Le dédommagement des victimes des événements « anti-Charlie » au Niger : entre leurre et espoir

Créée le 14 février 1984, l’Association Nigérienne des Professionnels du Tourisme et de l’Hôtellerie (ANPT/H), a fait sienne la lutte pour le dédommagement des sinistrés que sont en majorité ses membres à savoir les promoteurs des Hôtels, Restaurants, Bars et autres Commerces assimilés.

Aussitôt après les événements tragiques du 16 au 17 janvier 2015, l’ANPT/H s’est rapidement attelée à faire un état de lieux des dommages subis par son secteur (Tourisme et Hôtellerie). Il ressort de cet état de ses investigations une perte en vie humaine et de nombreux dégâts matériels évalués à plus de deux (2) milliards de francs CFA.

Blocage de 300 millions depuis trois (3) ans par la Primature 

C’est à l’issue du vaste plaidoyer conduit par l’ANPTH notamment au niveau de la commission finances ainsi que celle des affaires économiques et sociales de l’Assemblée Nationale, qu’au dernier collectif budgétaire de l’année 2016, un montant de trois cent millions (300 000 000) de francs CFA avait été inscrit au profit de l’ensemble des victimes des événements « anti-Charlie » au Niger. Toutefois, les responsables des églises ayant été touchées ont unanimement décliné l’offre. Ils ont refusé cet appui de la part de l’État du Niger.

Sur ce montant, des formalités de décaissement de cent cinquante millions (150 000 000) auraient même été engagées par les services du Cabinet du Premier Ministre sans qu’une clé de répartition claire ait été arrêtée. Ce qui a conduit l’ANPTH en 2016 à requérir auprès du Président du tribunal de Niamey une ordonnance de saisie conservatoire tant qu’une clé de répartition claire n’ait été établie.

 Trois (3) ans aujourd’hui, aucune victime, aucun sinistré n’a reçu un seul franc sur ces trois cent millions (300 000 000). Les victimes membres de l’association n’ont rien reçu de l’État, bien que, le Président de la République et le président de l’Assemblée Nationale d’alors aient tous deux annoncé qu’un appui financier allait être apporté aux différentes victimes.

Certes des engagements ont été pris, des promesses faites par le Gouvernement pour dédommager les victimes mais l’ANPTH attend toujours entre leurre et espoir.

niameysoir.com