HUMANITAIRE : Environs 6.491.692 personnes ont besoin d’assistance alimentaire au Niger


(Niamey- Vendredi 11 Février 2022) Environs 6.491.692 personnes ont besoin d’assistance alimentaire et 2.393.810 personnes pour l’assistance nutritionnelle au Niger. L’insécurité dans le Liptako Gourma et le bassin du Lac Tchad a occasionné d’importants déplacements internes et transfrontaliers. En outre, les déplacements greffés aux migrations forcées sont également amplifiés par les effets du changement climatique sur l’environnement.

A la réunion hebdomadaire du Conseil des Ministres tenu ce 11 Février 2022, le gouvernement a adopté le Plan de soutien aux Populations vulnérables 2022. Il s’agit du document cadre de référence pour les actions de réponse à l’insécurité alimentaire, nutritionnelle et pastorale, mises en œuvre par l’Etat du Niger avec l’appui de ses partenaires. Il constitue surtout un outil de dialogue et de plaidoyer pour la mobilisation des ressources tout en  précisant les normes techniques pour les différentes modalités d’intervention.

NIAMEY-SOIR a appris des sources proches du Cabinet du Premier Ministre que le Plan de soutien aux Populations vulnérables 2022 fera l’objet d’un lancement officiel mardi prochain en début d’après-midi au Centre International des Conférences Mahamat Ghandi où un point de presse conjoint sera animé par le Ministre en charge de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes et la Coordonnatrice Humanitaire, Mme Louise Aubin. Début décembre 2021, rappelle-t-on, la Coordonnatrice humanitaire au Niger, Mme Louise Aubin, a alloué 12,5 millions de dollars du Fonds Humanitaire Régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (FHRAOC) pour soutenir la réponse d’urgence, en adéquation avec les priorités définies dans le Plan de Réponse Humanitaire (PRH) 2021 pour le Niger.

Notons que l’adoption du Plan de Soutien du Gouvernement et du Plan de Réponse Humanitaire 2022 du Niger est intervenue quelques jours seulement après la visite conjointe de travail de M. António Vitorino et M. Filippo Grandi respectivement Directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés (UNCHR). Pour rappel, les deux (2) émissaires onusiens ont attiré l’attention de la communauté internationale sur les principaux défis liés aux mouvements mixtes et aux déplacements au Niger. Lors d’une conférence de presse tenue à Niamey le 9 Février 2022, ils ont insisté notamment sur les actions prioritaires nécessaires pour répondre aux besoins des migrants, des réfugiés, des demandeurs d’asile et des personnes déplacées à l’intérieur du pays et aux besoins socio-économiques des communautés hôtes.

Abdoulaye Abdourahhamane Ahamadou / niameysoir.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *