CoNiF : Poursuite et fin des travaux de la 2ème Edition de : « Rencontre de Lille »

72567940_2129273027367895_8707492648664956928_oPeu après la cérémonie d’ouverture de la 2ème Edition de : « Rencontre de Lille » en France, les participants ont rapidement planché sur les questions majeures à débattre. Auparavant, M. Aboubakar Lalo, vice-président du CoNiF a profité de l’occasion pour rappeler les recommandations ainsi que les grandes lignes de l’édition de 2016. En effet, six (6) engagements avaient été pris. Certains étaient relatifs à la promotion du Niger à travers sa visibilité en Europe et dans le monde, au pôle social et de solidarité, à l’organisation des grands évènements ou la mobilité des Nigériens en Europe. La diaspora nigérienne d’Europe a donc procédé à une évaluation de la mise en œuvre concrète des engagements de 2016 avant l’entame des travaux.

La Migration

thumbnaiBBlLa migration est le premier sujet abordé lors de la « Rencontre de Lille ». Ce phénomène a placé le Niger au cœur de l’actualité internationale. Pays de transit pour les migrants, le Niger est aussi pays d’émission de vagues migratoires entre l’Afrique subsaharienne vers le Maghreb et au-delà. Il représente l’interface de la problématique mondialisée des migrations comme l’ont expliqué, chacun selon son expertise, les panélistes à savoir M. Rabiou Nafiou, président du comité interministériel de la politique nationale des migrations, M. Soly Amadou secrétaire permanent du cadre de concertation sur la migration et Ganiou Doka, Chef de division gouvernance et administration au ministère du plan.

Sur le même sujet, Mme Anke Van de Velde, la représentante de l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) de Belgique a entretenu les participants sur la stratégie de son organisation dans la maitrise de l’immigration surtout vers l’Europe.

Dans le même ordre d’idée, rappelle-t-on, en février dernier à Tahoua, une délégation du CoNiF a pris part à la Foire de l’Emploi des Jeunes organisée par l’OIM et financée par l’Union Européenne (UE). Du reste, il a été opportun pour le CoNif de revenir ici plus en détails sur le niveau d’implication de la iaspora européenne par rapport cette question de l’heure.

Entrepreneuriat des Jeunes au Niger

20191113_144646Pour sa part, M. Issaka Haddi, responsable de la Maison de l’Entreprise du Niger, a axé son exposé sur les opportunités qu’offre le Niger au jeune entrepreneur, le climat des affaires, les missions de son institution à travers ses accompagnements dans le processus de la création à la consolidation d’entreprises au Niger. Ensuite, Mme Diana Kaman, cofondatrice de l’Espace de Coworking à Niamey (DLC) et la doctorante Oumma Maman ont successivement édifié les participants venus nombreux, sur les enjeux, les défis, les et les perspectives dans le climat des affaires, la créativité et l’innovation devant guider l’entreprenariat au Niger.

Invitée à cette plate-forme d’échanges sur le Niger, Mme Rabi Arzika, Promotrice de l’Agence « Consommons Nigérien ! » et Présidente de TACT Développement-Niger, a pris la parole pour partager son expérience avec l’assistance. Elle a profité de cette opportunité pour présenter à ses compatriotes vivant en Europe des produits nigériens qu’elle encourage à consommer. Mme Rabi Arzika femme battante nigérienne mise sur une « une action citoyenne » pour donner la priorité aux propres produits, le plus souvent délaissés au profit de ceux d’importation. A l’exportation surtout vers l’Europe, ces produits doivent naturellement se soumettre et satisfaire à la labellisation et la mise en conformités normatives, a-t-on fait remarquer.

Les nigériens de la diaspora et accès à l’immobilier

L’acquisition des biens immobiliers pour les nigériens de la diaspora était aussi à l’ordre du jour de la « Rencontre de Lille ». Occasion pour Mme Maimouna Abdou, Directrice commerciale de la Banque de l’Habitat du Niger (BHN) de fournir plus d’amples explications par rapport aux procédures à suivre pour acquérir un terrain au Niger. Sa banque, la BHN, est la plus jeune institution bancaire nigérienne inaugurée seulement fin 2018. Elle ambitionne de faire des ouvertures à la diaspora qui dispose, dit-on, d’un pouvoir d’achat intéressant d’où le projet d’ouvrir un bureau de la BHN à Paris.

Les NTICs au Niger

thumbnaVilCe sujet a été largement développé par le Ministre Conseiller à la Présidence de la République, M. Ibrahim Saidou Guimba, également directeur de l’agence nigérienne de la société de l’information (ANSI). Il est revenu en profondeur sur le Plan stratégie Niger 2.0. M. Ibrahim Saidou Guimba a expliqué le projet de smart villages, (villages connectés) en cours au Niger. «  Le développement de notre pays passe assurément par l’échange rapide d’informations, notre pays est entré de plain-pied dans l’univers numérique à l’instar de tous les pays qui aspirent à la modernité. Cependant, ils sont nombreux les défis à relever dans ce domaine» a-t-il précisé.

Le sujet a particulièrement suscité des réactions pertinentes dont celles du banquier M. Alain Bossa, de M. Moctar Agack puis de M. Mahamadou Tankari, président de l’Initiative pour un co-développement avec le Niger (ICON). Ces intervenants ont encouragé la diaspora à investir au Niger en toute confiance et en toute sécurité en soulignant des innovations comme celles du fonds d’investissement ou la valorisation des compétences de la diaspora (Valcodin).

Culture : « Anciens Manuscrits de Zinder »

71763120_2129272927367905_2948376666520420352_oIntroduit par Lawa Aboubacar, chargé culturel du CoNiF, le panel intitulé « Anciens Manuscrits de Zinder » a permis de mettre en exergue l’étendue de la richesse historique du Niger en général et, en particulier, celle de la Région de Zinder, capitale de Damagaram. Les chercheurs Ari Awagana de l’université de Leipzig (Allemagne) et Camille Lefebvre de l’Institut des Mondes Africains – CNRS (France) ont mis à jour d’anciens manuscrits de Coran et des textes liturgiques en arabe avec des gloses en kanembou datant de plus de 2 siècles à Zinder. Ils envisagent de poursuivre ce projet en étendant le champ d’investigations pour mieux comprendre ce genre de raretés, déclenchant ainsi un tonnerre d’applaudissements suivis d’encouragements du public. Ces découvertes, apprend-on, font suite à une série d’expositions notamment au CCFN Jean Rouch de Niamey, au Palais du Sultan. Une exposition de photos anciennes dont le projet appelé « Zinder 1900 », relate l’histoire des sultans et de la Cour du Damagaram.

Sécurité et Défense Nationale

Actualité oblige, la question de sécurité et défense nationale au Niger, a été abordée lors de la 2ème Edition de : « Rencontre de Lille ». M. Aboubakar Lalo, géographe et analyste des questions de défense et de sécurité a souligné que ce volet stratégique englouti plus de 17% du PIB national. « la djihadisation du Nord-Mali et le « statut de Kidal » sont depuis 2013, les sujets de préoccupation du Niger à travers les attaques complexes des terroristes contre les populations et les forces de défense et de sécurité nigériennes » a M. Aboubakar Lalo. A comprendre le conférencier, une collaboration entre population et FDS peut beaucoup aider à relever les défis sécuritaires devenus de plus en plus complexes au Niger et dans la région du Sahel.

thumbnaiXlTout au long des communications, il y a des échanges enrichissants et des débats houleux qui témoignent de l’intérêt que les participants et les invités accordent aux sujets. Le prochain rendez-vous est pris pour 2020 à Bruxelles. A cet effet, les organsiteurs ont procédé à la remise symbolique du drapeau par le président M. Adam Oumarou du CoNiF à M. Issa Bassirou dit « l’homme chic », président du Haut Conseil des nigériens de Belgique. A l’issue de la rencontre de France, un comité d’organisation de trois (3) membres par pays sera mis place au plus tard le 4 Novembre 2019. L’Allemagne aura l’honneur d’accueillir la 3ème Edition de cette rencontre tournante de la Diaspora nigérienne d’Europe.

Abdoulaye Abdourahamane Ahamadou

niameysoir.com

Sources : CD/CoNiF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *