ASSEMBLÉE NATIONALE : Le faux débat sur le projet « hôtel des députés »

Depuis un certain temps, la construction d’un soi-disant « hôtel des députés » alimente les débats au sein de l’opinion nationale.

De quoi s’agit-il ?

Il existe, effectivement, au niveau de l’Assemblée Nationale un projet de construction intitulé « construction d’un bâtiment des commissions générales parlementaires permanentes» ; mais, celui-ci n’a rien de commun avec la construction d’un « hôtel des députés », même si le bâtiment en projet sera bâti dans l’enceinte de l’Assemblée Nationale sur le site de l’actuel « cases de passage des députés », que certains appellent abusivement « hôtel des députés ». C’est, sans doute, de là que viendrait la confusion qui assimile le projet de construction de ce bâtiment dédié aux commissions générales parlementaires permanentes, à un « hôtel des députés ».

Il faut sans doute le rappeler, l’insuffisance de locaux appropriés a toujours été une préoccupation pour toutes les législatures qui se sont succédées depuis le renouveau démocratique. Les Présidents successifs de l’institution ont tous nourri l’intention de doter l’Assemblée Nationale d’infrastructures appropriées afin d’améliorer les conditions de travail des parlementaires et du personnel administratif dont l’effectif s’est progressivement adapté à l’évolution institutionnelle du pays. 

C’est ainsi que dès le début de la 1ère législature de la 7ème République, un programme de modernisation de l’Assemblée Nationale a été initié. Ce programme comprenait la construction d’un (01) bloc de Bureaux pour les Vice-Présidents et les Secrétaires Parlementaires, d’un (01) bloc de Bureaux pour les Questeurs et les services rattachés, d’un (01) bloc de Bureaux pour abriter l’Administration, de l’infirmerie et d’un (01) bloc au profit des Commissions Générales Permanentes. Les trois (03) premiers blocs et l’infirmerie ont été construits et équipés ; ils sont actuellement fonctionnels.

Le bloc devant abriter les Commissions Générales Permanentes et les Bureaux des Présidents des Groupes Parlementaires est ainsi la dernière phase de ce programme. Il est prévu pour être construit à travers le marché qui vient d’être attribué à l’Entreprise MIKA, après un processus régulier de consultation. Il s’agit d’un bâtiment comprenant un sous-sol (R-1) et huit niveaux (R+7).  Le R-1 sera un parking pouvant accueillir deux cents (200) véhicules.

Le R+7 comprendra : une (01) salle de réunion et une série de bureaux pour chaque commission générale dont un grand bureau avec secrétariat pour le Président de la Commission, deux (02) bureaux pour les agents parlementaires et le Conseiller Principal, trois (03) bureaux polyvalents pour les députés, une (01) cafétéria, une (01) bibliothèque ; un (01) Bureau avec secrétariat pour chaque président de groupe parlementaire et plusieurs autres bureaux polyvalents.

Il faut rappeler que l’Assemblée Nationale prend actuellement en charge la location, l’équipement et le fonctionnement du siège de chaque Groupe parlementaire. Par ailleurs, l’on notera que la technologie utilisée pour la construction de ce bâtiment est similaire à celle du bâtiment actuel du Ministère des Finances. Il sera doté, en plus de l’alimentation électrique, d’une alimentation par énergie solaire. Il sera construit sur une superficie de mille cinq cent mètres carrés (1500 m2).

Le délai de construction retenu est de quinze (15) mois. Le montant global du marché s’élève à environ quinze (15) milliards y compris l’équipement d’ensemble. Le paiement sera échelonné sur cinq (5) ans et sera imputé sur le budget de l’Assemblée Nationale.

En définitive, ce projet qui a récemment alimenté l’actualité n’est que la dernière phase d’un programme global dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration du travail parlementaire.

www.niameysoir.com