Conférence de Presse du Ministre Porte-Parole du Gouvernement sur les communications électroniques au Niger

Conférence de Presse du Ministre Porte-Parole du Gouvernement sur les communications électroniques dans le contexte démocratique nigérien

Après l’atelier sur les communications électroniques dans le contexte démocratique nigérien, le Ministre Porte-Parole du Gouvernement a encore donné une conférence de presse, le mardi 18 septembre 2018 dernier dans la salle de conférence de l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et de la Poste. Voici en substance son contenu.

Au Niger, la démocratie et la jouissance des droits et libertés ne datent pas de longtemps. Notre processus démocratique a commencé avec les luttes démocratiques des années 1990 . Il a connu ses vicissitudes, ses hauts et ses bas. Cependant , il est aujourd’hui évident que notre démocratie est sur le bon chemin et c’est aux Nigériennes et aux Nigériens de bien conduire ce processus et de le parfaire

Pour y parvenir, certains de nos concitoyens doivent sortir de la triste réalité qui est celle de ne se retrouver que dans la réclamation de leurs droits et de se particulariser par l’hésitation ou le refus de l’accomplissement de leurs devoirs. Quant aux libertés publiques, ils pensent qu’ils sont en droit d’en abuser. Parmi ces droits et libertés figurent ceux relatifs à la liberté d’information dont les communications électroniques en sont une variante.

En effet, si les journaux en ligne peuvent être régulés par le Conseil Supérieur de la Communication, il est assez fréquent , dans les réseaux sociaux de constater les débordements, les abus et les insanités qui défient le bon sens, la civilité et la sagesse. Les citoyens se diffament et s’insultent ou s’en prennent aux institutions et aux dirigeants au plus haut niveau. Ils vont jusqu’à vouloir décrédibiliser leur pays. Certains le font effrontément et impunément à visage découvert , d’autres en utilisant lâchement des pseudonymes ou des faux profils. Les réseaux ou « medias sociaux » servent a l’interaction sociale et sont utiles d’un point de vue personnel ou professionnel. Dans la gestion démocratique de la cité, ils peuvent et doivent être utilisés pour enrichir le débat démocratique, renforcer le bien vivre ensemble et assurer le développement économique et social de notre pays.

Au vu des différents abus et dérives, Il y’a lieu que l’État prenne des mesures adéquates pour assurer la protection des citoyens et l’ordre public tout en garantissant le droit à l’information. C’est pourquoi, il est urgent et nécessaire de renforcer les capacités du public cible et de créer un environnement juridique conséquent pour faire face aux enjeux et aux défis des communications électroniques dans le contexte démocratique nigérien.

RECOMMANDATIONS DE L’ATELIER:

A l’endroit de l’État :

Prendre des mesures adéquates pour garantir le droit à l’information, assurer la protection des citoyens et l’ordre Public dans l’environnement des communications électroniques, notamment :

la prise en compte de la dimension cybersécurité dans la Stratégie Nationale de Sécurité Intérieure ;

la ratification des instruments juridiques internationaux relatifs à la cybersécurité et leur transposition ;

la création d’un CERT National : Centre de Réponses Rapides aux Incidents Informatiques ;

la prise en compte des cyber menaces dans le dispositif national de prévention et de gestion des catastrophes ;

le renforcement de la Coopération entre acteurs impliqués dans la cybersécurité : OPJ, Magistrats, ARCEP, ANSI, CNESS, opérateurs télécoms, Société civile ;

le renforcement de la coopération internationale en matière de lutte contre la cybercriminalité;

la promotion de la culture de sécurité numérique (communication Radio, TV, etc) ;

l’augmentation conséquente du Fonds d’Aide à la Presse Privée;

A l’endroit du CSC et de la Maison de la Presse :

l’intensification de la formation des journalistes sur la presse en ligne ;

l’adaptation du Code d’éthique et de déontologie des journalistes ainsi que de la Charte des journalistes professionnels du Niger aux spécificités de la presse en ligne ;

A l’endroit des PTF :

l’accompagnement des organisations socioprofessionnelles dans la formation des journalistes et le renforcement de capacités des médias

A l’endroit des OSC actives dans la promotion des TIC

la mise en œuvre des actions de sensibilisation sur des comportements responsables dans l’usage des outils des communications électroniques par les citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *