Politique: Koubra Sani rejoint le PNDS-Tarraya !

Ce dimanche 3 juin 2018, l’ancienne ministre de la communication, anciennement militante du Mouvement Patriotique Nigérien (MPN Kishin Kassa) Mme Sani Koubra a officiellement rendu publique la déclaration de son adhésion aux idéaux du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-Tarraya). La cérémonie s’est déroulée dans la Salle de réunion de l’hôtel Général de Zinder en présence de sa famille, ses amis (es) et camarades du MPN Kishin Kassa.

Cette déclaration de ralliement de Mme Sani Koubra au principal parti au pouvoir n’est pas une surprise pour le commun des nigériens qui s’attendaient déjà à un tel revirement. En effet, après leur départ du gouvernement  suivi du retrait de leur parti de la majorité au pouvoir , le 12 Avril dernier, Mme Koubra Sani, ancienne ministre de la Communication a rendu sa démission de son poste de trésorière générale du Bureau Politique National du  MPN Kishin, le 13 Mai 2018.  Par la suite des rumeurs faisaient cas de la visite du président  du PNDS Tarayya à son domicile. Les contacts sont renoués et l’ancienne militante ‘’Yacoubia’’ préparait son arrivée avec arme et bagages au parti de Bazoum Mohamed.

«Nous affirmons à la face du monde que nous soutenons cette nouvelle adhésion et nous nous engageons désormais à militer au sein de ce grand parti avec toute la loyauté requise et dans le respect des textes et règlements du parti» c’est en ces termes que Mme Sani Koubra a fait son entrée au PNDS-Tarraya sous les feux des projecteurs. Elle a adhéré au PNDS-Tarraya pour soutenir les actions du Président de la République.

Cependant, nombre de nigériens se demandent le prix d’un tel ralliement en sous estimant son poids électoral à Zinder. Aussi, en parlant du respect du texte et de loyauté, on se demande quelle garantie donne-t-elle à Bazoum?

Même si certaines indiscrétions rapportent que Mme Sani Koubra pourrait être désignée présidente des femmes de Zinder Saboua, des doutes planent sur sa  capacité à mobiliser les femmes du Damagaram.  Pour l’heure, rien n’est sûr, excepté le fait  que Mme Sani Koubra ayant gouté aux prestiges du pouvoir aime y rester à l’image de beaucoup de leaders politiques nigériens.

Brah Souleymane