Le Projet Migrant au Niger : Sensibilisation sur les dangers de la migration clandestine et partage d’information sur les alternatives pour une migration légale

Les risques et les dangers liés à la migration clandestine, les alternatives pour une migration légale, les conditions de vie des migrants en pays de transit ou de destination, les maltraitances de toutes sortes dont ils sont victimes notamment sur le trajet migratoire vers la Libye, l’Algérie, l’Europe etc. sont les principaux sujets développés par le Projet Migrant à Niamey le 18 Novembre dernier. C’était lors d’une journée de sensibilisation organisée au quartier ‘’Koira Kano’’ en partenariat avec l’ONG Aide l’Information Communautaire (ONG-AIC).  

Des migrants de nationalités différents basés à Niamey et repartis sur différents sites (pays bas, bobiel, camp Rimbo-Camping, Aigle, Dar es salam) ont pris part à cette rencontre. Le thème a porté sur : « les dangers de la migration irrégulière et les alternatives pour une migration légale ».

Cette activité, la première du genre, participe de la campagne de Communication et d’information lancée le 15 Septembre 2018 par le Projet Migrant et l’ONG AIC. La campagne vise à fournir aux migrants et autres demandeurs d’asile, les informations utiles pour une meilleure prise de décisions à migrer ou à y renoncer en meilleure connaissance de cause.

Dans l’allocution qu’il a prononcée pour la circonstance, le Coordonnateur du Projet Migrant-Niger, M. Moussa Aboubakhr Yasser a rappelé que  « Le flux migratoire est de plus en plus croissant. La précarité ou des raisons sécuritaires poussent les personnes à migrer de leurs pays d’origine, pour se rendre à l’étranger à la recherche d’un avenir meilleur, et cela en dépit de l’incertitude et les différents abus ainsi que  les autres risques encore plus graves sur le trajet  migratoire ».

Selon M. Moussa Aboubakhr Yasser, « Le migrant est un citoyen du monde qui espère gagner dignement sa vie. Il a des droits et des devoirs qui lui sont reconnus ». « Qu’il soit en situation régulière ou non, tout migrant a droit au respect de sa dignité », a ajouté le Coordonnateur du projet Migrant.

Prenant la parole à son tour, M. Mahamadou Madani Mallam Moussa Souleymane, Chef d’Equipe du Projet Migrant, Conseiller BAO (Bouche à Oreille) a quant à lui axé son intervention sur les alternatives pour la migration légale. « Sans informations précises, beaucoup de migrants irréguliers ont tendance à surestimer leurs chance de succès et à prendre des risques énormes qui les exposent à toutes sortes de dangers », a –t-il avancé. Cependant, poursuit-il, il existe d’autres opportunités qui s’offrent au migrant, qu’il peut exploiter et espérer vivre paisiblement c’est-à-dire à l’abri de la peur, du risque et du danger. M. Mahamadou Madani Mallam Moussa Souleymane a, entre autres, mentionné, des programmes de bourses d’études disponibles pour les migrants qui désirent poursuivre leurs études ; des possibilités de formation professionnelle offertes par les organisations internationales etc.

Par la suite, la parole  a été donnée aux migrants, qui ont de prime abord salué cette initiative du Projet Migrant et de l’ONG A.I.C. Il ont partagé avec l’assistance quelques-unes de leurs préoccupations. Pour l’essentiel, celles-ci tiennent  de leurs conditions de vie au Niger pays de transit précisément à Niamey et à Agadez. Certains ont d’ailleurs profité de l’occasion pour lancer leur cri de cœur aux décideurs, partenaires au développement afin de leur venir en aide. La cérémonie s’est clôturée dans un climat de détente et de convivialité entre membres de  l’Équipe du Projet Migrant, ceux de l’ONG A.I.C et les migrants.

niameysoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *