Déclaration du Bureau Politique National du MODEN-FA / Lumana Africa

Militantes, Militants,
Chers Compatriotes

Dans un communiqué, en date du mercredi 22 mai 2019, et dont la forme ressemble beaucoup plus à un tract qu’à un document officiel, le ministre de la Défense Nationale instruisait le Procureur de la République de poursuivre Son Excellence HAMA Amadou pour, dit-il, « des propos diffamatoires et de nature à porter atteinte au moral et à la cohésion des Forces de Défense et de Sécurité ». et « … de surcroit en temps de guerre » .

Monsieur Kalla Moutari reconnaît pourtant l’échec du gouvernement dans sa politique de lutte contre l’insécurité et la défense du territoire national. En effet, il reconnaît « la recrudescence des actes terroristes consistant à des enlèvements de personnes, de meurtres, de pose d’engins explosifs et d’attaques de position de FDS ».

Paradoxalement, il affirme dans le même communiqué que le « Niger est de tous les pays affectés, celui qui a pu maintenir les menaces terroristes hors de ses frontières ».

Alors question à Kalla Moutari :
Comment donc les terroristes ont-ils pu poser des actes s’ils sont maintenus hors de nos frontières, comme il le soutient avec arrogance ?

Militantes, Militants

Pour revenir aux événements du 14 mai 2019. Monsieur Kalla a dit, sur une radio étrangère, avoir été informé par ses services d’actions probables hostiles à la sécurité du pays. Qu’a-t-il fait de cette information ? Assurément rien!

La preuve, Tout un peuple pleure ses fils tombés dans une embuscade.

Ici, le Ministre de la Défense Nationale s’est rendu complice, ou disons même, coupable de la tragédie qui a frappé notre peuple.

Militantes, Militants,

Le MODEN FA Lumana Africa se félicite du rejet unanime et prompt des Nigériens de l’intérieur comme de l’extérieur de cette nième machination du pouvoir de Mahamadou Issoufou. Pouvoir qui, lorsqu’il manque de solutions à des problèmes qu’il a lui même créés cherche à tout prix un bouc émissaire par de maladroites techniques de diversions. Ce bouc émissaire est toujours LUMANA, précisément son Président.

Si donc les propos tenus par son Excellence HAMA Amadou dénaturé à dessein, sont considérés comme étant d’une gravité extrême, que dire alors de la réunion, grossièrement servie au monde entier montrant un chef d’Etat co-présidé une réunion avec les Ambassadeurs et des militaires de bases étrangères de certaines puissances, de surcroit dans la salle du Conseil des Ministres.

Désemparé face au défi auquel le Niger est confronté et la révolte affichée par les citoyens, le régime fait appel à ses magistrats aux ordres comme dans de nombreux cas vécus.

Quelle suite le Procureur de la République a-t-il donnée à la découverte et au démantèlement d’un entrepôt contenant plusieurs tonnes de drogue ? à l’affaire de l’avion présidentiel ? à l’uraniumgate ? à la plainte du SAMAN ? Etc, etc.

Quelle suite, le Procureur de la République a-t-il réservée aux propos tenus par Bazoum Mohamed sur l’existence des « officiers ethnicistes » dans notre armée ? où même lorsqu’il disait, après le massacre de Ayérou, poste frontalier que nos soldats étaient en sous-effectifs et mal équipés. Qu’a-t-il fait lorsque Maman Abou, membre influent du PNDS, dans leur journal « Le Républicain » l’accuse de faire de la lutte contre l’insécurité un fond de commerce ?

A l’évidence, ce sont ces actes posés par les dignitaires du régime, eux-mêmes, qui sont de nature à porter atteinte au moral et à la cohésion de nos forces de défense et de sécurité.

Monsieur Kalla Moutari, lui-même, a-t-il été inquiété, lorsqu’il a extirpé de la prison de Zinder des prévenus ?

Militantes, Militants

Lorsque face à une rupture totale d’égalité des Nigériens devant la loi, s’ajoute au quotidien des tueries sauvages auxquelles notre peuple est exposé, nul n’a le droit de se taire.

Oui, Issoufou Mahamdou, il y a bel et bien des catégories de citoyens, même dans l’armée créée par vous-même parmi lesquels vous prescrivez l’impunité, la licence et le bonheur aux uns et le malheur aux autres. Qui n’a pas admis que ce sont de très jeunes soldats qui sont tombés à Baley Béri (Tongo Tongo).

La cause de cette situation dramatique est une et unique : la mal gouvernance. Cette même mal gouvernance et cette arrogance démesurée qui a amené Kalla Moutari à déclarer le Niger en état de guerre au mépris de l’article 104 de la constitution qui stipule que « la déclaration de guerre est autorisée par l’Assemblée Nationale ».

Pour le MODEN FA AFRCICA, il existe bel et bien une catégorisation des citoyens que nous ne cesserons jamais de dénoncer et de combattre.

-N’y a-t-il pas une catégorisation de citoyens dans l’accès aux marchés et services publics, dans les concours, dans les affectations et nominations.

Le MODEN FA qui, par sens de retenu et de responsabilité, a jusqu’ici abordé ces questions avec délicatesse et humilité n’entend plus se taire désormais face au drame qui guette le peuple nigérien de peur d’être lui-même complice. C’est dans cet esprit de préparation et de formation citoyenne que HAMA Amadou, Chef de file de l’opposition a entretenu ses militants.

En effet, les questions même militaires demeurent avant tout une question citoyenne. La question de la gouvernance sécuritaire est une question qui concerne tout le monde, surtout dans un pays où les tueries sont fréquentes.

Nous affirmons et confirmons notre rôle de dire la vérité sur le fonctionnement des institutions, sur le comportement des gouvernants, donc le mauvais usage du pouvoir. C’est important pour Mahamadou Issoufou s’il a un petit souci de corriger ses aberrations et ses erreurs. Si le chef de file de l’opposition interpelle le gouvernement, après les différents massacres enregistrés au niveau de nos FDS pour que « plus jamais ça », il est clair qu’il ne fait que répéter les constats et analyses produits par sa formation politique. Il est là aussi dans son rôle de leader qui ne doit pas se taire face à cette tragédie dont le principal responsable est toujours Mahamadou Issoufou et son gouvernement. C’est pourquoi, nous demandons au groupe parlementaire d’initier immédiatement la création d’une commission d’enquête parlementaire pour cerner les contours de ce qui s’est passé réellement, le 14 mai 2019, à Baley Béri (Tango Tango) et pour déterminer l’usage fait de ressources colossales mises à la disposition du ministère de la défense nationale depuis 8 ans que la renaissance gère le pays.
Si la sortie ratée de Kalla Moutari commanditée par Issoufou Mahamadou a pour but de dissuader le Chef de File de l’Opposition, Son Excellence HAMA Amadou, de rentrer au Niger comme il l’a promis, nous disons qu’ils n’ont rien perçu de l’engagement et de la détermination des Nigériens en général et des militants du MODEN FA Lumana Africa en particulier.
Aussi, le Bureau Politique National lance-t-il un appel pressant pour la grande et décisive mobilisation de l’ensemble de ses structures qui doivent se tenir prêtes pour répondre aux mots d’ordre à venir.

Vive le Niger,
Vive la Démocratie,
Vive l’opposition,
Vive le MODEN FA Lumana Africa !

Je vous remercie !

Fait, à Niamey le 24 Mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *