TILLABERI : Cérémonie de remise de four amélioré aux femmes fumeuses de poissons à Liboré

IMG_0106(Mercredi 22 Janvier 2020) Les Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE-Niger) et le Réseau de la Jeunesse Nigérienne sur le Changement Climatique (RJNCC) ont effectué un déplacement dans la commune rurale de Liboré, déparetment de Kollo (Région de Tillaberi). Liboré est situé à quelques encablures de la Ville capitale du pays aux abords du fleuve Niger. L’objectif de cette visite est de procéder à la remise d’un four amélioré au groupement des femmes mareyeuses et fumeuses de poissons à Liboré. Cette activité s’inscrit dans la cadre de l’exécution  du Projet « Autonomisation et Mentorat des Femmes Fumeuses de poisson de la vallée du fleuve Niger ». Porté par le consortium JVE-Niger et RJNCC, ce projet est financé par l’Ambassade de France au Niger au titre des Projets Innovants de la Société Civile et des Coalitions d’Acteurs (PISCCA).

IMG_0133Arrivée à Liboré, la délégation composée des membres de l’ONG JVE-Niger et du RJNCC a été accueillie par M. Abdou Hamani Conseiller à la Mairie de Liboré, M. Hassan Seydou, Président des pécheurs, Mme Haoua Maliki, présidente du Groupement des femmes mareyeuses et fumeuses de poisson ainsi que les populations.

Dans son mot de bienvenue, le Conseiller municipal M. Abdou Hamani a remercié le consortium pour le choix porté sur sa localité. Il a profité de l’occasion pour demander aux pêcheurs et aux femmes fumeuses de poissions de capitaliser les acquis du projet dans la fraternité et la compréhension mutuelle.

Pour sa part, M. Hassan Seydou a axé son intervention sur l’amélioration des conditions de la pratique de pêche depuis le démarrage du Projet. Ensuite, il a mis l’accent sur la nécessité pour les pêcheurs de partager leur expérience avec d’autres afin de susciter en eux une nouvelle approche de la pêche qui prend en compte la préservation de l’environnement.

IMG_0148« Nous nous sommes organisées en groupement. En plus des formations, le projet nous offre ce four tant attendu car il nous permet de fumer nos poissions en peu de temps sans altérer le goût » s’est exclamé Mme Haoua Maliki, présidente du Groupement des femmes mareyeuses, fumeuses de poisson à Liboré.

En effet, la fabrication de ce four participe de la vulgarisation de la technologie de fumage amélioré et couvre plusieurs avantages. « Outre sa durée de vie, le four parpaing est très efficient en énergie et permet de réduire surtout la consommation ainsi que les dépenses en bois. Du coup, il renforce le pouvoir économique des femmes avec un produit de qualité » a expliqué M. Siraj Mahaman, membre de l’ONG JVE-Niger, peu avant la remise du four aux bénéficiaires.

Tout au long de la vallée du fleuve Niger, les femmes fumeuses de poissons travaillent dans des conditions très difficiles et sans assez de ressources. Le fumage des poissons, leur principale activité génératrice de revenus est pratiqué de façon artisanale d’où l’importance des fours améliorés ou « fours parpaings ».  Le projet intervient à Niamey, Tillabéry, Say, Tabarmey, Saga et Liboré. Il ambitionne d’impliquer  120 femmes de 25 ans au plus dans le renforcement de capacité de 50 jeunes artisans de 18 au plus en fabrication de fours améliorés.

Issoufou Ayouba / niameysoir.com

IMG_0114

IMG_0085

IMG_0144

IMG_0163

IMG_0184

IMG_0253

PHOTOS: NIAMEY-SOIR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *