y dire que c’est parce que je suis pauvre que je parle comme ça, oho !!!! Wallahi vos enfants ne vont pas continuer à pourrir la vie à des paisibles citoyens kaway 🍉🍉🍉🍉

Oumarou Kante, web activiste- 17 Février 2022

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&
SECURITE : Des adolescents aux volants des Mercedes…..mon cri de cœur à l’endroit des autorités
Bonjour femmes musulmanes je vous assure il faut que nous : parents les autorités , prenions nos responsabilités pour éradiquer ce fléau de Mercedes qui font virage américain où je ne sais quoi. J’ ai failli être tuée tout à l’ heure a 8h30 (jeudi 17 février 2022) après avoir déposé mes enfants à l’école Baby Scholl. Deux élèves à bord d’une Mercedes m’ont coupé la priorité dans un Virage menant vers le Lycée koira. Derrière eux dans le couloir c’est la débandade, les paisibles passants couraient dans tous les sens pour échapper au véhicule et c’est dans cette folie meurtrière que j ai croisé leur chemin. Je vous assure c est Dieu qui m’a protégé.

La police doit intervertir en faisant des descentes dans tous les établissements publics et privés de la capitale pour mettre la main sur toute Mercedes appartenant à un élève. Car je vous assure certains parents ne sont même pas au courant que leurs enfants possèdent des véhicules, véhicules dérobés dans les garages ou a l’insu des parents. Les enfants ont plusieurs possibilités de s’acquérir ces voitures de marque Mercedes.
Nous sommes en danger et eux-mêmes se font tuer car c’est des inconscients. L’Etat doit prendre des mesures drastiques pour éradiquer à jamais ce fléau qui ne fait que prendre de l’ampleur à Niamey. Avant hier seulement, (NDLR : Le 15 Février 2022) un enfant a perdu la vie suite à cette inconscience. Au lieu de se racheter et de prendre véritablement conscience du danger, des jeunes élèves continuent à jouer ce jeu dangereux. Ils faut les arrêter ! Je lance ce cri de cœur aux autorités pour nous aider dans cette lutte.

Auteur : Citoyenne Anonyme – 17 Février 2023

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&
SECURITE : Un « véhicule fou » roulant comme bête sauvage
Comment peut on s’acharner sur un homme de sécurité sur qui fonce un « véhicule fou » roulant comme bête sauvage ? Sortons de l’émotionnel pour voir les choses avec une certaine objectivité. Quelle est la part de responsabilité de ces Bourgeois qui mettent à la disposition des adolescents de véritables Engins de la mort?
Amrouch Alhaj – 16 Février 2022
&&&&&&&&&&&&&&&&&
SECURITE : Coups de feu! Coups de fusil !
Nourédine, Alio, Abdou, Issaka, Mallah, Doudou, Ibrahim, Hamza, et autres Martyrs
Niamey, 15 février 2022.
Coups de feu! Coups de fusil !
Par la bouche de son canon, il crache des balles, il crache la mort.
Une jeune tombe, un élève meurt, comme d’autres, avant lui.
Quel sens a-t-on donné ici, aujourd’hui, maintenant, au 9 février 1990, à son souvenir, à sa commémoration ?
Était-ce un instant banal, parmi des instants ordinaires, qui ne sert à rien, qui ne prévient rien, qui n’empêche rien, même pas l’assassinat de jeunes Nigériens par les fusils de la République ?
Pourquoi, ici plus qu’ailleurs, ces fusils prennent pour cibles, pour gibiers, jeunes, élèves et étudiants ?
Après avoir commémoré le 32e anniversaire du tragique 9 février, Nourédine Ali Sékou a rejoint Alio Nahanchi, Abdou Mamane Saguir, et Issaka Kainé, dans la mort.
Qui donc a donné la mort à ces jeunes qui cherchaient la vie ?
Personne, ce n’est personne.
C’est la faute à Malfa, c’est la faute à Bindiga !
Et si Mallah Bagalé est mort comme Nourédine, comme Alio, comme Abdou, comme Issaka
C’est la faute à Malfa, c’est la faute à Bindiga !
Si Doudou Adamou, Hamza Djibey Et Abdoul Razak Ibrahim sont morts à Téra
C’est la faute à Malfa, c’est la faute à Bindiga !
Jeunes Martyrs
Que votre sang versé pout la terre au sein de laquelle vous dormez, ne soit pas inutile.
Reposez en paix.
La justice des hommes est tortueuse, celle du Miséricordieux qui vous accueille est droite et infaillible.
Farmo M. – 16 Février 2022
&&&&&&&&&&&&&&&&&
SOCIETE : L’essentiel est de savoir œuvrer pour le meilleur…
Certains mettront toujours sur nos roues leurs battons, tandis que bien d’autres nous épauleront ;
Certains nous prendront toujours pour leurs concurrents, et pour d’autres nous serons le conquérant ;
Certains nous jugeront sur des détails et nageront dans l’errance, d’autres sans jugement nous accepteront malgré nos carences ;
Certains seront jaloux de nos œuvres et nous haïrons, et bien d’autres seront fiers de nos productions ;
Certains nous côtoieront tous les jours sans vraiment nous connaitre, et d’autres nous connaîtront et nous aimeront sans trop nous côtoyer …
Telle est la vie, avec ses contradictions et bénédictions.
L’essentiel est de savoir œuvrer pour le meilleur, dans la vérité, par la vérité et pour la vérité et laisser le résultat faire ses bruits. Pour le mouvement de jeunes socialistes (MJS)l’essentiel c’est aussi de savoir écrire avec affection et abnégation chaque jour de notre histoire, et marquer avec amour mais aussi avec détermination chaque pas de notre trajectoire…
Mahamadou HAMZA dit Papou/ Président du Mouvement de Jeunes Socialistes (MJS) – 16 Février 2022

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SECURITE : Le droit de vie et de mort sur les nigériens…

Certains perroquets roses  (NDLR: maillants du principal parti au pouvoir) pensent que dans un contexte d’insécurité, les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont le droit de vie et de mort sur les nigériens.

Issa Garba, Acteur de la Société Civile – 16 Février 2022

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SECURITE : Mort de l’élève Nouridine… 

Les français tuent à Téra, la Renaissance leur emboîte le pas à Niamey !

Qu’on ne vienne surtout pas nous défendre la thèse du soldat fou ou celle de la « réaction adéquate » de Parly !

Ibrahima Hamidou / Journaliste, Analyste Politique

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SOCIETE : Le Tribunal des réseaux sociaux est expéditif et inquiète à l’allure où vont les choses.

Sous le poids de la clameur publique virtuelle et sans précaution aucune, des faits sont maladroitement et laborieusement présentés, appréciés, qualifiés et les personnes indexées sont jugées et condamnées au mépris de certains principes essentiels d’un procès dit équitable.

En conséquence, des réputations sont brisées, des liens détruits, des justifications fantaisistes sont données alors que très souvent il n’en est rien. Le drame est que dans beaucoup de cas le coup est parti.

Pourtant, avec un peu de lucidité et de recul, on pourrait éviter des jugements hâtifs aux conséquences souvent dramatiques aussi bien pour « le juge virtuel », pour la personne jugée et pour la victime des agissements très souvent condamnables. Le combat contre la tentation naturelle de vouloir se prononcer à chaud sur des questions complexes doit être permanent.

L’intelligence artificielle ne doit pas prendre le pas sur la vraie intelligence.

Que Dieu apaise les cœurs et les esprits. Plus d’éthique et de responsabilité dans nos agissements quotidiens pour une vie commune harmonieuse.

Que l’âme du défunt repose en paix, que l’enquête situe les responsabilités à tous les niveaux et que cet événement malheureux nous serve à quelque chose.

 Dr Adamou Issoufou, Juriste – 15 Février 2022

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

ENVIRONNEMENT : Le morcellement de la ceinture verte continue malgré tout…

Même sous Mohamed Bazoum le morcellement de la ceinture verte de Niamey continue de plus belle. Malgré les engagements à l’international du Niger via l’ancien Chef de l’Etat Issoufou Mahamadou vis à vis du projet ambitieux de la Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel.

A ce jour 15 février 2022, une visite dans la Ceinture Verte de Niamey montre que rien ne semble stopper cet système de captation des biens publics qui traduit la déliquescence de l’Etat et la main mise des systèmes mafieux sur la gestion de la chose publique.
Ali Dan Bouzou / Web activiste – 15 Février 2022

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SECURITE : Point de presse du Procureur de la République sur le décès de l’élève Nourridine Aliou  à Niamey

Le buzz qu’a suscité le décès de l’élève Nourridine Aliou cet après-midi du 15 février 2022, sur les réseaux sociaux, a suscité la sortie médiatique du Procureur de la République près du Tribunal de Grande instance Hors Classe de Niamey, M. Chaibou Moussa qui a fait un point de presse, à l’effet d’éclairer la lanterne de l’opinion publique sur les faits.

Le Procureur de la République accompagné des autres membres du Parquet, a rencontré en fin d’après-midi les professionnels des médias au sujet de l’événement regrettable ayant causé la mort de l’élève Nourridine Aliou, aux environs de midi, dans le quartier Recasement de Niamey.

Il s’agit, selon le chef du parquet, d’un véhicule de marque Mercedes, à bord duquel se trouvent quatre personnes, dont deux filles et deux garçons. D’après les explications du Procureur, le véhicule en question roulait ‹‹ à vive allure ››, tout en effectuant ‹‹ un virage américain ›› à côté d’une résidence surveillée par des éléments de la gendarmerie nationale.

Ainsi, la vitesse avec laquelle le véhicule a foncé droit dans le poste de la sécurité où se trouvent les éléments de la gendarmerie nationale, a suscité une réaction d’un des gendarmes qui ‹‹ a tiré deux ou quatre fois et la balle a malheureusement atteint un des occupants du véhicule en question ››, rapporte M. Chaibou Moussa, tout en précisant qu’il s’agit bien de l’élève Nourridine Aliou, en classe de terminale D.

Face à cette situation, le Procureur de la République a instruit la direction de la police judiciaire (PJ), pour ‹‹ ouvrir une enquête ›› permettant de comprendre ce qui s’est réellement passé, tout en cernant ‹‹ avec précision les contours de cette affaire ››.

D’ores et déjà, la Police judiciaire ayant pris en main l’affaire, a ensuite procédé à des auditions. Celles-ci, poursuit le Procureur de la République, ont permis d’identifier l’agent de la gendarmerie nationale qui a tiré sur le véhicule. Le chef du parquet a rassuré que l’agent a été arrêté et placé en garde à vue, au niveau de la Police judiciaire, pour le besoin de l’enquête qui est ouverte.

Cette enquête qui n’est qu’à ses débuts, gage a été donné par le Procureur de la République afin de ‹‹ veiller à ce que tout soit clarifié dans le cadre de cette affaire ››, rassurant également que ‹‹ tout sera fait pour que la vérité se manifeste ››, avant de marteler que toutes les responsabilités seront situées.

Tout comme dans un État de droit où la force reste à la loi, M. Chaibou Moussa a affirmé qu’ ‹‹ il n’y aura pas d’impunité ››.

Une sortie médiatique pour, dit-il ‹‹ éviter des spéculations, des dénaturations et d’autres considérations ››, précisant au passage que contrairement à ce qui est véhiculé, ‹‹ les faits ne se sont pas passés à l’école ››, d’après les informations à sa disposition. Il a enfin promis d’informer l’opinion sur l’évolution de l’enquête et de façon précise, dans les jours à venir.

Koami Agbetiafa – Journaliste / 15 Février 2022

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SECURITE : Bavure et Tragédie 
Triste que je suis. Une perte pour la Nation.
Nos condoléances à sa famille, à la section Collège et lycéenne.
Plus JAMAIS ça.
Ce n’est pas Normal dans une Démocratie digne de ce nom, que des enfants de la République soient assassinés de manière im-professionnelle. Gageons que la Justice établira la Vérité.

Dr. Moussa Youssouf Maiga / Philosophe – 15 Février 2022

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SECURITE : Affaire décès de l’élève Nourridine….
Le poste en question ( NDLR : près du lieu du drame) est le domicile du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Étrangères. Selon le chef de poste, le conducteur du véhicule Mercedes, avait fait un  » virage américain » et a foncé vers le poste à vive allure. Voyant le véhicule venir vers lui, le gendarme en sentinelle a ouvert le feu( 03 à 04 tirs selon lui), et le véhicule a continué. Contrairement aux informations faisant état des GNN, il s’agit bien d’un gendarme qui a tiré.
Le tireur est aux arrêts et le parquet va ouvrir une enquête !
Le procureur de la république va animer une conférence de presse dans peu …
Amadou Hassane Bello – 15 Février 2022
&&&&&&&&&&&&&&&&&
SECURITE : La laideur politique ?

Quand à Téra des Militaires Français avaient tiré à balles réelles sur nos concitoyens qui n’étaient pas des terroristes. Résultats = il n’y a pas de lutte ou guerre sincère contre les terroristes.

Quel est le parti politique qui s’était insurgé pour appeler au ras-le-bol ? Aucun. Tous des Couards.

Dans un Etat normal on neutralise un jeune sans arme : mais tirer sur eux et dans une bagnole : c’est le COMBLE. Moi je suis révulsé. C’est INSUPPORTABLE. On se croit dans une espèce de SCIENCE FICTION de la démocratie que je ne peux plus SUPPORTER.

Dr. Youssouf – 15 Février 2022

&&&&&&&&&&&&&&&&&

POLITIQUE : Ministre Sani I Mahamadou : un leadership de plus en plus avéré !
Demain mercredi 16 février 2022, le ministre du Pétrole et des Énergies renouvelables, Sani I Mahamadou en collaboration avec la ministre des Mines, accueilleront la 3è Édition du Forum sur le Pétrole et les Mines regroupant les pays de la CEDEAO. Le ministre Abba n’est pas à son premier coup d’essai, à l’occasion des Grandes rencontres internationales il a pu imprimer sa marque en faisant des interventions saluées par l’ensemble des participants.
Nous présentons au ministre Abba toutes nos félicitations et encouragements pour la préparation du Forum qui sera très certainement une réussite ! C’est désormais un leadership avéré à travers le monde que le ministre Abba exprime ! Des jeunes dynamiques et patriotes qu’il faut pour notre pays afin de décoller économiquement ! Bonne chance Mr le ministre, toute la jeunesse Socialiste en particulier et l’ensemble de la jeunesse nigérienne est derrière toi !
Papou Hamza / Militant PNDS-Tarraya – 15 Février 2022
&&&&&&&&&&&&&&&&&

SOCIETE : TLP-Niger,  » Tourner la page des manifestations interdites. »

Après plusieurs tentatives qui se sont soldées , à chaque fois , par des échecs perlés , la société civile nigérienne caresse encore l’espoir de revenir à ses anciens amours. C’est à dire , renouer avec la jouissance du droit inaliénable et inaltérable ,que lui confère la Constitution de la République du Niger , celui de manifester, à travers Marches et meetings . « Peut-on dire que les libertés individuelles et collectives ont été régulièrement bafouées et mises à rudes épreuves , au Niger, depuis près d’une décennie maintenant… au point d’en renouer avec leur jouissance « ?
A Niamey, à chaque fois, les autorités de la ville n’ont eu de cesse de rejeter , systématiquement , les déclarations à manifester, formulées par les acteurs de la société civile. Les autorités ont su toujours fournir le « fameux prétexte  » de la prévalence de l’insécurité et de la COVID 19 pour fonder le refus abyssal , d’empêcher à la société civile de manifester son mécontentement et son ras-le-bol.
Désormais ,les choses vont devoir changer. Cela ne saurait tarder avec le soutien du Président de la république, Bazoum Mohamed de laisser la société civile manifester. Il se rappelle justement avoir eu à jouir en son temps et à satiété des biens faits des libertés collectives .
Nous reconnaissons ,en tant que démocrates ,de façon unanime que les marches et meetings sont une sorte de catharsis aux vertus thérapeutiques . Les manifestants vont extérioriser leur ras-le-bol et les gouvernants doivent les écouter, et tenter d’apporter des réponses appropriées.
C’est le propre de la démocratie !
Le dimanche 30 janvier 2022 , à son corps défendant , l’organisation de la société civile, Tournons La Page (TLP ) n’a pas été autorisée à marcher et à tenir comme projeté son meeting autour des points contenu dans sa plateforme revendicative ,semble t-il actualisées.
Le PR aurait-il oublié ses promesses ?
Entre autres points inscrits ,on retiendra sans doute :
– la traduction de l’ancien PR devant les tribunaux ;
– le retrait des armées étrangères ;
– élucider les meurtres à Téra ;
– l’obligation d’en découdre avec les terroristes à l’est et au Nord-ouest
– Massoudou et les 200 Milliards d’Areva
– les affaires MDN ;
– les rails et Bolloré ;
– les détournements massifs des deniers publics ; l’impunité ; la corruption …
– La gabegie érigée en système de gouvernance ;
– Le Trésor national devenu la vache à lait et le patrimoine de certains thuriféraires ( affaire Hibou karadjé )..etc
Désormais la société civile nigérienne sera face à elle même .Elle pourra avec le soutien du Président se donner rendez- vous avec l’histoire avec les manifestants. Ce changement de cap apprend-t-on est une manière pour le président de la république Bazoum Mohammed de renouer le fil du dialogue avec les acteurs de la société civile nigérienne . Ainsi ,les fins de non-recevoir opposés régulièrement et systématiquement aux avis à manifester de TLP , ne le seront plus de façon systématique , du moins si on s’en tient à l’engagement du Président devant les principaux acteurs de la société civile . Une sorte de « main levée » sera opérée sur l’interdiction radicale brandit par la ville de Niamey . Cette interdiction fera alors ,place à la liberté de se réunir (meeting) et celle de battre le pavé ( marches ). A l’entame des bonnes offices du président voici le sort des premières tentatives .
Les résultats sont effarants :
le 30 janvier marche de TLP, systématiquement et effectivement interdite. 11 février marche TLP, à nouveau interdite ,par Dogari et en appel , la justice a suivi la ville de Niamey . Malgré ces deux énormes refus mettant à mal ,la profession de foi du Président. Comme dit l’adage :  » une hirondelle ne fait pas le printemps ». Tout de même , nous saluons ce regain de vitalité démocratique dont veut faire montre le Président du Niger .

TLP/Niger ne doit pas baisser les bras et avoir le moral haut . Comme l’a dit MADIBA ( Mandela) : « un jour ou l’autre le temps vous donnera raison !  »
Attendons patiemment de voir !

Abdoulaye ISSAKA – Journaliste / Communicateur, 14 Février 2022

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

SANTE :  L’opération de distribution des ambulances médicalisées se poursuit …

L’opération de distribution des ambulances médicalisées se poursuit afin de renforcer les capacités des structures de santé de proximité des moyens d’évacuation sanitaires. Pour rappel, la semaine passée, la flotte de la région de Zinder a été renforcée avec l’acquisition de 18 ambulances médicalisées flambant neuves; avant hier c’étaient les régions de Diffa, Tillabéri et Tahoua de réceptionner 11 nouvelles ambulances médicalisées dans le cadre du projet d’appui à la modernisation de l’Etat pour un service public de qualité sur le territoire. Et aujourd’hui c’est la région de Dosso qui vient de bénéficier de 17 nouvelles ambulances médicalisées pour les structures de santé de proximité dépourvues de moyens de transport et d’évacuation des malades.
Qu Allah SWT facilite d’avantage. 🤲 Amine 🤲
Abdou Pagoui – 14 Février 2022

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

POLITIQUE : Que des incrédules assoiffés du mal….

Critiques injustes et lâcheté incommensurable de certains concitoyens sur la prouesse élégante et scientifique observé par son excellence Monsieur Mohamed Bazoum Président de la République du Niger lors de la conférence internationale sur la paix en Nouakchott en Mautarinie la semaine dernière !
Que des incrédules assoiffés du mal s’en prennent à cette prestation inédite d’un Président en fonction qui sans détour diplomatique s’adresse à la communautés islamique mondiale sur la perversion que notre religion est victime lorsque des individus sans toi ni loi l’utilisent pour tuer des vies humaines en prétextant faire du djihadisme pour l’islam.
Pendant que le monde se réjouit de ces vérités bien illustrées dans le Saint Coran ,des amis du satan, embusqués dans des officines de haine l’insultent et trouvent à dire : non il veut emballer tous les nigériens comme ils sont sont à plus de 90 pourcent musulmans s’exclama-t-il un opposant !
Avec l’éclosion des paradigmes de la haine le Niger connait le risque de l’abîme à l’archaïsme covilisationnel politique ou ceux qui sont appelés à proposer des proposer des projets de sociétés au moyen des suffrages exprimés par le peuple souverain le feront par la haine et la division.
Les quelques plaisantins anarchistes, incultes tapis dans les  » mouvements citoyens » eux aussi rentrent dans le jeu archaïc au lieu de travailler à consolider la citoyenneté avec des actions profitables à toute la communication nigérienne. Abandonnons nous ces clichés rétrogrades pour approuver l’approche moderne qui s’appuie sur le respect de la légalité et de l’art !
Laoual Sayabou / Acteur de la Société Civile, Conseiller à la Présidence- 14 février 2022

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

DIPLOMATIE : Croisée diplomatique !

Le 28 janvier dernier, au regard de la levée de boucliers américano-européens contre la Russie, pour « défendre » l’Ukraine, et au vu de l’agitation de Macron qui déborde d’initiatives afin d’aboutir à une « désescalade » à la frontière russo-ukrainienne, j’avais écrit : Ukraine-Mali : destin croisé ? Je m’interrogeais ainsi sur cet intéressement de Macron, revêtu de son tout nouveau costume de Président de l’UE, à se montrer aimable vis-à-vis de Poutine.
Aujourd’hui c’est d’un croisé diplomatique qu’il s’agit. En effet, pendant que Macron se trouvait à Moscou pour parler de l’Ukraine, mais pas que, de Wagner aussi, donc du Mali, le premier ministre malien Choguel Maiga réunissait à Bamako les diplomates accrédités auprès du Mali, pour porter la charge contre la France !
L’opération de secours au Mali cachait autre chose selon Choguel Maiga. Elle visait à diviser le Mali, à le vassaliser et à le réduire à l’esclavage ! Poutine et Macron qui se sont entretenus six (6) heures d’horloge à Moscou ont eu chacun, certainement, les échos retentissants du discours du Premier ministre malien. Apparemment, Parly, Le Drian et Macron ne sont pas encore au bout de leur peine…sahélienne.

Ibrahima Hamidou / Journaliste, Analyste Politique

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

 

SOCIETE : Les réactions inappropriées de l’ancien Ministre de la Justice sur les réseaux sociaux

Au nom des responsabilités qu’il a occupées et au nom du sens de l’État , les autorités doivent ordonner l’internement dans une clinique spécialisée de l’ancien Garde des Sceaux (NDLR: Morou Amadou) et surtout l’éloigner de toute apparition publique ( y compris sur les réseaux sociaux)
Qu’Allah lui donne la santé !

Bana Ibrahim / Web activiste- 13 Février 2022

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SOCIETE : Un élan patriotique de solidarité nationale est plus que nécessaire pour sortir de cette situation lamentable et critique

Au Niger 2,5 millions de personnes souffrent de la crise alimentaire, selon l’ONU. Un mal ne vient souvent jamais seul, la pandémie Covid-19 est déjà là, le choléra est aussi annoncé, la grippe aviaire hautement pathogène est en train de décimer les oiseaux domestiques dans la région de Niamey, la capitale.
Les terroristes, les bandits armés, les narcotrafiquants, sèment la terreur dans certaines villes, certains villages et certains hameaux.
Quelles contributions des bourgeois compradores ?
Que font les leaders politiques compradores ?
Que font les dirigeants politiques au pouvoir ?
Certains bourgeois compradores augmentent les prix des denrées alimentaires en vue d’en tirer profit de la conjoncture économique.
Les leaders politiques de l’opposition profitent pour indexer le pouvoir politique, ils fustigent la mauvaise gouvernance !
Les dirigeants politiques au pouvoir évaluent les montants des ressources financières nécessaires pour faire face à la situation, mais tendent l’éternelle main à la communauté internationale pour un appel au secours !
Non ! Trop c’est trop, il faut arrêter cette politique de mendicité et de la politique politicienne.
Il faudrait songer à organiser la solidarité nationale envers les différents sinistrés. La solidarité internationale sera un appoint.
L’insécurité grandissante gagne les grandes villes, du fait du terrorisme et du banditisme armé, l’opposition politique accuse le pouvoir politique de ne rien entreprendre pour endiguer la crise socio-économique et sécuritaire.
Non, il faut arrêter de crier au loup et apporter une contribution à l’effort national avant de critiquer !
Il faudrait prendre urgemment les mesures barrières avant que la grippe aviaire et le choléra ne se répandent sur le territoire national.
La société civile dite progressiste cherche à organiser des manifestations pacifiques populaires de soutien aux forces de défense et de sécurité, pour dénoncer, entre autres, la présence des forces armées étrangères sur le territoire du pays et la mauvaise gouvernance.
Une autre société civile dite républicaine, crie au complot contre la République, demande au pouvoir politique d’interdire les dites manifestations populaires pacifiques.
Non ! La société civile nigérienne si elle veut être efficace et crédible, doit être unie et parler le même langage.
Les pouvoirs publics interdisent les manifestations pacifiques populaires sur tout le territoire national.
Non ! Interdire les manifestations pacifiques populaires n’est pas la solution, il faudrait plutôt les encadrer afin d’éviter les débordements et les critiques de la société civile internationale.
La société civile internationale crie à la dictature et à l’étouffement des libertés démocratiques.
La communauté internationale sous pression, classe le Niger parmi les pays où les libertés publiques sont les plus étouffées, sans compter qu’il est déjà toujours le dernier au classement général de l’indice du Développement Humain, L’IDH, des Nations Unies.
Cette situation, douloureuse, lamentable, difficile, doit interpeller la conscience de tous les nigériens patriotes , sans exception.
Dans la sous-région ouest-africaine, quand la démocratie, la bonne gouvernance démocratique et économique, sont en danger, les grands combattants pour la défense de la démocratie arrivent pour les défendre, certaines grandes puissances ex colonisatrices, quand ça les arrange pas, crient au non-respect de la démocratie.
Elles exigent des institutions africaines sous-régionales chargées de l’intégration économique, de l’intégration monétaire et de l’intégration des peuples, de prendre des sanctions contre les peuples souverains innocents sans discernement.
Elles exigent les fermetures des frontières entre les peuples, elles immobilisent les capitaux publics et privés pour étouffer les peuples, ceci en contradiction avec les textes communautaires, pour satisfaire uniquement les exigences des grandes puissances néo-impérialistes, néocolonialistes.
Oh peuple du Niger, oh ! Peuple souverain d’Afrique, il est temps que tu comprennes, la duperie de ces grandes puissances mondiales néo-impérialistes, néocolonialistes, a assez duré comme ça !
Elles pratiquent la politique de deux poids deux mesures, selon leurs intérêts sordides !
Peuple du Niger, organise-toi selon tes réalités socio-économiques et culturelles ! Trace ton bon bout de chemin vers le développement économique et social.
Soit solidaire envers les sinistrés, de la crise alimentaire, de la crise économique.
Soit solidaire envers les déplacés de l’insécurité du fait du terrorisme, du fait du narcotrafic, du fait du banditisme armé, du fait des inondations etc.
Organise toujours la solidarité nationale, la solidarité internationale ne viendrait qu’en appoint.
Les divergences politiques doivent être mises de côté, au profit des intérêts supérieurs du peuple souverain et tendre tous unis, vers le progrès, c’est la voie du salut, c’est la voie du patriotisme.
La situation actuelle très difficile que traverse le pays exige une unité de cœur et d’esprit, de toutes les forces vives du pays pour faire face aux grands défis qui l’assaillent.
Dieu le plus puissant a dit : soit juste, soit franc et sincère, soit honnête, aide-ton prochain.
Dieu le plus puissant t’aidera !
Dans le malheur garde toujours l’espoir ! Arrête de nuire à autrui !
Lève-toi, le ciel t’aidera !
A bon entendeur salut !
Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI- 13 Février 2022

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

SOCIETE : Affaire CNTPS
Monsieur le Procureur, il faut vérifier si les CAMIONS vendus par la Société Privée Transmines à la CNTPS ont étés achetés avec le code des investissements de la CNTPS . Car à date je n’arrive pas à retrouver les traces d’un décret accordant à Transmines le bénéfice du Code des investissements incluant l’achat de ces camions .
Si c’est le cas , c’est une association de malfaiteurs
Bana Ibrahim / Web activiste – 13 Février 2022
&&&&&&&&&&&&&&&&&
SOCIETE : Interroger l’ethnie
J’interroge l’ethnie, parce que comme beaucoup d’autres concepts, nous l’utilisons sans discernement. J’interroge l’ethnie parce qu’elle est ambigüe. Je l’interroge parce qu’elle est utilisée pour nous faire du tort. Mon propos en l’interrogeant est d’en faire une arme contre l’ignorance, mon propos est d’en faire une arme contre l’ennemi qui s’en sert pour nous diviser.
L’ethnie appartient à la catégorie des concepts qui ont une longue histoire et des itinéraires sinueux au cours desquels ils ont revêtu des acceptions différentes pour servir divers desseins.
Après avoir mené une carrière tranquille dans sa Grèce natale, sous le nom d’ethnos signifiant, groupe humain ayant la même origine, peuple ou nation, il immigre au cœur du continent européen, où, sous diverses appellations (ethnie, étnico, etnikum, ethnic, etc.), il commence une carrière mouvementée. Il viendra à désigner tour à tour païen, non civilisé, sauvage.
Elle prospère avec l’impérialisme, elle ouvre une entreprise (l’ethnologie) dans le domaine des sciences coloniales, offre des emplois et embauche des ouvriers (les ethnologues), qui travailleront à la production de connaissances sur les non civilisés en Afrique et dans les autres régions sauvages du monde. Les animaux avaient leur science, la zoologie. Les végétaux avaient la leur, la botanique. La sociologie était la science des hommes civilisés. Entre la zoologie et la sociologie, l’ethnologie était le chaînon manquant.
L’ethnie a eu aussi une carrière politique. Elle a servi d’abord le dessein colonial du diviser pour régner avant de se mettre au service des autochtones poursuivant encore le même but. Entre les mains du colon, comme entre celle de l’autochtone, l’ethnie n’a été et n’est qu’un instrument. Le colon comme l’autochtone n’ont que mépris à l’endroit des ethnies qu’ils élèvent les unes contre les autres pour parvenir à leurs fins particulières.
Ce terme qui fait florès dans nos contrées, qui secrète une idéologie sectaire, qui oppose qui divise, qui désunit et entrave le progrès, n’a pourtant pas d’équivalent dans nos langues. D’aucuns, pour faire contradiction, citeront sans doute les termes hausas : Kabila et Kabilantchi. Mais ces deux viennent de l’arabe Qabila qui signifie tribu, c’est l’équivalent arabe de l’ethnos grec.
Nos langues ont une manière non péjorative, non méprisante, plus humaine et humaniste de désigner les groupes humains. Ainsi, le songhay-zarma utilise le suffixe NTCHÉ qui vient lui-même de l’égyptien NTI (homme), pour désigner les groupes humains : haussantché (homme haussa), Yorbantché (homme yoruba). Les suffixes INKÉ, INKA dans langues mandé rendent les mêmes services. Le hausa utilise le préfixe BA qui vient de l’égyptien BA (âme et par extension homme) aux mêmes fins : bazarbarmé (homme du zabarma, du zarma). On retrouve ce préfixe BA (variantes Bé – Bi) dans les langues bantous (BA signifie les gens, les hommes), Bakongo, Baluba.
Le groupe humain nommé ethnie n’est pas statique, il n’est pas parfaitement homogène, il évolue, se transforme au contact d’autres groupes humains, il est composé de membres d’origines diverses modelés par des conditions d’existence matérielles et culturelles identiques qui leur donnent un sentiment d’appartenance commune, une identité. Un Zoulou placé dans des conditions d’existence matérielles et culturelles zarma, se sentira Zarma, inversement, un Zarma modelé en milieu zoulou, se sentira Zoulou.
Il n’y a pas d’ethnie pure. Il n’y a d’ethnie que métissées, et l’ethnicité est le sentiment d’appartenance à un groupe humain. Dans une ethnie, les membres peuvent avoir des ascendances différentes. Les facteurs de diversification ethnique sont multiples : migration, exogamie, guerres (enfants et femmes – épouses ou concubines – intégrés dans le groupe), brassage des peuples, assimilation des uns par les autres.
De ce point de vue, je considère que les royautés africaines n’ont pas fait que régner, elles ont participé à la diversité ethnique par le grand nombre d’épouses, de concubines d’origine diverses, et d’enfants que les souverains ont eus.
Askia Mohamed, souverain songhay, dont le père est soninké, a eu plus de cent (100) enfants de femmes d’origines différentes. La mère de l’Askia Moussa, son fils aîné, Diara-Korbo, est d’origine dahomeenne. La mère de l’Askia Ismaël, Mariam Dabo, est ouangara (soninké). La mère de l’Askis Ishak I, Kalthoum-Berda (Bella) est touareg. La mère de l’Askia Isahk II, Fatouma-Bosso était zaghrani (peule). La tradition rapportée par Maurice Delafosse soutient que les habitants de Kebbi où régnaient les Kanta, sont issus d’un mélange de Songhay et de Hausa. On sait qu’une fille d’Askia Mohamed fut l’épouse d’un roi de Kano. La mère de la reine guerrière hausa, Aminatou de Zaria (1536-1576), Turunku est sonfgay.
Enfin, puisque je parle du Songhay, et pour montrer que ce que l’on appelle ethnie est unité dans la diversité, je ne peux passer sous silence les commerçants juifs de Tombouctou que l’Askia Mohammed obligea à se convertir à l’islam, les savants berbères et arabes, les renégats européens conduits par le Pacha Djouder (qui était lui-même un espagnol aux yeux bleus) dont la descendance modelée devint songhay.
Farmo M.13 Février 2022
&&&&&&&&&&&&&&&&&
POLITIQUE : « Celui qui n’est pas capable de savoir quand il faut se taire n’est pas capable de savoir quand il faut parler. »
L’Invité spécial du « diner de cons » de l’émission « l’Entretien de Niger 24 », chaine propriété d’IYAC, a été le nouveau Bouffon de l’opposition nigérienne, Omar Hamidou Tchana dit « Ladan », un pseudonyme qui contraste avec ce genre d’individu et revêt à la fois un caractère blasphématoire pour notre religion !!!
Arrivé en politique accidentellement avec une adhésion rendue possible par les bonnes grâces de son parrain Hama Amadou et après avoir ouvert au parti Lumana Africa son portefeuille garni d’espèces sonnantes et trébuchantes léguées en héritage, cet individu » mal éduqué, insolent, connu par ses violences répétées envers les femmes, s’en prend régulièrement au Chef de l’Etat, Son Excellence, le Président de la République Bazoum Mohamed.
Au cours d’un entretien sur la chaine Niger 24 de l’ancien douanier syndicaliste IYAC, le bouffon de permanence volontariste de l’opposition politique nigérienne s’est permis de traiter le Président Bazoum d’usurpateur, d’illégitime et de jeter le discrédit sur la plus haute juridiction du pays, la Cour constitutionnelle qui lui permet pourtant de siéger à l’hémicycle.
Évidemment, le personnage est connu par son comportement vil, son insolence, ses réflexions médiocres et son inculture qui découlent d’un piètre niveau scolaire qui a fait développer en lui un complexe chronique vis-à-vis de ceux qui lui ont permis de goûter au pouvoir. Même son parrain Hama Amadou n’est pas épargné lorsque le contenu de sa bouteille dorée flanquée du slogan « in God we trust » lui monte à la tête et se réveille chaque matin avec la gueule de bois.
Ce piètre individu sans vergogne et sans mérite ne rate jamais une seule occasion de fermer sa grosse gueule, lui qui aurait obtenu 2 députés à l’Assemblée nationale après avoir injecté plus d’un milliard dans sa campagne par l’achat des conscience. Est-ce un mérite ? Avec autant d’argent, le plus petit des militants de n’importe quel parti modeste en aurait obtenu une dizaine. Ladan dit « qu’on peut être dans le système et être à la fois contre le système…. » Quelle incongruité ! Non monsieur le Bouffon, « on ne peut courir et se gratter à la fois le d….».
Cet individu mérite vraiment d’être un lauréat du Prix Nobel de l’absurdité.
Lorsqu’on est responsable et qu’on a occupé des fonctions ministérielles, on doit prendre de la hauteur et assumer sa part de responsabilité dans le gouvernement auquel on a fait partie. Lorsqu’on n’est pas en phase avec la politique gouvernementale on démissionne pendant qu’il est temps.
Comme disait Jean Pierre Chevènement, « un ministre ça ferme a gueule, (si ça veut l’ouvrir), ça démissionne… »
Vous avez pendant tout votre séjour au gouvernement bien joué ce rôle en fermant votre gueule et les rares fois où vous l’avez ouverte, c’était pour vanter les actions du Président Issoufou et de son gouvernement. Mieux vous avez dit à l’époque que: « de l’histoire du Niger jamais il n’y a eu autant de réalisations dans la région de Tillabéry que sous le régime de Issoufou Mahamadou ». L’avez-vous oublié par hasard ou étiez vous sous l’effet de l’alcool? Doit-on vous rafraîchir la mémoire ?
Si vous étiez en désaccord pourquoi n’aviez vous pas démissionné en son temps ? Il a fallu qu’on vous « démissionne» pour des raisons d’état.
Vous avancez des chiffres ridicules sur la situation des élèves de la région de Tillaberi (100 000 élèves déscolarisés). D’où les sortez-vous ? Avec autant d’argent dont vous vous targuez chaque jour de façon arrogante, pourquoi ne pas venir en aide à ces élèves en leur construisant des classes dans des zones sécurisées quitte à leur assurer le transport pour s’y rendre?
En réalité, en regardant votre interview, il est aisé de se faire une idée du type d’individu que vous représentez.
Mali bero – 12 Février 2022
&&&&&&&&&&&&&&&&&
SOCIETE : L’échec de notre génération
Je ne me lasse pas de scruter ces mots sculptés dans  » Les Damnés de la Terre « .  Chaque génération doit dans une relative opacité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir. Je ne cesse d’évoquer et d’invoquer cette sentence parce qu’elle est devenue, à elle seule, le bréviaire dans lequel je lis, hier, aujourd’hui et demain ; le passé, le présent et le futur de nos peuples. Elle aurait été irréprochable, si Fanon y avait placé la chaîne et la solidarité des générations.
Je crois qu’en se succédant, les générations œuvrent les unes pour les autres, consciemment ou non. Je suis convaincu que les responsabilités des unes sont liées aux responsabilités des autres, l’action et l’inaction des unes ont des répercussions sur les autres. Q’une génération accomplisse sa mission ou non, qu’elle la trahisse ou non, elle déteint sur la génération qu’elle précède. Son action et son inaction contribuent à identifier, et à déterminer les responsabilités et la mission de la génération qui vient après elle. Je crois enfin que la réussite ou l’échec de la mission d’une génération lèvent un grand pan de l’opacité qui entoure la mission de la génération qui suit.
Le mérite des premières générations a été de montrer en agissant. Par leurs pratiques, par leurs actes, par leurs erreurs, elles ont enseigné ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire ; elles ont montré les sentiers obscurs qu’il ne faut pas suivre, et les sentiers tortueux qu’il ne faut emprunter.
En remplissant ou en trahissant leur mission, les premières générations ont rendu possible la définition de notre mission, elles ont aidé ainsi à dissiper l’opacité dans laquelle elle était prise.
Leurs réussites demandaient à être consolidées, leurs échecs demandaient à être surmontées. Au lieu de cela, qu’est-ce que nous avons fait ?
Qu’a fait notre génération ? Cette génération fringante au verbe haut, sortie des Universités d’Orient et d’Occident, des Écoles d’ici et d’ailleurs, exhibant ses diplômes, imbue de sa personne, se targuant d’avoir la connaissance diffuse et la tête pleine, mais peut-être pas bien faite.
Assurément avec notre génération, le Niger a fait un bond – peut-être deux ou trois – en arrière.
Au lieu de tracer de nouvelles voies, de nouvelles pistes, de nouveaux chemins et de nouveaux sentiers, elle a élargi ceux qui existaient déjà, elle y a construit des ponts et des autoroutes qui aboutissent à un cul-de-sac.
Et dans cette impasse elle a retrouvé, réactivé et amplifié les maux et les tares du passé : complexes d’infériorité, larbinisme, subordination, corruption, népotisme, violations des droits de l’Homme, résurgence du tribalisme, de l’ethnocentrisme, de la stratification castes inférieures et supérieures.
Les traits distinctifs de notre génération, il faut le reconnaître sont : la concupiscence, l’impertinence, l’irrévérence, l’insulte, l’horreur de la vérité, de l’honneur et de la dignité.
Partant de là, et constant les dommages, je dis qu’au Niger, la génération, la nôtre, qui a succédé à la génération des  » pères de l’indépendance » et aux régimes d’exception, a raté dramatiquement sa mission.
Je dis qu’au milieu de la dégénérescence, il y a des miraculés et des rescapés. Je dis que notre génération a perverti une grande partie de la génération qui vient après elle. Je dis enfin que les missions sont fractionnées, que les miraculés doivent réparer autant qu’ils peuvent, pour que la génération qui suit reprenne et achève la mission de notre génération avant de mener sa propre mission.
Farmo M.- Écrivain/ Analyste – 12 Novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *