COVID-19 : Les enfants des ménages les plus pauvres dans le monde ont souffert le plus de la perte de revenu familial.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

COVID-19 : Les enfants des ménages les plus pauvres dans le monde ont souffert le plus de la perte de revenu familial. Ils ont été le plus privés d’éducation et exposés à la violence domestique

Save the Children a mené la plus grande enquête mondiale de ce type auprès de quelque 25 000 enfants et adultes sur l’impact de la pandémie

Londres, le 10 septembre – La pandémie COVID-19 a eu un impact dévastateur sur l’éducation des enfants issus de milieux pauvres et creuse le fossé entre les riches et les pauvres et entre les garçons et les filles, révèle aujourd’hui une nouvelle enquête mondiale de Save the Children. Au cours des six mois qui se sont écoulés depuis l’annonce de la pandémie, les enfants les plus vulnérables ont été privés de manière disproportionnée de l’accès à l’éducation, aux soins de santé et à l’alimentation, et ont été les plus exposés aux risques.

L’enquête révèle que :

– Deux tiers des enfants n’ont eu aucun contact avec les enseignants pendant la période de fermeture des écoles ; huit enfants sur dix estiment qu’ils n’ont rien appris ou presque depuis la fermeture des écoles.

– 93 % des ménages qui ont perdu plus de la moitié de leurs revenus à cause de la pandémie ont déclaré avoir des difficultés à accéder aux services de santé.

– La violence à la maison a doublé : pendant la fermeture des écoles, le taux signalé était de 17 %, contre 8 % lorsque l’enfant fréquentait l’école en personne ;

– 63 % des filles sont plus souvent chargées de travaux à la maison, contre 43 % des garçons.

– Il est urgent d’investir dans l’éducation, la santé et la nutrition, les services de santé mentale   et les systèmes de protection.

Les conclusions ont été présentées aujourd’hui dans le rapport « Protéger Une Génération », basé sur la plus grande enquête mondiale de ce type jamais réalisée depuis que la pandémie COVID-19 a été déclarée il y a six mois. Quelque 25 000 enfants et les personnes qui s’occupent d’eux ont partagé leurs expériences, leurs craintes et leurs espoirs au cours de cette crise mondiale sans précédent.

La pandémie COVID-19 a en fait creusé les inégalités entre les sexes et les richesses, selon l’enquête, les ménages les plus pauvres sont les plus susceptibles de subir des pertes de revenus (82 %) que ceux qui ne sont pas classés comme pauvres (70 %).

En ce qui concerne la santé, l’enquête a montré les mêmes résultats en ce qui concerne la répartition des richesses. Neuf ménages sur dix ayant perdu plus de la moitié de leurs revenus en raison de la pandémie ont déclaré avoir des difficultés à accéder aux services de santé. 45 % des répondants issus de ménages pauvres ont déclaré avoir eu des difficultés à payer des soins médicaux pendant la pandémie

Moins de 1 % des enfants les plus pauvres interrogés avaient accès à l’internet pour l’enseignement à distance. Parmi les ménages classés comme non pauvres, ce chiffre était de 19 %.

Environ 37 % des familles les plus pauvres ont déclaré avoir des difficultés à payer le matériel d’apprentissage, contre 26 % des familles classées comme non pauvres. Deux tiers des enfants ont déclaré n’avoir aucun contact avec les enseignants pendant le confinement, ce chiffre passe à huit sur dix en Afrique de l’Est et en Afrique australe.

Priscovia, 17 ans, de Zambie, a déclaré :

« Nous demandons aux gouvernements de dépenser plus d’argent afin que nous puissions continuer à apprendre chez nous en nous équipant de radios, de télévisions et d’Internet. Ils doivent veiller à ce que les enfants des zones rurales et des familles pauvres puissent eux aussi apprendre. Nous voulons voir des bibliothèques mobiles passer dans nos communautés et nous livrer des livres pour que nous puissions apprendre ».

Les enfants en retard dans leur éducation courent un risque accru d’abandonner complètement et d’être victimes du travail des enfants, du mariage des enfants et d’autres formes d’exploitation. Save the Children estime que cette pandémie a provoqué la plus grande urgence éducative de l’histoire, avec quelque 9,7 millions d’enfants qui ne retournent pas à l’école cette année.

Les filles sont plus fortement touchées que les garçons par la pandémie COVID-19. 63 % des filles ont déclaré qu’elles faisaient plus de tâches ménagères et plus de la moitié (52 %) ont déclaré qu’elles passaient plus de temps à s’occuper de leurs frères et sœurs. Chez les garçons, ces chiffres étaient respectivement de 43 % et 42 %. 20 % des filles ont déclaré qu’elles étaient en charge de beaucoup de travaux à la maison et ne pouvaient pas apprendre pendant la fermeture des écoles, contre 10 % des garçons.

Dayana est une jeune fille de 15 ans qui vit dans la région de Sonsonate au Salvador. Elle l’a dit à Save the Children :

« Ma mère travaillait dans une maison où elle s’occupait de nourrissons. À cause du coronavirus, elle ne peut plus aller travailler. Nous faisions toujours le ménage, mais maintenant nous devons le faire plus souvent, pour éviter de tomber malade. Les gens sont tristes parce que le coronavirus a changé leur vie et ils ne peuvent plus faire ce qu’ils faisaient avant ».

– L’enquête de Save the Children a également révélé que : Plus de 8 enfants sur 10 (83 %) ont signalé une augmentation des sentiments négatifs ;

– Près des deux tiers des ménages (62 %) ont éprouvé des difficultés à fournir à leur famille une alimentation variée et nutritive pendant la pandémie ;

– 19 % des ménages dans lesquels les enfants ont déclaré avoir subi des violences ont perdu une partie de leurs revenus à cause de COVID-19, contre 5 % lorsqu’il n’y a pas eu de perte de revenus.

Inger Ashing, PDG de Save the Children, a déclaré : « COVID-19, a aggravé les inégalités existantes. Les pauvres se sont appauvris, ce qui a eu un impact dévastateur sur l’accès des enfants aux soins de santé, à l’alimentation, à l’éducation et à la protection ».

« Pour éviter à une génération entière d’enfants la perte d’un avenir sain et stable, le monde doit de toute urgence accélérer l’allégement de la dette des pays à faible revenu et des États fragiles, afin qu’ils puissent investir dans la vie de leurs enfants. Les besoins des enfants et leurs opinions doivent être au centre de tout plan visant à reconstruire ce que le monde a perdu au cours des derniers mois, afin de s’assurer qu’ils ne paieront pas le prix le plus lourd ».

 Save the Children demande aux gouvernements de veiller à ce que les enfants non scolarisés aient accès à du matériel d’enseignement à distance de qualité, que des cours de rattrapage soient proposés aux enfants qui ont eu du retard et que tous les enfants aient un accès égal à l’apprentissage après la réouverture des écoles.

Pour éviter les chocs dus à de futures pandémies, les gouvernements doivent mettre en place des systèmes de sécurité sociale et des systèmes de santé et de nutrition solides, en particulier pour les ménages les plus vulnérables et marginalisés. Des ressources sont également nécessaires de toute urgence pour mettre en place des programmes d’éducation parentale positive, pour garantir que les enfants aient accès à des services de protection inclusifs pendant et après le confinement, afin d’être soutenus en cas d’abus, de violence ou d’exploitation, et pour soutenir les enfants dans leur santé mentale et de leur bien-être psychosociale.

Pour soutenir Save the Children dans la réponse d’urgence globale COVID-19, cliquer ici

Notes aux rédactions :

– Save the Children a organisé la plus grande enquête de ce type depuis l’annonce de la pandémie, afin de recueillir des preuves de l’impact de COVID-19 sur les enfants.

– Save the Children a interrogé 8 069 enfants âgés de 11 à 17 ans et 17 565 adultes dans 37 pays, tous bénéficiaires de programmes de Save the Children. La plupart des enfants interrogés se trouvaient en Asie (45 %), suivie par l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe (20 %), l’Amérique latine (14 %), le Moyen-Orient (10 %) et l’Afrique de l’Ouest et du Centre (8 %). Les enquêtes ont été réalisées en ligne et par téléphone. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *