POLITIQUE : Après le Général Karingama et le Ministre Kalla Mountari, à qui le tour ?

(Niamey – Vendredi 7 Février 2020) La nouvelle est tombée en ce début de soirée, « …sur proposition du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est nommé : Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, M. Gado Sabo Moctar» peut-on lire dans un Communiqué du Sécrétariat Général du Gouvernement. Fin technocrate, M. Gado Sabo Moctar est ingénieur, ancien cadre de la SOMAÏR et siège à l’Assemblée Nationale (député au titre du même parti que Kalla avec lequel il milite dans la section régionale PNDS-Tarayya de Maradi.

M. Gado Sabo Moctar remplace ainsi M. Kalla Mountari dont le départ du Gouvernement Brigi ne passe pas sans commentaire et cela pour deux (2) raisons évidentes :

La première : Kalla a été limogé dans un contexte socio-politique très agité autour l’audit du Ministère en charge de la Défense Nationale occupé actuellement par Pr. Issoufou Katambe et précédemment par Mahamadou Karidjo (actuel Ministre des Transports), Hassoumi Massoudou (Ministre d’État à la Présidence), et Kalla Moutari. Les organisations de la société civile et l’opposition politique exigent la publication des résultats de l’audit de la défense nationale eu égard aux pertes énormes enregistrées par l’armée suite aux attaques récurrentes des groupes armés non étatiques dans les régions de Diffa, Tillabéri et Tahoua. La situation sécuritaire est toujours préoccupante.

En clair, les nigériens ne comprennent pas la perte récente en nombre de soldats (71 à Inatès et 89 à Chinagodrer) alors que d’importantes ressources sont allouées à la Défense pour mieux les équiper. Du coup, il serait reproché aux anciens patrons du département de la Défense une gestion opaque des ressources affectées (soit 15 à 20 % du budget par an).  D’aucuns parlent des irrégularités estimées à 1700 milliards dans la gestion de ces ressources et que la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale aurait trouvé ahurissantes et inacceptables.

La deuxième raison : Le limogeage du Ministre Kalla a été précédé récemment de l’éjection de son ancien Secrétaire Général au Ministère de la Défense Nationale le Général Ibrahim Waly Karingama suite au dernier réaménagement intervenu dans l’armée et au cours duquel le chef d’état-major des armées, le chef d’état-major de l’armée de Terre et l’inspecteur général des armées ont été remplacés. Cependant, l’attention du commun des nigériens reste encore focalisée sur le poste hautement stratégique de la Direction générale de la documentation et de la sécurité extérieure (DGDSE) c’est-à-dire les services secrets nigériens (ex Bureau de coordination et de liaison). Poste actuellement occupé par l’ancien Haut commandant de la gendarmerie nationale, Laoual Chekou Koré, promu Général de corps d’Armée le 1er Avril 2019.

Selon toute vraisemblance, le départ de Kalla et de son ancien Secrétaire Général corroborent la détermination du Ministre de la Défense Nationale Pr Issoufou Katambe à mettre (politiquement) chacun face à ses responsabilités. Dans cette logique, la question est de savoir si le Président Issoufou Mahamadou a véritablement repris l’opération «Mai boulala» de lutte contre la corruption et jusqu’où serait-il prêt à aller ? Pour la même affaire, doit-on s’attendre aux départs des ministres Massoudou et Karidjo, deux (2) autres manitous du PNDS-Tarraya et ce, à la veille des élections de 2021 ?

L’un dans l’autre, il est très tôt pour les mécènes de la Justice ou les gladiateurs de la lutte contre la corruption de jubiler car. M. Kalla Mountari peut se retrouver à la Présidence de la République en qualité du énième Ministre conseiller spécial. Comme quoi, avec la Renaissance, tout est possible !

Que retenir du parcours politique de Kalla Moutari ?

Pour rappel, une des têtes pensantes et membre fondateur du principal parti au pouvoir le PNDS-Tarraya, l’ancien Maire de Tessaoua (Maradi de 1993 à 1996) M. Kalla Moutari a été Secrétaire Général adjoint de la Présidence de la République de 2011 à 2013, Gouverneur de la Région de Zinder en Septembre 2013 avant d’être nommé successivement Ministre de la Santé Publique en mars 2015, député au titre de la circonscription électorale de Dakoro durant les élections législatives de 2016, Ministre de la Défense Nationale le 19 octobre 2016 et Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du 20 septembre 2019 à ce jour.

Philosophe de Formation, homme politique discret et rigoureux, M. Kalla Moutari est assurément un élément du noyau  dur du parti rose (fief de Maradi) qui a porté le Président Issoufou deux (2) fois à la magistrature suprême.

Abdoulaye Abdourahamane Ahamadou / niameysoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *