CNESS : Le Niger amorce le processus d’élaboration d’une Stratégie Nationale sur la Biosécurité (SNB)

IMG-CNessCe 12 Avril 2019 au Grand Hôtel de Niamey, une journée durant, des experts de haut niveau issus des institutions publiques et non étatiques ont planché sur la problématique de la Biosécurité. C’était lors d’un atelier organisé par le Centre National d’Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) avec l’appui de l’agence du NEPAD pour l’Afrique de l’Ouest. Cette initiative du CNESS s’inscrit le cadre du renforcement de la Sécurité Nationale à travers notamment la veille rigoureuse sur la qualité des aliments consommés au Niger. Ceci est d’autant plus évident car l’essentiel des besoins de notre pays sont satisfaits par d’aliments importés qui échappent assez souvent aux mécanismes de contrôle de la qualité.

Pour ce faire, le CNESS a entrepris d’élaborer une stratégie nationale de biosécurité (SNB) qui vise à la fois, à renforcer la sécurité environnementale, la sécurité sanitaire des aliments, la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Lors de cet atelier qui a enregistré la participation des hauts responsables des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), des Chercheurs ainsi que des représentants des Institutions de la République, il a été question de clarifier le concept de Biosécurité, de l’internaliser en mettant exergue les enjeux et les  défis qui y sont liés.

20190412_095227Procédant au lancement officiel de ce processus d’élaboration de la Stratégie Nationale de Biosécurité (SNB) le Ministre d’Etat, Ministre en charge de l’Agriculture et de l’Élevage M. Albadé ABOUBA a rappelé le contexte national et sous régional dans lequel se tient cette rencontre. Lequel contexte est caractérisé, dit-il, par des menaces et risques sécuritaires qui impactent la stabilité et les efforts de développement des pays du Sahel de manière générale et du Niger en particulier.  Selon Albadé ABOUBA l’émergence de phonomènes nouveaux, tels que le terrorisme international, la montée de l’extrémisme religieux et de la criminalité transfrontalières, constitue des défis majeurs que nous ne pouvons relever dans la seule réaction. Il est temps, poursuit-il, pour nos Etats de l’Afrique, à l’instar des autres qui se développent, de disposer d’un think tank comme le CNESS. Le Ministre d’Etat Albadé ABOUBA a enfin insisté sur la veille à la qualité des aliments consommés par nos concitoyens à la fois par le renfoncement de la sécurité  sanitaire des aliments, la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la sécurité environnementale d’où l’importance de la Biosécurité.

Dans son mot de bienvenue, le Directeur du CNESS, le Colonel Mahamadou SEYDOU MAGAGI, a souligné le double objectif visé par son institution à travers cette rencontre d’échanges et de réflexion sur la SNB. Il s’agit, d’une part, d’informer l’opinion nationale et internationale sur l’engagement des autorités nigériennes à apporter des réponses appropriées aux menaces et risques auxquels le Niger fait face dans le domaine de la biosécurité, et d’autre part, de mobiliser toutes les parties prenantes en vue d’une participation active et assidue à l’élaboration de la Stratégie Nationale de Biosécurité.

IMG-CNessA comprendre Dr Ouedraogo JEREMY, représentant de l’agence du NEPAD pour l’Afrique de l’Ouest, la Biosécurité doit être considérée aujourd’hui comme une composante des stratégies de développement mais aussi de sécurité. Vue sous l’angle de la prévention des risques  biotechnologiques, Dr Ouedraogo JEREMY  a rappellé que la biosécurité fait l’objet de priorité prise en charge par la communauté internationale à travers le Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques négocié et signé dans le cadre de la convention sur la Diversité biologique résultant du Sommet de Rio sur la Terre.

Avant de terminer son propos, Dr Ouedraogo JEREMY a assuré le CNESS que son institution ne managera aucun  effort pour soutenir les autorités nigériennes dans le parachèvement du processus  d’adoption de la loi sur la biosécurité.

20190412_095218La Biosécurité, rappelle –t-on, terme beaucoup utilisé dans le secteur de l’agriculture et de l’environnement, désigne de manière générale l’ensemble de mesures préventives et réglementaires visant à réduire les risques de diffusion et transmission (accidentelles ou malveillantes) de maladies infectieuses dans les populations humaines, dans les cultures et chez le bétail. En clair, la biosécurité renvoie à « la protection de la vie ».

niameysoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *