L’irrégularité de l’expulsion du journaliste Baba Alpha

Le peuple nigérien, hospitalier, tolérant et à majorité musulmane se retrouve-t-il réellement dans la décision d’expulser Baba Alpha en laissant derrière lui son épouse nigérienne, ses enfants mineurs, ses parents (mère et mère), ses frères et sœurs  au Niger et lui au Mali où il dit ne connaitre personne ? Précisément un camp de réfugiés maliens à labezangan (Nord région de Tillabery à la frontière Niger-Mali)

Après un (1) an de péripéties judiciaires, l’affaire Baba Alpha vient ainsi de connaitre son épilogue. En effet, le Mardi 3 Avril 2018, son père âgé de plus de 70 ans a regagné sa famille ici à Niamey, pendant que lui, notre confrère Baba Alpha s’est vu expulsé du Niger par arrêté du Ministre en charge de l’Intérieur signé le même jour.

Nous sommes en danger

Décision administrative, politique ou décision de justice ? Quelle que soit sa nature, la triste réalité est que cette décision humiliante d’expulser le journaliste Baba Alpha a certainement glacé plus d’un nigérien en ce sens qu’elle est totalement en porte à faux avec les Valeurs Sociétales Nigériennes au rang desquelles l’hospitalité légendaire. Nous sommes en danger si être né au Niger des parents étrangers ou nigériens ne vous donne droit à l’humanisme du pouvoir d’État même quand ce dernier vous présente comme un  »vulgaire terroriste international ». Or, ce n’est pas le cas de Baba Alpha dont la justice a déjà décidé du sort.

Tout porte à croire que cette expulsion frise la haine, une contre-valeur pour l’idéal de Renaissance Culturelle prônée par les plus hautes autorités du pays. Baba Alpha mérite-t-il un tel acharnement ? Cet acharnement est–il proportionnel aux faits qui lui sont incriminés ?

De l’irrégularité de la procédure d’expulsion

Encore que dans cette affaire, l’on se demande comment l’expulsion d’un individu a pu se faire sans un minimum de respect des règles les plus élémentaires en la matière. En effet, en situation normale, Baba Alpha devrait être présenté à l’ambassade de son pays d’origine basée à Niamey. Là, une fois sa nationalité d’origine (malienne) est effectivement établie, il lui sera demandé, selon son vouloir, s’il voudra bien rentrer dans son pays ou rester en pays d’accueil. Après quoi, il est ensuite soit rapatrié soit transféré prison (contrainte par corps).

Curieusement, dans le cas de Baba Alpha, il y a eu un document ‘’Sauf-Conduit’’ signé Par Ordre (P.O) et délivré un jour férié (le 2 Avril 2018). Or, ce document ne devrait être établi que pour les citoyens de nationalité nigérienne. Pire, l’arrêté portant expulsion de Baba Alpha date du 03 Avril 2018 tandis que le ‘’Sauf-Conduit’’ censé faire suite à cet arrêté date du 02 Avril 2018.

Question : Pourquoi une telle précipitation ?

Quoiqu’il en soit, autant la loi protège et défend autant elle tient compte de cet ensemble des Normes Supérieures de la République qui fondent l’identité de notre Nation. Le Niger a depuis les temps immémoriaux été un pays hospitalier où les valeurs de Tolérance, de Solidarité et de Fraternité ont forcé l’admiration du Monde. Mêmes dans les circonstances les plus inextricables de son histoire, le peuple Nigérien a su peaufiner et promouvoir depuis des siècles les valeurs du vivre ensemble d’où la coexistence interethnique et pacifique des religions sur le même territoire qui a vu naitre Baba Alpha le 10 janvier 1984.

Écrivain du Sahel

niameysoir.com