Marche suivie de meeting: L’opposition s’insurge contre la loi des finances 2018

L’opposition politique nigérienne réunie au sein du Front pour la Restauration de la Démocratie et la Défense de la République (FRDDR), du Front des Partis Politiques Non Affiliés pour l’Alternance Démocratique au Niger (FPNAD) et du Front de l’Opposition Indépendante (FOI) a organisé ce matin une manifestation populaire à Niamey.

La loi des finances 2018 en instance de promulgation par le Président de la République est le sujet majeur qui  a été passé au crible par les organisateurs cette marche suivie de meeting.  La manifestation  a drainé une foule impressionnante des militants de l’opposition de la Place de la Concertation (lieu de rassemblement) à la Place Toumo (lieu du meeting).

Les pressions fiscales de la loi des finances 2018 :

Outre le déséquilibre dans l’affectation des ressources entre les secteurs sociaux de base et les institutions de la République, l’opposition politique reproche à la loi des finances 2018, les nouvelles mesures fiscales imposées au contribuable déjà tenaillé par la cherté du coût de la vie. De ces nouvelles pressions fiscales, on peut noter entre autres,

1-la création d’une taxe d’habitation que devront désormais acquitter toutes les personnes disposant d’un compteur relié au réseau d’électricité ou d’un système autonome d’énergie électrique, qu’elles soient propriétaires des maisons, simples locataires ou de personnes y habitant à titre gratuit;

2- le rehaussement du taux de l’Impôt Synthétique de 2 à 5% pour les activités commerciales et de 3 à 7% pour les prestations de service, assorti de la fixation de minima de 60 000F pour le commerce et 80 000F pour les prestations de service ;

3- l’extension de l’assiette de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) qui sera appliquée désormais au transport routier des marchandises et des voyageurs, aux affaires faites par les commerçants qui se livrent à la commercialisation des produits agricoles après acquisition auprès des producteurs ruraux, à divers produits, notamment des denrées alimentaires, des intrants agricoles, des fournitures scolaires jusque là exonérés;

4-la réévaluation du prix de base de cession des terrains relevant du domaine privé de l’État;

5-l’institution du prélèvement d’un acompte constituant un minimum de perception de l’impôt sur les plus-values de cession immobilières;

6- l’institution de l’apposition d’un droit de timbre de 200F sur tout document légalisé sous peine de nullité ;

7-la réactualisation et la diminution de certains taux de droits de mutation par décès pour la part nette recueillie par chaque ayant droit.

De la nouvelle année 2018

S’adressant à la foule immense, du haut de la tribune, M. Soumana Sanda, Coordonnateur régional du FRDDR de Niamey a dit «  les nigériens sont acculés, fatigués, ils sont désespérés et ils ont tous le regard tourné ver vous  aujourd’hui pour sauver dans l’urgence ce qui reste du Niger. Pour ce faire l’année 2018 qui débute dans quelques heures doit être une année de lutte permanente et sans merci contre ce système »

Pour rappel, le  projet de loi des finances 2018 a été adopté par l’Assemblée Nationale 26 novembre 2017.  Le Budget est  équilibré en recettes et en dépenses à un montant de 1 900,86 milliards F CFA avant d’être adopté au Parlement par 133 voix pour, 29 voix contre et 1 une abstention. Reste la promulgation de cette loi par le Président de la République Issoufou Mahamadou avant sa mise en vigueur.

niameysoir.com