SÉCURITÉ : La Police Nationale dresse un bilan qui rassure…

 Point de presse relatif à l’insécurité au Niger.
Propos introductif.

Depuis un certain temps, l’opinion nationale s’est émue d’un certain nombre de faits sécuritaires qui se sont passés particulièrement à Niamey mettant en doute l’efficacité du dispositif sécuritaire mis en place. Ces trois derniers mois, trois personnes ont été lâchement assassinées. Malgré ces faits qui sont intervenus et que nous déplorons tous, il y a de gros efforts qui sont consentis par l’État en vue de la sécurisation du pays d’une manière générale et plus particulièrement Niamey, la capitale.

S’agissant du cas spécifique de Niamey, il y a lieu de noter que comme toutes les capitales qui connaissent un accroissement de la population et un boom économique, ce développement s’accompagne d’un certains nombres d’ingrédients au nombre desquels l’insécurité ambiante. C’est pourquoi le dispositif sécuritaire de la ville s’est progressivement adapté pour faire face à la situation sécuritaire sans cesse mouvante. A titre illustratif, de trois véhicules il y a dix ans seulement, on est passé aujourd’hui à plus d’une soixantaine de véhicules tous corps confondus, soient des valeurs multipliées par 15, voire 20. Aujourd’hui, Niamey est confronté à un certain nombre de types de délinquance très en vogue notamment des jeunes à moto qui arrachent, agressent des personnes vulnérables particulièrement les femmes. Et des jeunes qui se mettent à des endroits à la périphérie de la ville, très peu fréquenté pour perpétrer des vols, qui peuvent déboucher malheureusement sur des cas de perte en vies humaines comme ce fut le cas de trois derniers mois concernant les victimes suivantes:

– Salissou Moussane né vers 1981 à Zinder revendeur, tué dans la nuit du 25 au 26 juin au quartier Kalley Est, aux alentours des anciens cimetières.

– Hadi Nouhou né vers 1985 à Niamey, appelé du service civique au tribunal chargé des affaires civiles et coutumières à l’arrondissement communal 4, tué dans la nuit du 16 au 17 juillet 2018 aux environs de 23heures.

– Abass Hamidou, technicien informaticien à la RTT, tué dans la nuit du 24 au 25 août aux environs de 22 heures.
Les deux derniers meurtres ont été perpétrés dans la ceinture verte.

Nous ressentons malgré tout, aujourd’hui, un peu de réconfort que ces bandes criminelles aient été mises hors d’état de nuire. En tout, les enquêtes ont permis de mettre la main sur les trois assassins des deux victimes de la ceinture verte et les quatre autres meurtriers du Kalley Est.

Il convient de noter que trois réseaux de voleurs qui opèrent aux alentours de la ceinture verte et dans le quartier Niamey 2000 et Bassora et aux alentours du grand marché sont actuellement dans les locaux de la Direction de la Police Judiciaire soient une vingtaine de personnes interpellées et 27 motos immobilisées dans le cadre des enquêtes.
En terme des statistiques criminelles, la Direction de la Police de la Ville de Niamey a enregistré du 1er janvier au 1er août 2018:
– 259 personnes agressées,
-05 voitures et 1116 motos emportées,
– 999 téléphones portables emportés,
– 25 véhicules, 88 motos et 149 téléphones portables déclarés volés, retrouvés et restitués aux victimes,
– 1984 patrouilles et 301 opérations coups de poing ayant permis d’interpeller 5145 individus pour vérification d’identité,
– 746 individus interpellés et déférés au parquet impliqués dans plusieurs affaires de délinquance.

Pour rappel, un dispositif de sécurité important est mis en place et géré par le Conseil Régional de Sécurité présidé par le Gouverneur de Niamey. Ce dispositif qui implique toutes les Forces( la Police Nationale, la Garde Nationales et la Gendarmerie) et toutes les spécialités ( l’anti terrorisme et la lutte contre le trafic de la drogue par exemple) prend en compte à la fois l’environnement de Niamey par la surveillance des différentes voies d’accès et alentours par les patrouilles et positionnement ( dispositifs fixes).

Sources: DGPN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *