CNESS / USAID Projet P4P : Atelier de validation de l’étude sur l’Evaluation de la situation sécuritaire et socioéconomique des zones touchées par l’extrémisme violent au Niger

CNESS-3Le vendredi 16 Novembre 2108, la Directrice adjointe du Cabinet du Président de la République, Mme Hadiza Ousseini a présidé, au Palais des Congrès de Niamey, la cérémonie d’ouverture des travaux de l’atelier national de validation de l’étude d’évaluation de la situation sécuritaire et socioéconomique des zones touchées par l’extrémisme violent au Niger. Cette rencontre d’échanges et de réflexion sur les enjeux et les défis sécuritaires de notre pays a été organisée par le Centre National d’Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) sur financement de l’USAID à travers son Projet P4P. L’atelier a enregistré la présence du représentant du Ministre d’Etat, Ministre de l’intérieur et de la Sécurité Publique, des Commandants des différentes Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ainsi que des représentants des organisations socio-professionnelles.

L’état d’urgence vise à sécuriser les populations face à la menace

L’étude, objet de cette rencontre,  a  duré trois (3) mois, du 26 juillet au 30 octobre 2018 et a abouti à la production d’un rapport provisoire devant amélioré et validé par le présent atelier. Elle a démarré avec la phase de collecte de données de terrain puis celle de leur traitement, suivie de la phase d’élaboration du rapport provisoire. Auparavant, trois (3) ateliers régionaux de restitution et de validation ont été organisés simultanément à Diffa, Tahoua et Tillabéry en début de la semaine du 12 Novembre 2018. Il s’agit précisément des régions dans lesquelles l’état d’urgence est mis en œuvre (Diffa en 2015, Tahoua  et  Tillabéry en 2017). Une situation née de la fragilité du contexte sécuritaire national en raison des répercussions des multiples crises et diverses menaces qui impactent notre pays.

Selon le Directeur Général du CNESS, Col. Mahamadou Seydou Magagi, la mise en œuvre de l’état d’urgence, cette mesure exceptionnelle a été suivie, dans les régions concernées, par  un certain nombre de décisions visant toutes à sécuriser les populations face à la menace. Il a au passage souligné l’importance que son institution attache aux contributions des participants en vue d’améliorer le rapport provisoire de cette étude avant sa validation.

La persistance des menaces sécuritaires dans le Sahel

CNESS-1Rappelant le bien fondé de cet atelier, Mme Hadiza Ousseini,  Directrice adjointe du Cabinet du Président de la République, a pour sa part axé son intervention sur les incursions du groupe terroriste Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad, ainsi que les attaques récurrentes de certains groupes extrémistes venant de la frontière nigéro-malienne et autres trafics de tous genres en provenance du long de la frontière libyenne.

Selon elle, l’ampleur de toutes ces menaces sécuritaires a conduit le Gouvernement à prendre des mesures exceptionnelles telles que l’état d’urgence sur le plan juridique. Sur le plan administratif, l’État du Niger a procédé à la délocalisation de plusieurs villages, la fermeture de certains marchés, l’arrêt de certaines activités économiques profitables aux groupes terroristes. Et enfin, sur le plan militaire, Mme Hadiza Ousseini, a fait mention de la participation de notre pays à plusieurs opérations militaires dans le cadre de la mutualisation des forces contre le terrorisme : la force multinationale conjointe mixte dans le bassin du Lac Tchad et la Force conjointe du G5 Sahel sur les frontières malienne et burkinabé. La Directrice adjointe du Cabinet du Président de la République n’a pas manqué d’inviter les participants enrichir d’avantage le rapport provisoire soumis à leur appréciation tout en les assurant que leurs éventuelles contributions seront capitalisées.

Projet Partenariats Pour la Paix de l’USAID

CNESS-4Le Projet Partenariats Pour la Paix de l’USAID est un effort de renforcement des capacités et de réseautage qui appuie les institutions régionales, les gouvernements et les organisations de la société civile de l’Afrique de l’Ouest, afin de lutter plus efficacement contre l’extrémisme violent dans la région du Sahel. Le Projet Partenariats Pour la Paix de l’USAID a pour objectifs de renforcer la capacité de l’Afrique de l’Ouest pour prévenir l’extrémisme violent et cela à travers notamment une meilleure compréhension de l’extrémisme violent et la connaissance de ses approches en Afrique de l’Ouest ; un leadership accru des gouvernements et des sociétés civiles de l’Afrique de l’Ouest en matière de prévention de l’extrémisme violent ; enfin, une amélioration de la coordination régionale des efforts entrepris en matière de prévention de l’extrémisme violent.

niameysoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *