JUSTICE : Ministère de la Défense Nationale : Mise en garde désormais sans objet ?

(Niamey 26 Mai 2020) Pour rappel, le 7 avril dernier, le Procureur de la république près le Tribunal de grande instance hors classe de Niamey (Niger), mettait en garde quiconque oserait dire mot à propos du rapport d’audit du Ministère de la Défense Nationale (MDN), car estimait-il, personne n’en avait connaissance. Lui-même déclarait avoir reçu le rapport le 3 avril 2020.

À présent, ce rapport est devenu un secret de polichinelle à en juger par les multiples publications sur les réseaux sociaux.  Apparemment la mise en garde du Procureur a donc été contreproductive.

Au lieu de laisser la rumeur se greffer à la vérité, n’est-il pas plus judicieux de confier à des juges intègres (pourquoi pas parmi ceux qui ont été remplacés au Pôle économique et financier) le soin de s’occuper de ce dossier pour détendre l’atmosphère délétère actuelle et mettre notre pays à l’abri des Unes dévastatrices des médias et des réseaux sociaux ?

Le gouvernement doit se résoudre à accepter que son schéma de résolution de cette affaire ne peut en aucun cas prospérer. La très grande sensibilité de la question, liée à la défense nationale, au nombre de morts jamais enregistrés dans notre pays, fait qu’il est difficile de ne pas prendre en compte l’indignation des nigériens et le respect qui leur est dû par les autres nations du monde.

Dans le même ordre d’idées, le gouvernement doit tirer des enseignements sur l’utilité de sa loi liberticide Intercept (Ndlr : loi portant sur l’interception de certaines communications émises par voie électronique au Niger).

Ibrahima Hamidou