Orpaillages au Niger : Entre prospérité des hommes et dégradation de l’environnement

L’exploitation minière artisanale de l’or est un secteur complexe et diversifié dans une grande partie du monde. Il comprend les mineurs individuels informels qui cherchent un moyen de subsistance, mais aussi les petites entreprises minières règlementaires qui produisent des minéraux à petite échelle.  

 » Chercher de l’or est mieux que cultiver du mil  »

orAu Niger, comme dans des nombreux pays en développement, l’exploitation minière artisanale est une source importante de moyens de subsistance pour des milliers de foyers. Il est courant d’entendre dire «  Chercher de l’or est mieux que cultiver du mil » et cela même dans des zones où l’agriculture constitue la principale source de revenus. C’est aussi l’avis de M. Amadou Seyni, orpailleur à Tamou (département de Say) : «  Il est vrai que l’agriculture est un héritage de nos grands parents, mais de nos jours pour survivre, nous devrons changer de métier. L’orpaillage me permet de gagner en trois (3) jours ce que je gagnerai en une (1) saison dans l’agriculture». 

En depit de la rentablité de cette activité, peu d’orpailleurs respectent la reglementation en vigueur notamment les dispositions de l’Article 7 de l’ordonnance 2017-03 portant modification de l’ordonnance n° 93-16 du 2 mars 1993, portant Loi Minière Nigérienne (2006) : « Le droit d’exploiter des substances minérales suivant des méthodes artisanales est acquis en vertu d’une autorisation d’exploitation minière artisanale ».

L’impact de l’orpaillage sur l’environnement

Outre son caractère généralement informel, l’orpaillage est une source de dégradation environnementale. Cette activité minière artisanale cause un déséquilibre des milieux naturels par la transformation des paysages à travers  deux grands  procédés miniers : l’extraction du minerai et son traitement chimique. En effet, lors de l’extraction suivie des traitements mécaniques (concassage et broyage), les dépôts de déchets solides constituent une menace pour l’environnement. En ce qui concerne le traitement  chimique du minerai de l’or, il ya le cas des rejets d’effluents liquides engendrés par les attaques chimiques diverses. Il s’agit de procédés essentiellement basés sur la cyanuration (lors du retraitement du minerai) et l’utilisation d’autres produits chimiques très toxiques tel que le mercure. Ces procédés de traitement ont pour conséquences, une mauvaise qualité de l’air à travers les émissions de dioxyde de soufre dans l’air et une infiltration plus ou moins importante de cyanure dans les bassins de décantation qui portera inévitablement préjudice à l’environnement et à la santé humaine.

Pourtant l’articule 31 de la loi cadre 98-56 DE 1998 relative a la gestion de l’environnement est très explicite sur ce sujet: « Les activités, projets et programmes de développement qui, par l’importance de leurs dimensions ou leurs incidences sur les milieux naturel et humain, peuvent porter atteinte à ces derniers sont soumis à une autorisation préalable du ministre chargé de l’environnement. Cette autorisation est accordée sur la base d’une appréciation des conséquences des activités, du projet ou du programme mises à jour par une étude d’impact sur l’environnement élaborée par le promoteur et agréée par le ministère chargé de l’environnement ».

S’agissant du cas spectifique des orpaillages, cette étude d’impact environnemental est un document simplifié, réalisé par chaque détenteur d’autorisation d’exploitation et de traitement de l’or. Elle a pour objectif, l’analyse des impacts environnementaux liés au procédé de traitement chimique de l’or (mercure et Cyanure) tant sur le milieu biophysique que sur le milieu humain. En clair, l’étude d’impact environnemental est un document de référence pour l’Etat afin de mieux évaluer et maitriser lesdits impacts sans empécher à la richesse locale de prospérer.

 L’Etat nigérien face aux defis du secteur…

Au délà de l’évaluation, de l’identification ainsi que de la maitrise des impacts environnementaux, l’Etat du Niger doit poursuivre ses efforts pour formaliser le secteur de l’orpaillage dans le sens de proteger à la fois les populations, l’environnement tout en encourageant l’exploitation de la richesse locale. Pour ce faire, le Gouvernement  peut intégrer les activités d’exploitation minière artisanale informelle dans un système juridique et économique officiel pour contribuer au développement durable du pays. Le defi est donc de renforcer les cadres juridiques et les mécanismes de réglementation afin de faciliter l’organisation de l’orpaillage, l’accès aux droits de propriété et aux obligations qui en découlent. Dans le meme ordre d’idée, l’Etat doit assuer un soutien technique et logistique à ses agents pour garantir le suivi et le contrôle de l’ensemble des sites d’orpaillages du pays. Il est évident que plus le secteur est informel, plus les orpalleurs seront prédisposés à transgresser lois environnementales  d’où la nécéssité de les faire respecter et les adapter aux exigences du contexte.

Ismaila GARBA HAMIDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *