Quand Hama Amadou sort de sa réserve…

Le 9ème anniversaire du Moden/FA-Lumana Africa a été l’occasion pour son président de s’adresser par vidéo-conférence au peuple nigérien et particulièrement aux militants de son parti, réunis pour la circonstance au Palais du 29 juillet. Dans cette adresse, Hama Amadou a brossé un tableau sombre de la gestion des affaires publiques sous le parasol de la Renaissance. Hama Amadou visiblement affaibli,  a appelé à l’union de toutes les forces vives de la Nation pour arrêter ce qui parait à ses yeux comme ‘’l’apocalypse politique et social’’.  Il a sans ambages affirmé, à propos des élections présidentielles de 2021 que «personne sur terre ne saurait empêcher sa candidature ou il sera lui-même empêché».

Pour atteindre cet objectif, Hama compte-t-il sur ses appels du pied faits au MPR-Jamhuriya, AMEEN AMIN (tous dissidents du MNSD), au MPN Kishin-Kassa, le dernier parti mécontent de la Renaissance et à l’APR qui ont tous répondu présents à cet anniversaire?

En clair, l’appel de Hama Amadou vise à réveiller les ‘’dormeurs’’ de son parti essoufflé et les ‘’mécontents’’ de l’opposition politique en désarroi. Laquelle opposition dont il justifie la faiblesse par la démission d’une grande partie du peuple nigérien, prête à accepter de s’accommoder ‘’d’un régime d’assujettissement, pour ne pas dire d’esclavage’’. Hama Amadou toujours égal à lui-même, sur un ton violent, a utilisé des mots durs cherchant désespérément à gagner la sympathie et le soutien des nigériens et des nigériennes à l’accompagner dans sa logique de ‘’sans moi ou après moi le déluge’’.

Du fichier électoral à la CENI, de la gestion des affaires publiques à la situation sécuritaire, de l’effervescence sur le front social aux arrestations, Hama s’est insurgé contre ce qu’il qualifie de ‘’la discrimination et l’ostracisme’’ de ses militants par ‘’la Renaissance’’ avec pour seul objectif ‘’la prolongation de la vie du régime au pouvoir’’. Cependant rassure-t-il, «Je l’affirme et le réaffirme avec force, vous m’avez désigné comme votre candidat de 2021. Je serai, par la grâce de Dieu, candidat. Personne sur terre ne saurait l’empêcher ou il sera lui-même empêché».

Les représentants des partis amis conviés à cet anniversaire, ont tour à tour abondé dans le même sens. Prenant la parole au nom des partis membre de l’APR, M. Ousseini Salatou a dit : «Nous devenons de temps en temps revisiter notre passé pour comprendre le présent afin de préparer l’avenir….Tout….Tout est possible ». Il a par la suite invité le MODEN Lumana à la reprise du dialogue politique pour la paix et la quiétude sociales dans notre pays.

Pour sa part, Mme Bayard Mariama, présidente du FOI a appelé à l’Union des toutes les forces politiques pour défendre la Démocratie et stopper les dérives autoritaires du régime en place. Le Président par intérim du FRDRR, M. Falké Bacharou, a tout simplement rassuré le président du MODEN Lumana de son soutien : « Dites-lui que le FRDDR est avec lui »

Le représentant du MPN Kishin Kassa, M. Koroné, s’est quant à lui particulièrement penché sur les raisons du départ de son parti du Gouvernement et de la MRN. Selon lui, son parti a quitté le navire de la Renaissance pour avoir compris très tôt les visées électoralistes des tenants du pouvoir d’Etat à travers notamment les nouvelles lois électorales et la CENI dans sa composition actuelle. Le MPN Kishin Kassa a donc refusé d’être complice de toute forme d’aventure politique sans lendemain meilleur pour le Niger.

Transmettant les salutations fraternelles et amicales du Président du parti MPR Jamhuriya au Président de MODEN-Lumana, M Alma Oumarou, a signalé que le MPR-Jamhuriya, AMEEN AMIN et bien d’autres sont tous de la même famille politique à savoir le MNSD-Nassara. Ce sont, dit-il, les vicissitudes de la vie politique qui les ont séparés. Mais précise M. Alma Oumarou, « en politique, les alliés d’aujourd’hui peuvent devenir les adversaires de demain et inversement ».

Pour Ladan Tchiana, un des membres fondateurs de Lumana, c’est un grand jour, il a salué la constance et la combativité des militants de lumana : « Qui mieux que moi peux prendre la parole à cet anniversaire de cet enfant que j’ai vu naitre et que je n’ai malheureusement pas vu grandir. Neuf ans que vous avez toujours su garder cet esprit qui vous caractérise».

Auparavant, c’est à M. Soumana Sanda, président de la Coordination régionale Lumana de Niamey de rassurer les militants que le ‘’rouleau compresseur’’ du régime ne pourra les ébranler au vu de leur détermination à maintenir fermement  l’unité et la cohésion, le contrôle de la capitale tant convoitée, y compris par le recours à la délégation spéciale en lieu et place des conseils élus par les populations de Niamey.

A M. Soumana Sanda de conclure que : « Lumana est né dans la difficulté à Niamey, il triomphera aux côtés de son leader Hama Amadou ici à Niamey en appliquant la bonne recette de Bazoum Mohamed qui consiste à changer le rapport de force sur le terrain à l’image de certains pays de la sous-région ».

A la lumière de ce qui précède, le constat frappant est que les partis politiques toutes tendances confondues (MRN, APR, FOI, FRDDR et FPNAD) ont transcendé leurs divergences respectives pour se retrouver dans la fraternité et l’amitié, souffler les neuf bougies de l’anniversaire du MODEN Lumana. Mais le PNDS -Tarayya n’y était pas représenté or la fraternité politique commande l’adversité certes mais non l’animosité entre les partis. Sur ce, il est temps que les deux grandes formations du pays à savoir le PNDS-Tarayya  et Le MODEN Lumana Africa donnent l’exemple  aux générations présentes et futures.

Écrivain du Sahel