COOPÉRATION : L’Union Européenne apporte une fois de plus son soutien au projet ECI-Niger.

(Niamey- Mercredi 11 août 2021) La cérémonie officielle de remise de matériel de fichier d’identification biométrique et de traçage biométrique des personnes liées aux réseaux criminels d’immigration irrégulière et de traite des personnes pour le compte de la Division Spéciales-Équipe Conjointe d’Investigations (ECI-Niger), s’est déroulée à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST). Ce matériel d’une valeur de cent cinquante-six milles (156 000) euro, soit cent deux millions (102 000 000) de Francs CFA hors taxes, est un don de l’Union Européenne destiné à renforcer les capacités opérationnelles de l’Equipe conjointe d’investigations (ECI Niger) mise en place par la France, l’Espagne et notre pays. Ce projet pilote ECI-Niger est également financé par l’Union Européenne. Il vise à renforcer la lutte contre les réseaux criminels liés à l’immigration irrégulière, la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants. Des officiers de la Police du Niger, de l’Espagne et de la France participent dans ce projet qui est coordonné par la Fondation internationale et ibéro américaine pour l’administration et les politiques publiques (FIIAPP) basée à Madrid en Espagne.

En réceptionnant le don composé des ordinateurs de très bonne capacité de traitement, des scanners d’empreinte digital, des caméras HD, des imprimantes multifonction, etc, le Directeur Général de la Police Nationale (DGPN), le Commissaire Général de Police Souley Boubacar, se dit réjouit par ce geste qui vient renforcer les capacités du personnel de la Direction de la surveillance du territoire (DST) plus précisément la division des investigations spéciales (DIS). « Ce don montre de nouveau l’engagement de l’Union Européenne aux côtés du Niger dans la lutte contre le trafic illicite de migrants, de la traite des personnes ainsi que les infractions connexes » a souligné le Commissaire Général Souley Boubacar. Selon lui, en plus de contribuer à l’amélioration de la capacité des agents et aux renforcements du cadre de travail, cet appui en matériels informatiques est venu s’ajouter aux multiples interventions de la police visant la réduction du trafic illicite de migrants, de la traite des personnes et les infractions connexes.

L’ambassadrice d’Espagne, SE Mne Nuria Reigosa, présente lors de la remise de ce matériel, a rappelé que la collaboration entre les trois polices (nigérienne, française et espagnole dans le cadre du Projet ECI-Niger) a permis un excellent travail. « Le projet est en train de faire des résultats, pas seulement en ce qui concerne la formation mais surtout du point de vue opérationnel. C’est un projet qui forme mais c’est aussi un projet qui agit et qui a enregistré d’importants résultats » a affirmé la diplomate de l’Espagne basée à Niamey.

Pour sa part, l’officier de police, Almoctar Abdoulaye Moussa a axé son intervention sur les avancées de la technologie d’où la nécessité pour la police nationale d’avoir des outils informatiques de pointe afin d’accomplir ses missions. «Cette contribution de valeur est destinée à promouvoir des enquêtes de qualité, à collecter des données fiables permettant de renforcer les capacités opérationnelles de la Division des Investigations Spéciales de la Direction de la Surveillance du Territoire et ses démembrements territoriaux » a-t-il dit.

L’ECI-Niger et ses résultats opérationnels

Sur le terrain, quatre (4) années de lutte implacable contre les pratiques mafieuse et attentatoire aux droits humains, ont permis d’obtenir des résultats opérationnels quantitatifs et qualitatifs encourageants. A la date du 31 décembre 2020, les actions de l’ECI-Niger ont permis d’interpeller 475 personnes, dont 453 déférées et 439 écrouées, la saisie de 72 voitures, 45 motos de trafiquants présumés et 185 documents contrefaits ou falsifiés découverts par la Division des Investigations Spéciales (DIS) de la Direction de la Surveillance du Territoire et ses Antennes territoriales.

L’ECI-Niger a organisé une vingtaine de formations sur l’informatique, l’utilisation de matériel technique, les droits humains, le genre, la fraude documentaire et la problématique de contrôle des frontières, entre autres. En outre, des fiches alertes ont été conçues et diffusées, une activité de peer coaching sur ces fiches alertes a été réalisée en 2019. Pour rappel, la Fiche Alerte est une vérification technique et très rigoureuse du document d’identité qui fait apparaître la fraude documentaire à partir des prises de photos et en procédant à leurs grossissements avec des commentaires. A la suite de quoi, cette fiche technique est transmise aux services de police compétents pour les informer éventuellement de la nature de la fraude documentaire. Au total, depuis le début du projet, quarante-et-une (41) fiches alertes ont servi à diffuser les cas de fraude documentaire détectés.

A noter également que des grands réseaux internationaux et nationaux ont été démantelés avec un taux d’incarcération très élevé et un nombre importants de véhicules et biens saisis. Dans le même temps, plusieurs actions de coopération ont été menées avec des pays de la sous-région notamment le Nigéria, le Bénin et le Sénégal.

Salamathou Alaké/ www.niameysoir.com

Pour plus d’infos sur ECI-Niger : https://ec.europa.eu/trustfundforafrica/region/sahel-lake-chad/niger/creation-dune-equipe-conjointe-dinvestigation-eci-pour-la-lutte-contre_en#:~:text=Objectif%20g%C3%A9n%C3%A9ral%3A,%C3%A0%20ce%20type%20de%20d%C3%A9lits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *