INONDATIONS 2019 : La région de Maradi est la plus touchée avec 17 534 personnes sinistrées

Image4

Le Ministre LAOUAN MAGAGI a animé, cet après midi à son cabinet, un point de presse sur la situation des inondations au Niger. Il ressort de cette rencontre avec les medias qu’à ce jour, la région de Maradi (avec 17 534 personnes sinistrées) est la plus touchée, suivie de Zinder (14 036 sinistrés), Agadez (12 897 sinistrés) et Dosso (11 231 sinistrés). Selon lui, cette année on est à 1/3 des prévisions des dégâts et du nombre de personnes supposées être impactées par les inondations. A cette date on enregistre 50% du nombre de sinistrés en moins par rapport à 2018.

Image6

Trouvez ci-dessous l’intégralisté de la communication du Ministre.

SITUATION DES INONDATIONS AU 02 SEPTEMBRE 2019

POINT DE PRESSE DU MINISTRE EN CHARGE DE L’ACTION HUMANITAIRE ET DE LA GESTION DES CATASTROPHES (MAH/GC).

  • Situation des inondations

inonda-1

Maradi 1 666 ménages totalisant 17 534 personnes sinistrées

Zinder 1 687 ménages totalisant 14 036 personnes sinistrées

Agadez 2 051 ménages totalisant 12 897 personnes sinistrées

Dosso 1 370 ménages totalisant 11 231 personnes sinistrées

Tillabéri  770 ménages totalisant 5 766 personnes sinistrées

Niamey 421 ménages totalisant 2 947 personnes sinistrées

Diffa 406 ménages totalisant 2 842 personnes sinistrées

Tahoua 253 ménages totalisant 2 128 personnes sinistrées

Image5A cette date, la région de Maradi (avec 17 534 personnes sinistrées) est la plus touchée, suivie de Zinder (14 036 sinistrés), Agadez (12 897 sinistrés) et Dosso (11 231 sinistrés).

A cela s’ajoute le barrage et le périmètre de Anaker (Tahoua), mini-barrage de Chaladabo (Maradi), le périmètre et le barrage de Kassama (Zinder) qui sont menacés.

NB : Dieu merci cette année on est à 1/3 des prévisions des dégâts et du nombre de personnes supposées être impactées par les inondations      (200 000). Et à cette date on enregistre 50% du nombre de sinistrés en moins par rapport à 2018.

  • Cas spécifique de la crue soudaine

Image8La crue fluviale d’aout 2019 est une crue soudaine dite crue locale consécutive aux eaux charriées par les affluents du fleuve Niger notamment la Sirba et le Gorouol. Depuis une semaine cette crue est montée en moyen de 10 cm par jour avant d’atteindre la cote d’alerte rouge qui est 620 cm le 30 aout 2019. Rappelons qu’en 50 ans, cette cote n’a été atteinte qu’en 2012, occasionnant d’importants dégâts et des pertes en vies humaines.

Cette année la cote est allée jusqu’à 638 cm, jamais enregistrée à Niamey, mais Dieu merci les dégâts ont été moindres sur les habitations et les populations.

Par contre au niveau des AHA on a enregistré des dégâts  notamment : les AHA de Saguia amont, Saguia Aval et Kirkissoye complément inondés ; les AHA de Karey Gorou, Ndounga 1 et 3, Say 1 et 2, Karma, Koutoukalé, Namardé, Liboré, Lata et Saga qui sont sérieusement menacés.

Cette crue a été contenue grâce aux efforts des populations riveraines, des autorités locales, des partenaires techniques qui ont accompagné les comités mis en place par le Gouvernement. A cela il faut souligner, les effets des 12 km de digues réalisés par le PGRC/DU sur financement de la banque Mondiale que nous remercions au passage.

Je dois aussi attirer l’attention des populations riveraines et des autorités locales des régions de Tillabéri, Niamey et Dosso, d’augmenter la vigilance et la prudence face au risque imminent d’une autre crue dans les prochains jours à cause de la lâchée d’eau du Barrage de Sélingué au Mali.

  • Réponses d’urgence apportées

Les réponses sont relativement timides cette année. En effet, à peine 30% des besoins ont été satisfaits grâce à l’assistance du Gouvernement, de l’OIM et de l’UNICEF.

Le Gouvernement a prépositionné 2 870 tonnes de vivres

Les Partenaires ont placés et distribués 1198 kits sur un besoin de 8624 kits NFI

C’est pourquoi, je lance un appel :

  • Aux autorités municipales de reloger les sinistrés dans des sites appropriés autres que les classes en cette veille de rentrée scolaire ;
  • Aux autorités municipales d’interdire la circulation des camions transportant du sable sur les digues, ce qui fragilise leur endurance ;
  • Aux partenaires pour qu’ils se mobilisent davantage afin de venir en aide aux populations sinistrées.

 Image7

Image9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *