Le rôle de la chefferie traditionnelle dans la Sécurité et la Prévention des conflits au Niger

CHEFS-tradFace aux défis sécuritaires nationaux et sous régionaux de plus en plus persistants, à la diversité des menaces et au caractère imprévisible des attaques de la secte terroriste Boko-Haram, la collaboration entre chefs traditionnels et Forces de Défense et de Sécurité (FDS) est une nécessité.

«Jadis, appelée syndicat des chefs traditionnels, l’association des chefs traditionnels du Niger est l’une des plus anciennes associations; elle  compte aujourd’hui dans ses rangs de jeunes intellectuels et de compétences diverses » a dit Djermakoye  Amadou Seyni Magagi, Chef de Canton de Kiota Harikanassou. Les chefs traditionnels participent à l’administration du territoire comme agent, acteur et partenaire de développement. Ils demeurent des intermédiaires incontournables pour toutes actions en direction des populations a-t-il expliqué

Les attributions de la chefferie traditionnelle au Niger

tardAu Niger comme dans beaucoup de pays africains, le rôle du chef traditionnel reste tributaire des authenticités socio-culturelles d’origine. Le Chef traditionnel  est gardien des coutumes et mœurs, garant de leur respect.  Cependant, ce rôle traditionnel a évolué dans le temps car ayant été adapté aux missions de l’administration publique ou du pouvoir d’État. C’est ainsi que de nos jours, le Chef traditionnel veille aussi à la protection des droits et libertés individuelles et collectives des citoyens et des communautés dont il a la charge; à la sauvegarde de l’harmonie et de la cohésion sociale ; au respect des lois  et règlements, au respect de la tolérance religieuse et des pratiques coutumières pour autant que ces pratiques ne perturbent pas l’ordre public et ne portent atteinte aux droits et libertés des autres membres de la communauté. Le Chef traditionnel surtout à la défense des intérêts des citoyens et des communautés dans leurs rapports avec l’administration et les tiers.

DSCN1827En plus de ses attributions en matière de  préservation de la paix et de la quiétude sociale, le Chef traditionnel exerce son autorité sur l’ensemble des populations recensées dans le quartier, la tribu, la chefferie particulière, la fraction ou le secteur, y compris les étrangers établis dans ces localités et ou sur les terres qui en dépendent.

En matière de prévention des conflits, de préservation de la paix et de la cohésion sociale,  le Chef traditionnel dispose du pouvoir de conciliation des parties en matière coutumière, civile, et de transactions foncières et règle selon la coutume, l’utilisation par les familles ou les individus des terres de cultures et des espaces pastoraux sur lesquelles la communauté coutumière et traditionnelle dont il a la charge possède des droits coutumiers reconnus, sans préjudices des dispositions du Code Rural. Dans tous les cas, il dresse les  procès-verbaux de conciliation ou de non conciliation qui doivent être consignés dans un registre ad-hoc dont, extrait est adressé à l’autorité administrative de son ressort et à la juridiction compétente.

L’approche de la chefferie traditionnelle du Niger en matière de Défense et Sécurité

chefrie-okSelon Djermakoye  Amadou Seyni, «D’une façon générale, le chef traditionnel privilégie la prévention à la gestion des conflits intervenus. Le chef peut être considéré comme un maillon fort de la chaine de sécurité à condition d’être  associé». Ainsi, poursuit-il, sur la base du réseau relationnel du chef, gardien des valeurs culturelles et religieuses, les prémisses aux crises sus-jacentes, les idées suspectes, les comportements et les éventuelles  tensions dans nombre de cercles sont perceptibles.

Autrement dit, en contact permanent avec la population, le chef traditionnel est un partenaire privilégié des services de la sécurité, de la défense et de la justice. A comprendre Djermakoye  Amadou Seyni Magagi, «Ce cadre de partenariat déjà important sera plus efficace avec des moyens financiers et matériels conséquents». Aussi, un programme de renforcement de capacités de nos chefs traditionnels en matière de prévention des conflits, de sécurité et de défense de proximité doit être préconisé par les plus hautes autorités et les partenaires sensibles aux conflits et à la Sécurité.

le rôle stratégique de la chefferie traditionnelle

sultan-damagaramAu regard de ce qui précède, la chefferie traditionnelle est une institution qui a un rôle stratégique à jouer dans la prévention des Conflits et la Sécurité de proximité. Pour remplir cette mission hautement sensible, le Gouvernement doit initier et multiplier les rencontres de concertation et d’échange entre les chefs traditionnels et les FDS particulièrement dans les zones d’insécurité le long de nos frontières, renforcer la coopération et la collaboration des chefs et leurs populations avec les FDS stationnées ou de passage dans leur zone. Le Gouvernement doit surtout favoriser les prises de contacts et les échanges entre chefs traditionnels de part et d’autre des frontières.

Abdoulaye Abdourahamane Ahamadou

Réseau Nigérien des Journalistes pour la Sécurité et la Prévention des Conflits