PALUDISME : « En ces temps pluvieux, il est important de protéger nos enfants du Paludisme » a dit la Première Dame Aissata Issoufou

Screenshot_2018-07-20-RTB-on-TwitterLa Première Dame Aissata Issoufou, présidente de la Fondation « Guri Vie Meilleure », marraine de la lutte contre le Paludisme a officiellement lancé, hier en début de matinée, la campagne de chimioprévention du Paludisme saisonnier. C’était à Bonkoukou, chef-lieu de la commune rurale (canton) d’Imanan (Région de Tillabery) à 140 km au nord-est de la capitale où un accueil de  grand jour lui a été réservé.

La Première Dame Aissata Issoufou était accompagnée lors de ce déplacement du ministre de la Santé Publique Dr Idi Illiassou Mainassara et de ses proches collaborateurs, des représentants de l’Unicef, de l’OMS, du PNUD et de l’UNFPA au Niger ainsi que des responsables des ONGs et Associations sensibles aux thématiques du couple mère/enfant. Cette campagne de chimio-prévention du Paludisme saisonnier est couplée au dépistage de la malnutrition.

Screenshot_2018-07-20-(2)-TwitterUne initiative qui a toute son importance  en cette saison pluvieuse en cours qui rime avec le paludisme. En effet, les cas de la pathologie surviennent entre juillet et octobre (saison pluvieuse) à cause de l’eau qui stagne dans les rues, et l’insalubrité. Une des premières causes de morbidité au Niger, le paludisme touche majoritairement les femmes enceintes et les enfants.

« La plupart des décès enregistrés au Niger sont dus au paludisme. La plupart des anémies chez les enfants sont causés par le paludisme. La plupart des attardés mentaux dans la ville sont des cas secondaires dus au paludisme chronique. Même les fièvres et les avortements (non désirés, ndlr) chez les femmes sont dus au paludisme. Tout comme la première cause d’absentéisme aux cours chez les enfants en milieu scolaire », a expliqué en début d’année la Coordinatrice du Programme national de lutte contre le paludisme au Niger.

Screenshot_2018-07-20-(2)-Twitter(1)« En ces temps pluvieux, il est important de protéger nos enfants du Paludisme » a dit la Première Dame Aissata Issoufou face à une foule imposante des femmes (mères, allaitantes et enceintes) à Bonkoukou peu avant de procéder au lancement proprement dit de la campagne et au dépistage symbolique de la malnutrition.

Pour rappel, la chimio-prévention du paludisme saisonnier consiste en une administration intermittente de protocoles thérapeutiques complets d’antipaludiques aux enfants pendant la saison du paludisme dans des zones où la transmission a un caractère fortement saisonnier. L’objectif est de prévenir l’infection palustre en conservant des taux sanguins.

niameysoir.com