ROTAB : Campagne de plaidoyer pour plus d’investissements dans les secteurs sociaux de base et pour une bonne Gouvernance des industries extractives au Niger

CUR55Le Réseau des organisations pour la transparence et l’analyse budgétaire (ROTAB) en partenariat avec l’ONG Oxfam, a organisé une campagne nationale de plaidoyer pour plus d’investissements dans les secteurs sociaux de base et pour une bonne Gouvernance des industries extractives. Elle s’est déroulée à l’intérieur du pays dans les régions de Zinder et d’Agadez. C’est ainsi que le 1er Septembre 2018, trois (3) conférenciers, des acteurs de la société civile à savoir M. Ali Idrissa, M. Moussa Tchangari et M. Nouhou Mahamadou Arzika ont co-animé une gigantesque conférence publique à l’hôtel général de Zinder. Le thème central de la conférence a porté sur « la contribution du budget de l’état à la prise en charge des secteurs sociaux au Niger ».

CURESALLors de cette conférence tenue Zinder, les conférenciers ont abordé plusieurs sujets de l’heure dont la loi de finances 2018. Ils ont largement édifié les populations sur la part insignifiante du budget consacrée aux secteurs sociaux de base et cela dans un pays où les besoins en personnel de santé et soins de santé primaires, puis en enseignants sont de plus pressants. La loi de finances 2018 fait objet de contestation populaire dans le pays et cela depuis bientôt neuf (9) mois après son adoption par l’Assemblée Nationale. La Conférence a suscité un engouement chez les populations particulièrement chez la jeunesse de la ville de Zinder. Outre la situation sociopolitique nationale du pays, les trois conférenciers ont abordé plusieurs sujets ayant trait aux préoccupations réelles des populations de la région. Tour à tour, M. Ali Idrissa, M. Moussa Tchangari et M. Nouhou Mahamadou Arzika, ont chacun en ce qui le concerne, expliqué à l’auditoire les enjeux ainsi que les défis liés la loi de finance 2018.

confffNNEn réalité, selon M. Ali Idrissa, Coordonnateur du ROTAB, il s’agit d’une loi triennale c’est dire que toutes les mesures impopulaires qu’elle contient seront appliquées trois (3) ans durant, et peut être même pire en 2019 car le Gouvernement peut se dire qu’après la première expérience les nigériens n’ont pas réussi à le faire fléchir d’où la nécessité pour les organisations de la société civile de poursuivre la lutte.

« Nous sommes engagés à combattre la loi de finance 2018 et le projet de loi de finances 2019 à cause des mesures antisociales et parce qu’ils font plus la part belle au prince qui s’est taillé sur mesure ce qu’il lui faut » a dit le Coordonnateur du ROTAB, M. Ali Idrissa.

conf« Nous sommes engagés à combattre cette loi de finances satanique jusqu’à amener le Gouvernement à retirer toutes les mesures antisociales. Cette loi accordent peu d’investissements aux secteurs de la santé, de l’éducation, de l’agriculture de l’élevage, des infrastructures routières ». Malheureusement, poursuit-il, c’est dans ce contexte de pression fiscale que le Gouvernement a choisi de faire des ‘’cadeaux fiscaux’’ aux compagnies minières et de téléphonie mobile, aux marqueteurs des hydrocarbures sans compter le Président de la République M. Issoufou Mahamadou qui a récemment décidé de rénover son ‘’palais’’ à hauteur de 14 milliards de FCFA.

Quant à Nouhou Mahamadou Arzika et Moussa Tchangari, ils ont axé leurs interventions sur les maux qui, selon eux, freinent le développement du pays : « la corruption, l’impunité, le détournement des deniers publics, la caporalisation de toutes les institutions indépendantes y compris la justice, et l’aliénation de la souveraineté nationale symbolisée par la présence massive des forces militaires extérieures d’occupation ».

CURE4L’étape d’Agadez de cette campagne du ROTAB a été couplée aux festivités entant dans le cadre de l’Edition 2018 de la Cure salée à Ingal, localité située à 160 km à l’ouest de la ville d’Agadez. Pour rappel, la Cure salée est une grande transhumance des troupeaux des éleveurs nomades du Niger qui a lieu pendant et après l’hivernage c’est-à-dire de juillet à décembre. Il s’agit d’un grand rassemblement des éleveurs dans la vallée de l’Irhazer, un véritable carrefour d’échanges socioculturels, un espace ouvert où sont fournis au profit des éleveurs des nombreux services publics (vaccination, intrants zoo techniques et vétérinaires, sensibilisations) afin de contribuer au développement de l’agropastoralisme dans les régions de l’Aïr et de l’Azawad.

currLa mission du ROTAB a profité de ce grand rassemblement pour animer un stand où sont exposés et partagés les résultats de plusieurs années d’action au Niger dans le domaine de la gouvernance locale et de la gestion des ressources naturelles. Outre les partenaires au développement, les représentants du corps diplomatique accrédité au Niger, les autorités locales et autres festivaliers, le Premier Ministre Birigi Rafini et le Ministre en charge de l’Intérieur M. Mohamed Bazoum ainsi que des chefs d’institution de la République ont visité le stand du ROTAB à la Cure salée. Conduite par Mme Ousmane Naomi, Vice Coordinatrice du ROTAB, la mission a mené la campagne de plaidoyer à Ingal à travers des échanges d’information ayant porté sur la gestion des finances publiques en général, et principalement sur l’insuffisance des ressources allouées aux secteurs sociaux et le budget participatif.CURRRE

Abdoulaye Abdourahamane

niameysoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *