Grogne scolaire à Niamey : Des élèves « gazés », des journalistes agressés, caméras confisquées

A l’expiration de son mot d’ordre de grève de vingt quatre (24) heures le Samedi dernier, la section lycéenne et collégienne de Niamey  a voulu organiser ce lundi 15 janvier 2018, en début de matinée, un sit-in dans les locaux du Ministère de tutelle. Le mouvement d’humeur devait rassembler les scolaires à partir du Lycée Issa Korombé de Niamey, les élèves du Korombé, du lycée Kassai, du lycée Franco Arabe et d’Issa Beri.

Les revendications des élèves sont, entre autres, les problèmes de craie, de manque de table-bancs, d’eau, d’électricité, du démarrage timide des cours du fait des grèves à répétition des enseignants dans certains établissements scolaires de la ville capitale du pays.

Mais la foule fera vite face aux éléments de la Garde Nationale qui ont fait usage des gaz lacrymogènes. Les échauffourées ont éclaté en présence des équipes de reportage des Groupes de Presse Privés Labari et Ténéré. Le Secrétaire Général de la Section lycéenne et collégienne de Niamey a déclaré que la sortie de ce matin traduit la détermination de leur section à faire aboutir leurs légitimes revendications.

« Aujourd’hui nous sommes que quatre ou cinq établissements à sortir, dans les jours à venir l’ensemble des établissements de la Ville de Niamey vont sortir pour montrer au Gouverneur de la Région de Niamey qu’il n’a pas à nous imposer un comportement par rapport à nos revendications » a-t-il averti.

Journalistes agressés, caméras confisquées !

Lors de ces affrontements qui ont été rapidement maitrisés par la Garde Nationale, des journalistes n’ont pas été épargnés.

« Les reporters du groupe de presse Labari agressés ce lundi par les éléments de la Garde Nationale qui ont confisqué la caméra pendant qu’ils couvraient une manifestation des scolaires à Niamey. La scène s’est déroulée dans l’enceinte du lycée korombé » a rapporté Hassane Saley Moustapha journaliste du Groupe de Presse Privé LABARI. Des propos confirmés par l’OPV du même groupe M. Chaibou Guisso, victime de l’agression.

Aux dernières nouvelles, la camera de la Radio et Télévision Ténéré (RTT) aurait été restituée sur le terrain de reportage après que les éléments de la Garde Nationale aient retiré puis écrasé la cassette de tournage. Quant à la camera du Groupe de Presse LABARI, elle est encore aux mains des éléments de la Garde Nationale selon la direction générale de LABARI.

niameysoir.com