Fête de Travail 2018 : Deux cahiers de doléances transmis au Gouvernement Brigi

Ce 1er Mai 2018, les travailleurs nigériens ont commémoré le 132ème Anniversaire des évènements tragiques de Chicago aux Etats Unis. A Niamey, la ville Capitale du pays, trois (03) places publiques ont été retenues pour les activités entrant dans le cadre de la célébration de cette fête de Travail : la Place de la Concertation, la Place Toumo et le Stade Général Seyni Kouncthé. Étaient présents à cette fête les membres du Gouvernement, les députés nationaux, les directeurs généraux des sociétés d’État ainsi que les anciens acteurs du mouvement syndical nigérien.

IMG-20180501-WA0055Le traditionnel défilé riche en sons, en couleurs et ponctué des démonstrations suivies des discours a constitué le menu des activités simultanément organisées à Niamey sur les sites retenus à cet effet. Cette année, les travailleurs nigériens fêtent dans un contexte sociopolitique national marqué d’une part, par le blocage du dialogue politique, et de l’autre, par la tension sociale née de la loi de finances 2018 puis la crise scolaire et universitaire. A cela s’ajoute la préoccupation des centrales syndicales nigériennes relatives aux futures élections professionnelles.

IMG-20180501-WA0018C’est pourquoi, elles ont profité de lancer un appel au Gouvernement à ouvrir le dialogue avec les partenaires sociaux. C’est le cas de  la CNT qui regroupe en son sein quarante-huit (48) syndicats affiliés. En effet, le secrétaire général de ladite centrale M. Mahamadou Sako a plaidé pour « La solidarité dans la bataille pour la concrétisation des engagements  pris par le gouvernement de la septième république ». Les doléances de la CNT ont concerné le paiement des incidences financières liées aux avancements et aux reclassements, le paiement de sept mois d’arriérés des enseignants contractuels,  le paiement des indemnités des enseignants qui ont été licenciés suite à l’évaluation.

IMG-20180501-WA0062A la Confédération Démocratique des Travailleurs du Niger (CDTN) composée de cinquante-trois (53) syndicats affiliés, le Secrétaire Général M. Idrissa Djibrilla, s’est particulièrement penché sur  les négociations ITN/Gouvernement en réaffirmant le soutien de la CDTN à l’Intersyndicale des Travailleurs du Niger (ITN). Aussi, la CDTN a exigé du Gouvernement le paiement des incidences financières en raison  de deux listes par mois, la mise en place du comité chargé d’évaluer le stock d’arriérés d’incidences financières liés aux avancements, reclassements, le payement des pécules des agents contractuels de la santé qui totalisent huit mois d’arriérés, l’adoption du régime indemnitaire des agents de l’Etat et l’indemnisation des enseignants contractuels licenciés à la suite de l’évaluation organisée par le Ministère en charge de l’enseignement primaire et la poursuite des négociations sur les autres points de revendications.

Décoration et remise des cahiers de doléances des travailleurs

BenPeu après les grands défilés organisés simultanément à la Place de la Concertation, à la Place Toumo et au Stade Général Seyni Kountché de Niamey, les responsables et militants des centrales syndicales des travailleurs du Niger ont convergé au Ministère du Travail pour la remise de leurs cahier de doléances au ministre de tutelle : M. Mohamed Ben Omar. Deux cahiers de doléances ont été remis au ministre respectivement par l’Intersyndicale des Travailleurs du Niger (ITN) et la Convergence des Travailleurs du Niger (CTN).

doléances.Pour l’ITN qui regroupe  sept (7) centrales syndicales (CDTN, CGSL-Niger, CNT, UGSEIN, UGTN, USPT et USTN) les doléances ont été déclinées en 34 points. En ce qui concerne la CTN composée de six (6) centrales syndicales (l’USAAN, la CGT-NIGER, la CSTN, l’USLAN, l’USLT et l’UDTN), au total vingt-trois (23) ont constitué l’ossature des  doléances exprimées au Gouvernement dirigé par Brigi Raffini.

Outre l’amélioration des condition de vie et de travailles de leurs militants, l’un dans l’autre, les doléances ont essentiellement porté sur les défis énormes à relever dans le secteur de l’éducation : l’accélération du processus d’opérationnalisation du  département de l’Enseignement et de la Formation professionnelle et Technique à l’École Normale supérieure (ENS), la construction des infrastructures et l’équipement des Centres de Formation aux Métiers, des collèges d’enseignement techniques (CET), des centres de formation professionnelles et techniques (CFPT), des lycées d’enseignements professionnel, des lycées d’enseignement technologiques du lycée agricole de Téra et l’unique lycée technique Dankassawa (LTDK).

niameysoir.com