LUTTE CONTRE LE CANCER : les Premières Dames des pays africains membres de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) s’engagent…

Déclaration de Ouagadougou des Premières Dames des pays africains membres de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) sur la promotion des programmes de plaidoyer et de sensibilisation au cancer

DSC_1655_resultat

Nous, Premières Dames des États membres du Groupe Afrique de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI), professionnels de la santé, chercheurs, défenseurs de la lutte contre le cancer et autres acteurs concernés, réunis du 1er au 2 août 2018 à Ouagadougou (Burkina Faso), à l’occasion du Séminaire régional de haut niveau sur la promotion des programmes de plaidoyer et de sensibilisation au cancer, pour renforcer la communication sur l’augmentation des cas de cancer dans les États membres du Groupe Afrique de l’OCI et appuyer les efforts déployés pour améliorer l’accès à des moyens efficaces de promotion, de prévention, et de prise en charge de cancer.

· Rappelant la Déclaration d’Istanbul de la Session spéciale du Leadership des Premières Dames dans la lutte contre le cancer dans les États membres de l’OCI, tenue le 14 avril 2016 à Istanbul (Turquie), en marge de la 13ème Session de la Conférence Islamique au Sommet ;
· Rappelant en outre les résolutions et les décisions adoptées lors des sessions successives de la Conférence Islamique des Ministres de la Santé (CIMS), dont la résolution N° 2/6-ICHM sur le mode de vie sain, la prévention et la lutte contre les maladies transmissibles et non-transmissibles ainsi que sur les urgences sanitaires et les catastrophes, adoptée lors de la 6ème Session de la Conférence Islamique des Ministres de la Santé (CIMS), tenue du 05 au 07 décembre 2017 à Djeddah (Royaume d’Arabie Saoudite), qui a souligné qu’une approche globale est essentielle pour lutter efficacement contre le cancer ;
· Reconnaissant que le cancer est l’une des principales causes de décès dans le monde et qu’il constitue un énorme défi d’ordre affectif, spirituel et socio-économique pour les patients et leurs familles ;
· Reconnaissant le rôle primordial de la communauté, des institutions religieuses et éducatives, des groupes de soutien aux patients, des organisations de la société civile et des médias dans la promotion de la prévention et de la lutte contre le cancer ;
· Reconnaissant que les cancers et autres maladies non transmissibles pourraient être évités et éliminés par l’adoption de modes de vie sains, le dépistage régulier et le diagnostic précoce ainsi que par un traitement adéquat et opportun ;
· Réfléchissant sur les objectifs de développement durable (ODD) qui visent à réduire d’un tiers, les décès prématurés dus au cancer et à d’autres maladies non transmissibles, dont le diabète, les maladies cardiovasculaires et maladies respiratoires chroniques d’ici à 2030.
· Reconnaissant que les conditions de vie peu satisfaisantes, la pauvreté, l’analphabétisme, l’urbanisation galopante et la dégradation de l’environnement sont autant de facteurs qui contribuent à accroître l’incidence et la prévalence des maladies cancéreuses ;
· Reconnaissant en outre que le tabagisme constitue l’un des facteurs de risque les plus importants de cancer, causant environ 20% des décès par cancer et environ 70% des décès par cancer pulmonaire dans le monde ;
· Reconnaissant que la lutte contre les causes profondes du cancer demeure la stratégie la plus avantageuse dans la lutte contre le cancer,
· Ayant à l’esprit la nécessité d’une planification minutieuse et l’établissement des priorités en matière d’utilisation des ressources pour mener efficacement les activités visant à réduire le fardeau du cancer ;
· Reconnaissant l’importance d’un financement adéquat des programmes de prévention, de lutte contre le cancer et de soins palliatifs dans les États membres de l’OCI, notamment dans la sous-région africaine ;
· Appréciant les efforts consentis par les pays et les différentes initiatives entreprises par l’OCI et ses institutions, ainsi que ses partenaires, y compris les perspectives offertes par le partenariat entre l’OCI-BID, l’OMS et l’AIEA et avec d’autres organisations nationales et internationales ;
· Félicitant le leadership de Son Excellence Madame Sika KABORE, première Dame du Burkina Faso, pour avoir accepté d’accueillir le présent séminaire ;
· Réaffirmant notre détermination à jouer notre rôle dans une approche multipartite en matière de prévention et de lutte contre le cancer ; ayant suivi les différentes communications, nous engageons à encourager et à participer activement à la promotion des programmes de plaidoyer et de sensibilisation au cancer dans nos pays respectifs. Nous nous engageons également à faire le plaidoyer afin que la prévention et la lutte contre le cancer soient inscrites au rang des priorités dans les programmes de santé tant au niveau national qu’au niveau international, à travers une approche multi-sectorielle.

Par la présente, nous exhortons :

Les États membres à

  • Investir plus de ressources pour lutter contre les facteurs de risque liés au cancer en organisant des campagnes de sensibilisation sur le régime alimentaire sain ciblées sur les adultes ; s’engager auprès des représentants de l’industrie alimentaire pour veiller au respect des directives sur un régime alimentaire sain et encourager les activités physiques à la vie quotidienne ;
  • · Promouvoir la participation de la société civile et de la communauté en encourageant des partenariats pour diffuser les informations sur le cancer et offrir des services de prévention et de lutte contre le cancer y compris les soins palliatifs ;
  • · Intégrer la prévention du cancer dans leurs systèmes de soins de santé primaires et promouvoir une plus grande sensibilisation du public sur l’importance des mesures de prévention du cancer ;
  • · Renforcer la mise en œuvre des programmes de dépistage pour les femmes en mettant l’accent sur le cancer du sein et du col de l’utérus qui sont les plus fréquents et les plus détectables ;
  • · Soutenir l’initiative OIC sans Tabac en participant aux programmes de formation et de renforcement des capacités organisés par SESRIC pour faciliter l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies nationales durables de lutte contre le tabac dans les pays membres de l’OCI conformément aux directives établies par la Convention Cadre de l’OMS de Lutte contre le Tabac ;
  • · Établir des registres de cancer de type populationnel et mettre en œuvre des plans nationaux de lutte contre le cancer qui répondent au besoin croissant de prévention, de dépistage précoce, de diagnostic, de traitement et de soins palliatifs pour coordonner et optimiser les ressources disponibles et appliquer des interventions reposant sur des bases factuelles et à forte retombée ;
  • · Partager les bonnes pratiques régionales et promouvoir des mécanismes régionaux de coordination du registre du cancer, de la mise en œuvre et du programme de lutte contre le cancer en vue de renforcer les systèmes de santé ;
  • · Renforcer les capacités nationales en matière de recherche et de développement, notamment les infrastructures de recherche, l’équipement et le matériel des institutions de recherche et la compétence des chercheurs pour effectuer une recherche de qualité ;
  • · Faciliter l’accès aux technologies appropriées, avec le soutien de partenaires compétents, pour le diagnostic et le traitement du cancer en vue de promouvoir un diagnostic et un traitement précoces ;
  • · Rendre compte à la Conférence Islamique des Ministres de la Santé des progrès réalisés dans le renforcement des systèmes nationaux de santé pour assurer l’exécution soutenue des programmes efficaces de lutte contre le cancer notamment la mise au point d’un registre du cancer basé sur la population ;

Le Secrétariat Général de l’OCI, les institutions compétentes de l’OCI et les Partenaires internationaux à :

  • · Appuyer la coordination avec les partenaires compétents pour soutenir les États Membres dans leurs efforts de prévention et de lutte contre le cancer et minimiser ses impacts en apportant une assistance technique en renforçant les capacités des systèmes nationaux de santé ;
  • · Soutenir les activités de sensibilisation du public sur le cancer, organisées par et sous le patronage des Premières Dames des États membres respectifs, pour lutter efficacement contre la menace du cancer ;
  • · Tout mettre en œuvre pour renforcer la coopération entre les États membres de l’OCI conformément à la « Prévention et au contrôle des Maladies » Domaine Thématique de l’OCI – SHPA ;
  • · Renforcer la capacité du Secrétariat en soutenant la mise en œuvre d’interventions à faible coût
    et de modèles de soins adaptés au pays et travailler avec les partenaires internationaux, pour harmoniser l’assistance technique apportée aux pays dans la prévention et la lutte contre le cancer ;
  • Travailler avec les États membres et collaborer avec les organisations non gouvernementales, les entités du secteur privé, les fondations philanthropiques et les institutions académiques en vue d’établir des partenariats pour intensifier la lutte et la prévention du cancer et améliorer la qualité de vie des malades du cancer, conformément aux ODD 3 et 17 ainsi qu’au Programme d’action 2025 de l’OCI.

Fait à Ouagadougou, le 3 Août 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *